Co-conception d’un projet villageois

L’éco-quartier social La Grand’Terre… Aureille (13)

Le projet, toujours en cours, s’inscrit dans une dynamique intentionnelle partagée par les membres fondateurs de l’association Éco-Habitats Pour Tous créée, en février 2007, par quatre habitants d’Aureille (Bouches du Rhône). Le projet est au croisement de plusieurs volontés :

  • lutter contre la spéculation foncière et immobilière,
  • offrir une alternative au modèle pavillonnaire,
  • créer une offre de logement social écologique, économe et diversifié.

Le pré-projet a intégré à la source les diverses préconisations du PNR Alpilles créé en 2007, concernant la participation citoyenne, l’insertion environnementale et paysagère de l’urbanisme, la durabilité de l’habitat, les savoir-faire de l’architecture locale, les énergies renouvelables et l’aménagement rural équilibré.

Au croisement de plusieurs attentes et enjeux, le paysage permet de profiler les projets en impliquant les habitants et professionnels locaux, « c’est aussi une occasion pour les communes de tendre vers une gestion économe et raisonnée de leur territoire. »1

Outre les objectifs d’intégration architecturale, urbanistique, patrimoniale et environnementale de l’éco-quartier en greffe du cœur bâti villageois d’Aureille, l’un des enjeux saillants est celui de son insertion dans une zone visuellement sensible, qui offre un point de vue remarquable sur le village et le point culminant du Massif (Les Opies).

Les ressources mobilisées en interne mobilisent de multiples savoirs : géographie, urbanisme, agronomie, énergie renouvelable, flore et faune, construction, architecture, témoignant de la diversité des savoirs citoyens engagés dans l’urbanisme participatif. Heloise Nëz définit ces savoirs citoyens comme « l’ensemble des connaissances, des expériences et des techniques, non seulement les ressources cognitives mais aussi des savoir-faire et des habiletés pratiques que peut mobiliser un acteur en situation de participation, qui n’est ni un élu, ni un professionnel. »2

A l’interface de savoirs pluridisciplinaires (techniques/pratiques, empiriques/théoriques), les acteurs associatifs ont opté pour une démarche de projet participatif. Agi au nom de l’intérêt général, communautaire et local, il a permis de dynamiser un espace socio-relationnel de mutualisation des savoirs à travers les rencontres associatives, institutionnelles et scientifiques, les ateliers participatifs et les réunions publiques.

grand-terre1Ballade paysagère dans le village d’Aureille, lancement de l’Approche Environnementale de l’Urbanisme en amont du PLU, dont l’un des objectifs est « d’intégrer la réflexion sur l’éco-quartier », 10 mai 20123. Au premier plan, la présence des deux maires d’Aureille 1991-2001 et 2001-2014, témoignant d’une continuité de l’action municipale.

*

grand-terre2Forum « Le Devenir de la Grand Terre », organisé par la Mairie d’Aureille, le bureau d’études Wigwam Conseil, le CAUE 13 et l’Association pour le Développement en Réseau des Territoires et des Services ADRETS, La Bergerie, Aureille, les 12 et 13 juillet 2013.

 

Si l’animation du partenariat a été largement favorisée par le co-financement du Cnrs, de la Région Paca, la Mairie d’Aureille et de la Fondation de France4, le portage opérationnel a souffert de multiples temps différés dans l’action, tenant à la fois à la sectorisation des missions, au cloisonnement des outils, aux temporalités de l’action mais aussi aux relations asymétriques de pouvoirs entre actants locaux. La gouvernance, dont le contenu a été saisi dans l’articulation temps-espace d’un territoire de proximité, apparaît « au point de croisement entre des processus de coordination entre acteurs et une régulation d’ensemble »5.

Le projet n’a cessé de se redéfinir entre les priorités et les agendas des partenaires :

  • D’une part, la mairie, partante dès 2007 pour le projet de 14 logements en accession et location sociale, refuse d’ouvrir la parcelle à l’urbanisation en novembre 2008 préférant attendre la finalisation de son PLU, puis la valide en novembre 2012, en raison du retard pris dans l’élaboration de son document d’urbanisme.
  • D’autre part, le projet local achoppe à s’inscrire dans les territoires de projets : en juin 2008, le président de la Communauté de commune Vallée-des-Baux Alpilles décline la proposition de prendre la compétence habitat au titre de l’intérêt communautaire d’une politique de logement social, tandis que le PNR Alpilles, « chef de fil de l’urbanisme durable » mais « non l’ensemblier des politiques locales d’habitat », n’est pas éligible au Programme d’Aménagement Solidaire des villages, des bourgs et des villes moyennes6.

Simultanément, le processus de co-suscitation s’est alimenté de propositions et nourri d’une participation associative aux initiatives des acteurs territoriaux :

  • Débat national sur la transition énergétique en PACA La fabrique du paysage et des politiques locales à l’heure de la transition énergétique des territoires7,
  • Programme Inter-Parcs PACA Ensemble, dessinons nos paysages8,
  • Journée de réflexion prospective du Conseil de Développement du Pays d’Arles Vers de nouveaux modes d’habiter9,
  • Forum La transition énergétique au quotidien. Les Parcs naturels régionaux de PACA territoires d’expérimentation10.

L’effet d’entrainement s’évalue aussi en regard de l’élargissement des cadres d’intervention des collectivités puisque la Région PACA a complété le sien en introduisant un volet « innovation et habitat participatif », considérant qu’il offrait des « réponses innovantes aux enjeux d’urbanisme économe et de production de logements sociaux »11.

Retour d’expérience

Les acteurs associatifs sont en quête du point d’équilibre entre les multiples intérêts à agir des acteurs élus, institutionnels et habitants.

Lorsque le projet est élaboré par l’association, les futurs accédants et le propriétaire foncier, il apparaît insuffisamment exemplaire aux élus, techniciens et chargés de mission des collectivités.

Lorsqu’il est proposé aux citoyens sous forme de Forums publics organisés par les bureaux d’études et le CAUE 13, il dépayse le village des « anciens » et repaysage l’espace résidentiel de ceux qui vont y vivre.

Autres écueils rencontrés, la lenteur des études d’intégration urbanistique et d’incidence environnementale12 qui contribue à démotiver les futurs habitants et contrarie le séquençage de l’action opérationnelle. De telle sorte que la participation créative renvoie à l’idée d’un paysage trajectif, défini entre mémoires et imaginations : « Le projet de paysage reste partagé entre le temps prospectif et l’espace projectuel, entre les échéances trop vite respectées et l’immobilisation prématurée, entre la réussite et l’échec toujours mélangés » (Donadieu).13

Photos : Géraldine Josuan, 2012, Sandra Comptour.

  1. PNR des Alpilles, « Guide d’application de la Directive paysagère des Alpilles », 2009, p. 9 []
  2. Héloise Nëz, « Nature et légitimités des savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif. Une enquête ethnographique à Paris », Sociologie, n°4, vol. 2/2011, p. 6. []
  3. Étude d’un montant 28 800 euros, financée à 60% par l’ADEME []
  4. Étude Aménagement durable des territoires ruraux : diagnostic, opportunité et faisabilité d’un projet d’éco-quartier social, financée par la région PACA à hauteur de 8000 euros, puis étude participative financée dans le cadre de l’appel à projet 2011 Habitat, développement social et territoires de la Fondation de France (10 000). []
  5. Christophe Beaurain, « Gouvernance environnementale locale et comportements économiques. », Développement durable et territoires, Dossier 2 : Gouvernance locale et Développement Durable, mis en ligne le 01 novembre 2003, [En ligne], http://developpementdurable.revues.org/index1110.html []
  6. Mis en place par la Région PACA pour mettre en œuvre des projets d’aménagement qui, tout en respectant l’environnement, répondent aux besoins des populations sur les questions du logement, des déplacements et de l’offre de services. []
  7. La Maison de Région Provence, Alpes, Côte d’azur, Marseille, 23 mai 2013. []
  8. la Maison du Temps libre, Lamanon, 4 juin 2013. []
  9. Théâtre de la Calade, Arles, 17 juin 2013. []
  10. Organisé par le Groupement des Amis des Parcs naturels régionaux du Sud-Est, Maussane-les-Alpilles, 14 novembre 2014. []
  11. Dans sa délibération du 28 juin 2013. []
  12. Secteur classé, Natura 2000, Directive paysagère. []
  13. Pierre Donadieu, « Pour une conservation inventive des paysages », in Augustin Berque, Michel Conan, Pierre Donadieu, Bernard Lassus, Alai Roger, Cinq propositions pour une théorie du paysage, (dir.) Berque, Champ Vallon, 1994, p. 74. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *