Colloque Economie circulaire et territoires durables : quels principes et outils ? (17 avril 2015, Ollières)

Le colloque du Pôle Développement Durable et Territoires Méditerranéens :

Economie circulaire et territoires durables : quels principes et outils ?

17 Avril 2015, LivingLab, