Les enjeux de la plate-forme

La créativité pour changer de paradigme…

La créativité peut se définir comme la capacité à transformer une réalité en trouvant des solutions nouvelles et adaptées au contexte dans lequel elle se manifeste.

Elle traduit la capacité à réaliser une production (concept, projet, action…) originale, voire imprévue apte à poser et à résoudre les problèmes de notre temps.

Pluridisciplinaire, elle englobe tous les domaines de l’activité humaine des sciences à la culture, de l’art à l’économie, de l’urbanisme à l’habitat.

C’est pourquoi, convaincus de la nécessité de changer de paradigme, une quinzaine de responsables, venus d’horizons divers (sociologie, géographie, droit, économie, gestion, urbanisme, chimie…) issus notamment des milieux de la recherche, des collectivités locales, des associations de la région PACA, ont décidé de se rassembler au sein d’une plateforme.

Cette dernière a pour ambition d’être un pôle de débats, un lieu de confrontations et un espace de propositions. Elle se justifie par la nécessité de poser différemment les problèmes d’aujourd’hui pour apporter de nouvelles réponses aux défis de l’emploi, de la solidarité, de l’environnement de l’urbanisme et du développement des territoires en lien avec l’évolution des modes de vie. Elle s’adresse aux institutions, entreprises, bureaux d’études, chercheurs, associations, élus locaux ou personnes physiques qui souhaitent revisiter nos modes de savoir-faire et participer à l’invention d’un nouveau modèle de développement territorial.

1-La fin des certitudes

Il faut se rendre à une évidence. Notre modèle économique et social n’est plus adapté pour répondre aux défis de notre temps. La croissance ne reviendra pas dans les vieux pays de l’OCDE. Le plein emploi est derrière nous. L’Etat-Providence est contesté. Les inégalités de condition de vie s’élargissent. Les aides publiques aux entreprises n’ont que peu d’incidences sur le marché du travail. Les grandes entreprises ne polarisent plus leur environnement. Il n’y plus d’effets d’entraînement. Les créations d’emploi ne réduisent pas le taux de chômage.

Nous vivons une période d’intenses mutations qui remettent cause l’efficacité des politiques économiques locales et nous interpellent sur la modèle qui les sous tend.

Il est surprenant, dans ces conditions, que les pays d’Europe, et notamment la France, continuent à croire en une crise qui n’en est pas une. Dans ce contexte défavorable, ni les syndicats, ni le patronat, ni l’éducation nationale, ni le système de santé, ni les collectivités territoriales ne changent de logiciel.

Au-delà, la société toute entière se renferme sur elle-même, défend des avantages acquis en d’autres temps, évoque la nécessité d’interventions publiques tout en refusant d’y participer financièrement, alors que le niveau d’endettement de l’Etat et des collectivités territoriales limitent drastiquement ses marges de manœuvre. La question du modèle de référence est largement posée.

La quasi-totalité des économistes, notamment notre prix Nobel, restent persuadés des vertus de la pensée néo-classique qui devrait conduire vers un équilibre, si ce n’est vers un optimum. Les sociologues analysent sans fin l’effritement de la solidarité, le creusement des inégalités et la montée des xénophobies. Les politiques convergent vers une même vision de l’entreprise, du territoire, de l’action publique, de la flexibilité. Les responsables politiques évoquent la mondialisation, la révolution Internet, la décentralisation, l’individualisme triomphant pour expliquer la faible efficacité de leurs interventions.

Au-delà de ces constats, de nouveaux défis s’imposent : le changement climatique, la crise énergétique, l’érosion de la biodiversité, la préservation de l’environnement sont devenus des enjeux majeurs reconnus comme tels dans une société en quête de repères.

Mais l’appel à un développement durable n’a que peu de signification pour les actifs sans emplois, les précaires mal logés, les familles éclatées, les entreprises fermées ou les villes étalées sans centre ni périphérie. Pour autant, on ne peut pas faire l’impasse sur ces problématiques qui, à l’échelle mondiale, impactent les populations et les territoires, parfois de manière irréversible comme la montée des eaux littorales ou la pénurie d’eau qui affectent d’ore et déjà certains pays d’Afrique ou d’Asie. La solidarité est au cœur des réflexions de la plate- forme.

2-Initier un autre modèle

Il existe pourtant, éclatées, désordonnées, ponctuelles, non reproductibles mais originales et inventives des initiatives intéressantes qui sont autant de refus de la fatalité. On peut les rassembler dans un mot générique : la créativité. Certes, la créativité, le souci d’innover, de construire d’autres voies n’est pas une nouveauté. Toute l’histoire du capitalisme est celle d’inventions et d’initiatives individuelles ou collectives pour organiser le seul modèle actuellement en cours après l’effondrement du socialisme. Aujourd’hui la créativité a un nom : changer de modèle.

