Archives de catégorie : … associatives

Centrales Villageoises du Pays d’Aigues : devenons producteurs de notre énergie !

De quoi s’agit-il ?

Le concept de Centrales villageoises a été développé par RhonAlpEnergie Environnement et consiste à créer des sociétés de type coopératives et à but éthique, portées par des citoyens avec l’appui des collectivités locales, qui oeuvrent au développement d’une production locale d’énergie renouvelable et de taille humaine.

L’objectif des « Centrales Villageoises du Pays d’Aigues » est double:

  • participer au développement des énergies renouvelables, dans le cadre d’un projet citoyen et de façon concertée avec le Parc Naturel Régional du Luberon et les élus locaux,
  • contribuer à une prise de conscience collective des habitants aux questions d’économies d’énergie.

Ainsi nous visons une appropriation par les citoyens de la politique de transition énergétique.

Concrètement

Comme toute société, la SAS « Centrales Villageoises du Pays d’Aigues » aura un équilibre économique à atteindre. Nous visons une rentabilité de l’ordre de 7% pour pouvoir nous développer. Continuer la lecture de Centrales Villageoises du Pays d’Aigues : devenons producteurs de notre énergie !

Belsunce tropical (collectif Etc, Marseille)

Sur une initiative du Collectif Etc (www.collectifetc.com) et du Bureau de l’Envers, avec la collaboration du graphiste Pierre Tandille et la complicité de nombreux acteurs du quartier, une transformation transitoire de la place Louise Michel, dans le quartier de Belsunce à Marseille.

C’est suite à diverses rencontres d’acteurs locaux que la question de cet espace non-qualifié est apparue, et qu’un chantier ouvert y a été réalisé, du 03 au 08 Novembre 2014.

A. Une place qui n’en est pas une

Officiellement, cette place n’en est pas une. Un immeuble bombardé durant la seconde guerre mondiale a laissé un vide. Les techniciens l’appellent la place Fare/Petites Maries, en référence à deux rues s’y croisant, d’autres l’appellent la place des Chibanis : de nombreux hommes âgés, principalement algériens, y traînent et y discutent.

Depuis plus de 70 ans, la place est en l’état, rafistolée de temps en temps lorsque les nids de poule deviennent dangereux. Or il y a quelques années, la SOLEAM a voulu y construire un nouvel immeuble. L’architecte des bâtiments de France soutenait apparemment le projet qui retrouvait le tracé ancestral du tissu urbain. Mais un groupe d’habitants, porté par le CIQ et l’association des commerçants, s’y est opposé et a demandé l’organisation d’un référendum sur le devenir de cet espace : la décision de conserver ce lieu public l’a au final emportée, le quartier étant déjà d’une grande densité…Symboliquement, une plaque a été apposée, le délaissé est devenu une place, et a pris le nom de Louise Michel, communarde décédée à quelques rues de là.

Depuis, la SOLEAM a prévu de lancer des travaux en vue de la réhabilitation de la place, et la ville y a déposé quelques palmiers en pots…

B. Louise sous les Tropiques…

Le projet de la SOLEAM étant prévu pour la fin 2015, il existe une fenêtre temporelle, une occasion d’intervenir sur cet espace en attendant le lancement des travaux. L’objectif est que cet espace puisse retrouver une forme d’aménité en attendant sa requalification.

L’idée a été de réaliser un aménagement transitoire, entièrement réversible, et de travailler sur le potentiel onirique d’un tel lieu. Un imaginaire, un mélange de Louise Michel et d’ambiance tropicale, de questionnement de l’espace public et de chaleur humaine, d’acte politique et de recherche de plaisir.

Le choix de l’emprise de l’intervention correspond principalement à deux envies :

  • celle d’intervenir sur une partie désœuvrée de la place plutôt que sur la partie déjà quotidiennement utilisé ;
  • celle de s’installer là où les derniers rayons du soleil couchant d’hiver pourront réchauffer les usagers jusqu’à la tombée de la nuit…

Durant la semaine, trois tâches ont été réalisées en parallèle :

  • Un travail de construction, mené par le Collectif Etc en deux temps : un premier, le lundi, a consisté à construire la structure porteuse, à l’image d’un contre-fort retenant le mur aveugle ; un deuxième temps, le reste de la semaine, a permis de construire différentes langues programmatiques entre chacun des contre-forts. Les règles étaient simples : chaque équipe constituée le matin même devait construire une bande dont les hauteurs, largeurs et système structurel étaient donnés, tandis que la longueur, le choix des matériaux et le programme étaient libres.
  • Un travail graphique, piloté par Pierre Tandille, sur des formes colorées représentant le visage déstructuré de Louise Michel, de différentes couleurs disposées sur la structure ; un lettrage en miroir, marquant “louise”, jouant sur une certaine familiarité ou proximité avec Louise Michel, et renforçant l’identité récente de cet espace public.
  • Un travail de réflexion, à l’échelle du quartier, mené par le Bureau de l’Envers : des montages photographiques ont été réalisés, imprimés puis collés à travers le quartier dans différents espaces délaissés, afin de questionner ces lieux et donner à les voir différemment ; le Bureau de l’Envers a ensuite collé une partie de ce travail sur les trois panneaux d’affichage libre situés contre le mur, au milieu de la structure. Avec Pierre Tandille, ils vont continuer à questionner la place et le quartier en alimentant cet affichage tout au long des semaines qui suivent.

Par la suite, l’objectif est que cet espace, en plus de ses usages quotidiens, serve de plateforme de réunions entre les différents acteurs du quartier dans la création avant l’heure de conseils citoyens.

Déjà, une journée organisée quelques semaines plus tard a permis le rajout de divers éléments de mobiliers apportant des améliorations par rapport à la proposition initiale. C’était aussi l’occasion pour différentes personnes de se retrouver le temps d’un après-midi, et de commencer à réfléchir aux suites à donner au projet. De plus, les relations avec la municipalité se sont éclaircies, via une autorisation d’occupation temporaire fournie pour cette journée, contrairement à la semaine de mise en place qui, elle, n’était soumise à aucune autorisation particulière de la part des pouvoirs publics en charge.

La suite reste donc à imaginer, notamment autour de l’officialisation d’un collectif autour de cet espace qui piloterait la suite du projet.

Festival d’architecture Bellastock 2015 : « Play Mobile »

BELLASTOCK_HD-5L’association Bellastock, fondée en 2010, est née en 2006 de la volonté de 3 étudiants de l’ENSA Paris-Belleville de passer à la pratique de la construction. Par faute de moyens, ils se sont tournés vers la réutilisation de matériaux de récupération. Cette nécessité est cependant devenue une philosophie de pensée, et l’association, qui emploie désormais sept personnes, s’est depuis imposée comme experte du réemploi. Avec Actlab, l’« ambassade du réemploi » créée il y a 2 ans, elle a investi le chantier de l’écoquartier de l’Île Saint-Denis, et travaille avec Plaine Commune à la réalisation de prototypes de mobilier urbain à partir de matériaux de récupération.

Leur objectif, inventer une nouvelle manière de construire, trouve une résonance internationale, puisque l’association a développé un réseau culturel à travers une quinzaine de pays, avec une plate-forme d’échanges en lignes et la création de festivals.

Après le thème des déchets, du vivant, et de l’eau, l’habitat nomade sera l’enjeu d’un exercice de construction lors de la 10ème édition baptisée « Play Mobile ». Par équipes de 5, un millier d’architectes auront deux jours pour construire une ville éphémère nomade à partir de matériaux de récupération. Le 3e jour sera celui de la transhumance : les équipes, aidées du public invité à venir ce jour-là, devront transporter leurs constructions sur 3 km pour rejoindre le deuxième site de la manifestation, la Zac Aérolians. L’objectif est double : celui du « zéro déchets » et du réemploi des matériaux de construction, leitmotiv de l’association, mais également créer un tracé et laisser une marque durable sur un territoire en déficit de mobilités douces.

Inscriptions du 27 mars au 10 avril 2015 : http://www.bellastock.com

Crédit photo : Bellastock. 

Co-conception d’un projet villageois

L’éco-quartier social La Grand’Terre… Aureille (13)

Le projet, toujours en cours, s’inscrit dans une dynamique intentionnelle partagée par les membres fondateurs de l’association Éco-Habitats Pour Tous créée, en février 2007, par quatre habitants d’Aureille (Bouches du Rhône). Le projet est au croisement de plusieurs volontés :

  • lutter contre la spéculation foncière et immobilière,
  • offrir une alternative au modèle pavillonnaire,
  • créer une offre de logement social écologique, économe et diversifié.

Le pré-projet a intégré à la source les diverses préconisations du PNR Alpilles créé en 2007, concernant la participation citoyenne, l’insertion environnementale et paysagère de l’urbanisme, la durabilité de l’habitat, les savoir-faire de l’architecture locale, les énergies renouvelables et l’aménagement rural équilibré.

Au croisement de plusieurs attentes et enjeux, le paysage permet de profiler les projets en impliquant les habitants et professionnels locaux, « c’est aussi une occasion pour les communes de tendre vers une gestion économe et raisonnée de leur territoire. »1

Outre les objectifs d’intégration architecturale, urbanistique, patrimoniale et environnementale de l’éco-quartier en greffe du cœur bâti villageois d’Aureille, l’un des enjeux saillants est celui de son insertion dans une zone visuellement sensible, qui offre un point de vue remarquable sur le village et le point culminant du Massif (Les Opies).

Les ressources mobilisées en interne mobilisent de multiples savoirs : géographie, urbanisme, agronomie, énergie renouvelable, flore et faune, construction, architecture, témoignant de la diversité des savoirs citoyens engagés dans l’urbanisme participatif. Heloise Nëz définit ces savoirs citoyens comme « l’ensemble des connaissances, des expériences et des techniques, non seulement les ressources cognitives mais aussi des savoir-faire et des habiletés pratiques que peut mobiliser un acteur en situation de participation, qui n’est ni un élu, ni un professionnel. »2

A l’interface de savoirs pluridisciplinaires (techniques/pratiques, empiriques/théoriques), les acteurs associatifs ont opté pour une démarche de projet participatif. Agi au nom de l’intérêt général, communautaire et local, il a permis de dynamiser un espace socio-relationnel de mutualisation des savoirs à travers les rencontres associatives, institutionnelles et scientifiques, les ateliers participatifs et les réunions publiques.

grand-terre1Ballade paysagère dans le village d’Aureille, lancement de l’Approche Environnementale de l’Urbanisme en amont du PLU, dont l’un des objectifs est « d’intégrer la réflexion sur l’éco-quartier », 10 mai 20123. Au premier plan, la présence des deux maires d’Aureille 1991-2001 et 2001-2014, témoignant d’une continuité de l’action municipale.

*

grand-terre2Forum « Le Devenir de la Grand Terre », organisé par la Mairie d’Aureille, le bureau d’études Wigwam Conseil, le CAUE 13 et l’Association pour le Développement en Réseau des Territoires et des Services ADRETS, La Bergerie, Aureille, les 12 et 13 juillet 2013.

 

Si l’animation du partenariat a été largement favorisée par le co-financement du Cnrs, de la Région Paca, la Mairie d’Aureille et de la Fondation de France4, le portage opérationnel a souffert de multiples temps différés dans l’action, tenant à la fois à la sectorisation des missions, au cloisonnement des outils, aux temporalités de l’action mais aussi aux relations asymétriques de pouvoirs entre actants locaux. La gouvernance, dont le contenu a été saisi dans l’articulation temps-espace d’un territoire de proximité, apparaît « au point de croisement entre des processus de coordination entre acteurs et une régulation d’ensemble »5.

Le projet n’a cessé de se redéfinir entre les priorités et les agendas des partenaires :

  • D’une part, la mairie, partante dès 2007 pour le projet de 14 logements en accession et location sociale, refuse d’ouvrir la parcelle à l’urbanisation en novembre 2008 préférant attendre la finalisation de son PLU, puis la valide en novembre 2012, en raison du retard pris dans l’élaboration de son document d’urbanisme.
  • D’autre part, le projet local achoppe à s’inscrire dans les territoires de projets : en juin 2008, le président de la Communauté de commune Vallée-des-Baux Alpilles décline la proposition de prendre la compétence habitat au titre de l’intérêt communautaire d’une politique de logement social, tandis que le PNR Alpilles, « chef de fil de l’urbanisme durable » mais « non l’ensemblier des politiques locales d’habitat », n’est pas éligible au Programme d’Aménagement Solidaire des villages, des bourgs et des villes moyennes6.

