Archives de catégorie : Thématiques

La régie communale agricole de Mouans-Sartoux

Produire des légumes bio pour alimenter les cantines scolaires
de la commune de Mouans-Sartoux (Alpes Maritimes, PACA).

Bénéficiaires : enfants scolarisés de la commune.

Coût du projet / montant de l’acquisition du domaine : 1 million €.

Date de début du projet : 2010

Contexte

Les ingrédients qui ont fait monter la mayonnaise…

Soucieuse de la qualité des repas qu’elle fournit à ses enfants, la commune de Mouans-Sartoux gère les trois cuisines de ses écoles, équipées chacune d’une légumerie. Afin d’augmenter notablement la quantité de produits bio dans ses cantines, la commune a révisé le cahier des charges de son marché public en introduisant des normes environnementales, en allotissant le marché et en réduisant le critère « prix » à 30% de la note finale. Malgré ces précautions, seuls les grands distributeurs ont répondu au marché, en proposant souvent des légumes certes bio mais provenant du monde entier. Comment avoir des produits bio et locaux ?

Parallèlement, dans le cadre d’une réserve foncière, la commune a acquis en 2005, par voie de préemption, un ancien domaine agricole composé d’un terrain de 4ha et d’un mas provençal, situé à deux pas du centre-ville. Que faire de ce domaine ?

Enfin, dernier ingrédient pour que la sauce prenne, la commune est habituée au fonctionnement par régie (eau, assainissement, pompes funèbres, etc.). Ainsi a germé l’idée de créer une régie municipale agricole sur le terrain de 4ha afin de fournir en légumes bio les 3 cantines scolaires de la ville.

Objectifs visés

La Régie communale se donne pour objectif de produire 30 tonnes de légumes en 2012, ce qui correspond à 100% des besoins des 3 cantines scolaires (1100 repas/jour).

Le site de la régie va également servir de support pour développer d’autres services et activités pour les habitants de la commune :

  • des ateliers de démonstration et d’expérimentation écologique (eau, énergie, construction, compostage, jardinage),
  • des conférences, expositions, stages, formations pour des associations ou des professionnels,
  • des espaces permettant aux enfants du centre de loisirs de réaliser des projets, et aux personnes âgées de s’y promener.

Présentation résumée

Une étude de faisabilité a été réalisée en amont du projet permettant de s’assurer de la possibilité de fournir les cantines scolaires en produits locaux de saison. Au cours de l’année 2010, la production et la transformation de légumes ont été testées avec l’appui du service des espaces verts de la commune et la contribution des enfants des 3 écoles concernées.

Après cette année test, une agricultrice a été employée par la Commune en mars 2011 pour cultiver 2 des 4 hectares du domaine. Le service des espaces verts poursuit son appui ponctuel aux travaux importants (arrachage des pommes de terre…). L’itinéraire technique (variétés, dates de semis, etc.) a été adapté pour répondre aux besoins des cantines et éviter le surplus en période de vacances scolaires. Pour la saison 2012, des tunnels vont être installés afin de produire plus facilement des légumes précoces et tardifs, pour mieux correspondre aux besoins des périodes scolaires.

Les cultures de la régie agricole fournissent 80 % des besoins en légumes de la restauration collective : pas moins de 150 000 repas bio par an.
Les cultures de la régie agricole fournissent 80 % des besoins en légumes de la restauration collective : pas moins de 150 000 repas bio par an.

Résultats

Production de légumes bio :

  • 2010 : culture de 2 légumes par le service « espaces verts » de la commune : production d’une tonne de pommes de terre et de 130kg de courges.
  • 2011 : diversification des espèces et variétés (arrivée d’une agricultrice) avec la production de 15 tonnes de légumes bio, soit 50% des besoins des cantines.

Impact social :

  • Le coût du repas est passé de 1,90 euros en 2009 (avant le lancement du projet) à 1,82 en 2010 et 1,80 en 2011 (projections pour l’année 2011).
  • Les surplus de production sont apportés à l’épicerie sociale gérée en régie par la Commune (CCAS). L’épicerie sociale permet aux ménages aux revenus modestes d’acheter des produits à hauteur de 10 à 20 % de leur coût dans le commerce.

Soustraction du domaine à l’urbanisation : le recours au droit de préemption urbain a permis à la commune d’acquérir le domaine en lieu et place d’un promoteur immobilier. L’acquisition a été suivie de son classement en zone agricole dans le cadre de la révision du PLU.

Points d’intérêts

Cette régie communale agricole, unique en France, est un bel exemple de ce qui peut se faire en termes de politique agricole et alimentaire locale pour s’approcher d’une autonomie alimentaire de qualité à l’échelle communale.

Au-delà de l’aspect de production agricole, c’est également un emploi municipal qui a été créé, sous une forme dont on peut souligner le caractère innovant pour le métier d’agriculteur !

Enfin, allant à contre-sens de la tendance actuelle, ce sont 4ha de terrain en friche, destinés à l’urbanisation qui sont retournés vers un usage agricole.

Enseignements

Autour de ce projet, ce sont de multiples acteurs qui ont oeuvré conjointement pour atteindre un objectif commun : élus, techniciens municipaux, cuisiniers, animateurs, enfants, etc. La commune a su motiver et mobiliser ses ressources humaines pour trouver des réponses aux différentes étapes du projet : de l’acquisition des terres au respect des normes règlementaires de la restauration collective. L’engagement des personnes et leur adhésion au projet fut une des clés de la réussite de l’initiative. La réalisation d’un Agenda 21 local avec la participation de la population a notamment été l’occasion d’échanger sur les enjeux agricoles et alimentaires et de mobiliser autour du projet.

Pour en savoir plus

Personne à contacter : Gilles PEROLE, maire-adjoint chargé de l’enfance et de l’éducation.
Téléphone : 04 92 92 47 08
E-mail : gilles.perole@wanadoo.fr

Centrales Villageoises du Pays d’Aigues : devenons producteurs de notre énergie !

De quoi s’agit-il ?

Le concept de Centrales villageoises a été développé par RhonAlpEnergie Environnement et consiste à créer des sociétés de type coopératives et à but éthique, portées par des citoyens avec l’appui des collectivités locales, qui oeuvrent au développement d’une production locale d’énergie renouvelable et de taille humaine.

L’objectif des « Centrales Villageoises du Pays d’Aigues » est double:

  • participer au développement des énergies renouvelables, dans le cadre d’un projet citoyen et de façon concertée avec le Parc Naturel Régional du Luberon et les élus locaux,
  • contribuer à une prise de conscience collective des habitants aux questions d’économies d’énergie.

Ainsi nous visons une appropriation par les citoyens de la politique de transition énergétique.

Concrètement

Comme toute société, la SAS « Centrales Villageoises du Pays d’Aigues » aura un équilibre économique à atteindre. Nous visons une rentabilité de l’ordre de 7% pour pouvoir nous développer. Continuer la lecture de Centrales Villageoises du Pays d’Aigues : devenons producteurs de notre énergie !

Belsunce tropical (collectif Etc, Marseille)

Sur une initiative du Collectif Etc (www.collectifetc.com) et du Bureau de l’Envers, avec la collaboration du graphiste Pierre Tandille et la complicité de nombreux acteurs du quartier, une transformation transitoire de la place Louise Michel, dans le quartier de Belsunce à Marseille.

C’est suite à diverses rencontres d’acteurs locaux que la question de cet espace non-qualifié est apparue, et qu’un chantier ouvert y a été réalisé, du 03 au 08 Novembre 2014.

A. Une place qui n’en est pas une

Officiellement, cette place n’en est pas une. Un immeuble bombardé durant la seconde guerre mondiale a laissé un vide. Les techniciens l’appellent la place Fare/Petites Maries, en référence à deux rues s’y croisant, d’autres l’appellent la place des Chibanis : de nombreux hommes âgés, principalement algériens, y traînent et y discutent.

Depuis plus de 70 ans, la place est en l’état, rafistolée de temps en temps lorsque les nids de poule deviennent dangereux. Or il y a quelques années, la SOLEAM a voulu y construire un nouvel immeuble. L’architecte des bâtiments de France soutenait apparemment le projet qui retrouvait le tracé ancestral du tissu urbain. Mais un groupe d’habitants, porté par le CIQ et l’association des commerçants, s’y est opposé et a demandé l’organisation d’un référendum sur le devenir de cet espace : la décision de conserver ce lieu public l’a au final emportée, le quartier étant déjà d’une grande densité…Symboliquement, une plaque a été apposée, le délaissé est devenu une place, et a pris le nom de Louise Michel, communarde décédée à quelques rues de là.

Depuis, la SOLEAM a prévu de lancer des travaux en vue de la réhabilitation de la place, et la ville y a déposé quelques palmiers en pots…

B. Louise sous les Tropiques…

Le projet de la SOLEAM étant prévu pour la fin 2015, il existe une fenêtre temporelle, une occasion d’intervenir sur cet espace en attendant le lancement des travaux. L’objectif est que cet espace puisse retrouver une forme d’aménité en attendant sa requalification.

L’idée a été de réaliser un aménagement transitoire, entièrement réversible, et de travailler sur le potentiel onirique d’un tel lieu. Un imaginaire, un mélange de Louise Michel et d’ambiance tropicale, de questionnement de l’espace public et de chaleur humaine, d’acte politique et de recherche de plaisir.

Le choix de l’emprise de l’intervention correspond principalement à deux envies :

  • celle d’intervenir sur une partie désœuvrée de la place plutôt que sur la partie déjà quotidiennement utilisé ;
  • celle de s’installer là où les derniers rayons du soleil couchant d’hiver pourront réchauffer les usagers jusqu’à la tombée de la nuit…

Durant la semaine, trois tâches ont été réalisées en parallèle :

  • Un travail de construction, mené par le Collectif Etc en deux temps : un premier, le lundi, a consisté à construire la structure porteuse, à l’image d’un contre-fort retenant le mur aveugle ; un deuxième temps, le reste de la semaine, a permis de construire différentes langues programmatiques entre chacun des contre-forts. Les règles étaient simples : chaque équipe constituée le matin même devait construire une bande dont les hauteurs, largeurs et système structurel étaient donnés, tandis que la longueur, le choix des matériaux et le programme étaient libres.
  • Un travail graphique, piloté par Pierre Tandille, sur des formes colorées représentant le visage déstructuré de Louise Michel, de différentes couleurs disposées sur la structure ; un lettrage en miroir, marquant “louise”, jouant sur une certaine familiarité ou proximité avec Louise Michel, et renforçant l’identité récente de cet espace public.
  • Un travail de réflexion, à l’échelle du quartier, mené par le Bureau de l’Envers : des montages photographiques ont été réalisés, imprimés puis collés à travers le quartier dans différents espaces délaissés, afin de questionner ces lieux et donner à les voir différemment ; le Bureau de l’Envers a ensuite collé une partie de ce travail sur les trois panneaux d’affichage libre situés contre le mur, au milieu de la structure. Avec Pierre Tandille, ils vont continuer à questionner la place et le quartier en alimentant cet affichage tout au long des semaines qui suivent.

Par la suite, l’objectif est que cet espace, en plus de ses usages quotidiens, serve de plateforme de réunions entre les différents acteurs du quartier dans la création avant l’heure de conseils citoyens.

Déjà, une journée organisée quelques semaines plus tard a permis le rajout de divers éléments de mobiliers apportant des améliorations par rapport à la proposition initiale. C’était aussi l’occasion pour différentes personnes de se retrouver le temps d’un après-midi, et de commencer à réfléchir aux suites à donner au projet. De plus, les relations avec la municipalité se sont éclaircies, via une autorisation d’occupation temporaire fournie pour cette journée, contrairement à la semaine de mise en place qui, elle, n’était soumise à aucune autorisation particulière de la part des pouvoirs publics en charge.

La suite reste donc à imaginer, notamment autour de l’officialisation d’un collectif autour de cet espace qui piloterait la suite du projet.

Fablab dans les Bouches du Rhône

Un FabLab : c’est quoi ?

Un fab lab (contraction de l’anglais fabrication laboratory, « laboratoire de fabrication ») est un lieu ouvert au public où il est mis à sa disposition toutes sortes d’outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, pour la conception et la réalisation d’objets.

Venu des Etats-Unis, le mouvement des fab labs, open spaces ou hacker spaces se répand partout en France.

A ce jour, l’association internationale des fablabs compte plus de 250 membres. Ils sont censés respecter la charte définie par l’université américaine MIT, où a été créé le premier fablab à la fin de années 90. Le site wiki.fablab.is répertorie une quarantaine de fablabs en France.

Les FabLab dans le 13

Charte des FabLab

(Source : http://fablab.fr/projects/project/charte-des-fab-labs)

Mission : les fab labs sont un réseau mondial de laboratoires locaux, qui rendent
possible l’invention en donnant aux individus accès à des outils de fabrication
numérique.

Accès : vous pouvez utiliser le fab lab pour fabriquer à peu près n’importe quoi
(dès lors que cela ne nuit à personne) ; vous devez apprendre à le fabriquer vous-même,
et vous devez partager l’usage du lab avec d’autres usagers et utilisateurs.
Éducation : la formation dans le fab lab s’appuie sur des projets et l’apprentissage
par les pairs ; vous devez prendre part à la capitalisation des connaissances et à
l’instruction des autres utilisateurs.

Responsabilité : vous êtes responsable de :

  • La sécurité : savoir travailler sans mettre en danger d’autres personnes ni endommager les machines,
  • La propreté : laisser le lab plus propre que vous ne l’avez trouvé,
  • La continuité : contribuer à entretenir et réparer les outils, à gérer les stocks de fournitures et à rendre compte des incidents.

Secret : les concepts et les processus développés dans les fab labs doivent demeurer disponibles pour un usage individuel même si la propriété intellectuelle peut être protégée.

Business : des activités commerciales peuvent être initiées dans les fab labs, mais elles ne doivent pas faire obstacle à l’accès ouvert. Elles doivent se développer au-delà du lab plutôt qu’en son sein et bénéficier à leur tour aux inventeurs, aux labs et aux réseaux qui ont contribué à leur succès.

La charte originelle en anglais : http://fab.cba.mit.edu/about/charter/