L’équipe de la plate-forme « Créativité et territoires » a analysé ce concept de créativité dans toutes ses dimensions1 . Il en ressort des ouvertures passionnantes et des réalisations exemplaires qui démontrent qu’il y a partout des initiatives individuelles ou collectives qui prouvent que d’autres approches sont possibles pour engager le développement sur d’autres voies que celles portées par le modèle aujourd’hui dominant.

Mais elles ne sont pas évidentes à repérer. Elles ne rentrent pas facilement dans les nomenclatures de l’INSEE, souvent loin des réalités des modes de vie. Elles s’appuient sur des créateurs motivés, des lieux créatifs, des entrepreneurs solidaires, et parfois sur des élus convaincus. Elles font souvent appel aux outils du numérique. Elles s’inscrivent dans de nouvelles approches de l’économie, des pouvoirs locaux, de la sociologie et de l’urbanisme. Elles impliquent tous les acteurs concernés. Elles s’appuient sur la participation active de ceux qui en sont les destinataires. Elles sont citoyennes. Elles ont pour nom économie sociale et solidaire, économie circulaire, économie de la fonctionnalité, économie de la connaissance. Nous les regrouperons autour de l’économie de la créativité.

L’équipe de la plate-forme « Créativité et territoires » entend revisiter les modes d’analyse dominants en sortant du cadre enfermé des approches disciplinaires ou politiciennes. Elle bénéficie de l’implication de personnalités venues de différents milieux dont les histoires personnelles se rencontrent aujourd’hui au-delà de leurs responsabilités ou de leurs métiers. Elle fonctionne sur la fertilisation croisée des compétences et des convictions. Elle est animée pas la volonté de comprendre les mutations de leur territoire de travail, de sortir du cadre institutionnel de leurs employeurs et de tracer des pistes du changement.

La plate-forme capitalise les approches scientifiques et expérimentales qu’elle repère, les analyse et les propose aux aménageurs et aux décideurs pour accompagner leur mise en œuvre.

3-Retour aux territoires

Pour réussir, ces initiatives ont, pour la plupart, une base territoriale. Elles se définissent et s’expriment sur des « espaces vécus » assez puissants pour générer des solidarités entre acteurs et se traduire par des projets portés par des personnes convaincues et des collectifs engagés. Leur démarche associe le plus grand nombre possible de personnes intéressées et mobilisables.

Dans la recherche d’une issue aux basculements du monde, on parle alors de développement local. On entend par là la capacité des territoires à savoir et à pouvoir mobiliser toutes leurs ressources formelles et informelles pour reconstruire le fonctionnement de l’économie par le bas, c’est-à-dire par le territoire. Elle ouvre néanmoins de nouveaux chemins pour « remettre l’économie au service de l’homme », passer en quelque sorte «d’une économie du bien à une économie du lien ».

Le développement local considère le territoire comme un espace de cohérence entre des approches trop souvent perçues comme alternatives entre l’économique et le social, le public et le privé, l’urbain et le rural, la monétaire et le non monétaire, le marchand et le don autour de la conviction qu’il n’existe pas de territoires sans avenir, seulement des territoires sans projet. Le développement local invite à savoir changer de cadre de référence par le recours à la créativité de tous.

Dans cette nouvelle approche, le territoire change de sens. Ce n’est plus l’espace d’application d’un modèle unique de développement, d’une approche macroéconomique ni d’une seule politique conduite par un Etat centralisé mais bien un milieu spécifique, produit d’une histoire, d’une géographie et d’une culture où évoluent des acteurs qui portent des stratégies variables au cours du temps.

La difficulté vient du fait qu’au-delà du mot, se superposent divers territoires dont les limites relatives changent avec les modes de vie, les déplacements de toute nature, les équipements collectifs, les implantations d’entreprises ou au contraire les cessations d’activité. L’acteur politique principal devient alors le pouvoir local, défini par les collectivités territoriales dont les compétences s’élargissent avec la décentralisation mais dont les limites territoriales ne sont plus compatibles avec les modes de vie. Il lui appartient d’encourager la créativité. La plate- forme est au service des institutions pour les accompagner sur ce chemin.

On parle alors de territoire vécu pour exprimer le fait qu’il est non seulement spécifique mais vivant, habité, animé et non plus homogène, mesurable ou identifiable à une moyenne statistique. On peut identifier les territoires économiques, généralement assez vastes pour pouvoir s’appuyer sur la diversité de leurs ressources des territoires sociaux, beaucoup plus restreints dans la mesure où les populations en difficultés sont peu mobiles et des territoires environnementaux définis par leur géographie. La créativité les concerne tous. En fait, il n’y a pas de « bons territoires ». Tout dépend de la problématique étudiée.