Simultanément, le processus de co-suscitation s’est alimenté de propositions et nourri d’une participation associative aux initiatives des acteurs territoriaux :

  • Débat national sur la transition énergétique en PACA La fabrique du paysage et des politiques locales à l’heure de la transition énergétique des territoires7,
  • Programme Inter-Parcs PACA Ensemble, dessinons nos paysages8,
  • Journée de réflexion prospective du Conseil de Développement du Pays d’Arles Vers de nouveaux modes d’habiter9,
  • Forum La transition énergétique au quotidien. Les Parcs naturels régionaux de PACA territoires d’expérimentation10.

L’effet d’entrainement s’évalue aussi en regard de l’élargissement des cadres d’intervention des collectivités puisque la Région PACA a complété le sien en introduisant un volet « innovation et habitat participatif », considérant qu’il offrait des « réponses innovantes aux enjeux d’urbanisme économe et de production de logements sociaux »11.

Retour d’expérience

Les acteurs associatifs sont en quête du point d’équilibre entre les multiples intérêts à agir des acteurs élus, institutionnels et habitants.

Lorsque le projet est élaboré par l’association, les futurs accédants et le propriétaire foncier, il apparaît insuffisamment exemplaire aux élus, techniciens et chargés de mission des collectivités.

Lorsqu’il est proposé aux citoyens sous forme de Forums publics organisés par les bureaux d’études et le CAUE 13, il dépayse le village des « anciens » et repaysage l’espace résidentiel de ceux qui vont y vivre.

Autres écueils rencontrés, la lenteur des études d’intégration urbanistique et d’incidence environnementale12 qui contribue à démotiver les futurs habitants et contrarie le séquençage de l’action opérationnelle. De telle sorte que la participation créative renvoie à l’idée d’un paysage trajectif, défini entre mémoires et imaginations : « Le projet de paysage reste partagé entre le temps prospectif et l’espace projectuel, entre les échéances trop vite respectées et l’immobilisation prématurée, entre la réussite et l’échec toujours mélangés » (Donadieu).13

Photos : Géraldine Josuan, 2012, Sandra Comptour.

  1. PNR des Alpilles, « Guide d’application de la Directive paysagère des Alpilles », 2009, p. 9 []
  2. Héloise Nëz, « Nature et légitimités des savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif. Une enquête ethnographique à Paris », Sociologie, n°4, vol. 2/2011, p. 6. []
  3. Étude d’un montant 28 800 euros, financée à 60% par l’ADEME []
  4. Étude Aménagement durable des territoires ruraux : diagnostic, opportunité et faisabilité d’un projet d’éco-quartier social, financée par la région PACA à hauteur de 8000 euros, puis étude participative financée dans le cadre de l’appel à projet 2011 Habitat, développement social et territoires de la Fondation de France (10 000). []
  5. Christophe Beaurain, « Gouvernance environnementale locale et comportements économiques. », Développement durable et territoires, Dossier 2 : Gouvernance locale et Développement Durable, mis en ligne le 01 novembre 2003, [En ligne], http://developpementdurable.revues.org/index1110.html []
  6. Mis en place par la Région PACA pour mettre en œuvre des projets d’aménagement qui, tout en respectant l’environnement, répondent aux besoins des populations sur les questions du logement, des déplacements et de l’offre de services. []
  7. La Maison de Région Provence, Alpes, Côte d’azur, Marseille, 23 mai 2013. []
  8. la Maison du Temps libre, Lamanon, 4 juin 2013. []
  9. Théâtre de la Calade, Arles, 17 juin 2013. []
  10. Organisé par le Groupement des Amis des Parcs naturels régionaux du Sud-Est, Maussane-les-Alpilles, 14 novembre 2014. []
  11. Dans sa délibération du 28 juin 2013. []
  12. Secteur classé, Natura 2000, Directive paysagère. []
  13. Pierre Donadieu, « Pour une conservation inventive des paysages », in Augustin Berque, Michel Conan, Pierre Donadieu, Bernard Lassus, Alai Roger, Cinq propositions pour une théorie du paysage, (dir.) Berque, Champ Vallon, 1994, p. 74. []