Cette approche du développement se distingue de la croissance économique. Qualitative, elle exprime un progrès, un mouvement, une amélioration qui ne se ramènent pas à un taux de croissance. Le développement territorial n’est pas fermé aux seules ressources du territoire concerné qui varient évidemment fortement d’un espace à un autre. Il dépend des politiques publiques et des transferts reçus d’autres territoires, de l’Union Européenne, de l’Etat ou d’autres collectivités territoriales. Aucun territoire ne conduit un développement exclusivement endogène, synonyme d’enfermement. C’est à ce niveau que s’exprime la créativité.

Bien entendu, ces ouvertures ne sont pas facilitées par des aides publiques en forte réduction partout, les difficultés de l’engagement collectif et un certain désenchantement du monde. C’est pourquoi elles restent expérimentales et font appel à la mobilisation de ressources privées (crowfunding) et aux nombreuses formes du bénévolat et de la philanthropie. C’est tout le modèle économique du secteur associatif qui est interpellé. Dans un proche avenir, ce secteur sera sans doute de moins en moins accompagné par les pouvoirs locaux. Il doit conquérir son indépendance financière qui est aussi politique. Mais il n’est pas interdit d’inviter les collectivités territoriales a savoir, elles aussi, changer de modèle et à modifier en profondeur leurs interventions économiques et sociales. Les métropoles et les régions sont au cœur de cette ambition.

Pour diverses raisons économiques (compte tenu de la spécificité de son appareil productif), sociétales (avec une population active inventive), culturelles (du fait du grand nombre d’initiatives qui en relèvent) et scientifiques (vu le fort potentiel en recherche), le territoire est un incontestable lieu de créativité. L’expérience montre que ces démarches (nommées ici créatives) sont nombreuses et mal connues. Cette ambition d’adapter les politiques publiques aux nouvelles conditions du développement fait appel à l’imagination de ses acteurs invités à sortir du cadre classique de l’analyse économique et sociale pour inventer des approches adaptées aux défis de notre temps.

La plate-forme créativité et territoire a l’intention de les repérer. Non pas pour étudier les conditions de leur généralisation mais pour démontrer qu’elles portent du sens : celui du changement possible, du refus de la fatalité et de la mobilisation d’acteurs créatifs.

Derrière la société créative, s’exprime une éthique du développement.

Annexe

Exemples d’initiatives créatrices

Dans le domaine économique

  • développer le contrat d’activité aujourd’hui abandonné
  • valoriser toutes les formes du bénévolat et de l’économie du don
  • reconnaître toute leur place aux actions d’insertion
  • promouvoir des monnaies locales
  • protéger une agriculture de proximité

Dans le domaine social

  • transformer l’action sociale de sa mission d’ouverture aux droits sociaux vers celle d’accompagnement individualisé de personnes en difficulté
  • assurer le droit au logement pour tous par des constructions nouvelles adaptées à la situation des mal logés
  • prévenir les conséquences du vieillissement de la population par des équipements adaptés
  • aider le habitants à rénover eux mêmes leur logement par des conseils et le prêt d’outils adaptés
  • refonder la politique de la ville à partir des besoins exprimés par les habitants de ces quartiers eux-mêmes en évitant les démolitions
  • inviter les communes à mettre en place des mutuelles locales

Dans le domaine culturel

  • faciliter l’accès de tous à la culture par une tarification adaptée
  • faire connaître les richesses des quartiers par des visites sur leur histoire
  • considérer le patrimoine comme un facteur d’attractivité
  • insérer la culture dans le développement durable et les agendas 21
  • créer des lieux innovants (comme la friche de la Belle de Mai à Marseille) en s’appuyant sur la classe créative

Dans le domaine des transports

  • améliorer l’offre de transport en commun et en site propre
  • développer le co- voiturage et l’auto- partage
  • généraliser les plans de déplacements des entreprises et des administrations
  • équiper la ville pour promouvoir des modes doux de transport

En matière d’urbanisme

  • revaloriser les espaces publics par des équipements et des manifestations pour les transformer en instruments de citoyenneté
  • passer des PLU communaux à des PLU intercommunaux, expliquer ce que SCOT veut dire
  • réintroduire l’art dans la cité
  • traduire le concept de ville créative par un soutien public aux « créatifs » de toute nature
  • développer les jardins familiaux, les espaces verts et promouvoir le retour de la nature en ville (trames vertes et bleues)
  • généraliser l’éco- construction

En matière de numérique

  • favoriser les cantines numériques et les espaces de travail ouverts à tous (FabLab)
  • ouvrir des « Living Lab », laboratoires d’innovation ouverte
  • combattre la fracture numérique
  1. Voir les travaux de la plate-forme « De la créativité individuelle aux territoires créatifs » : un état de l’art- Mars 2015 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *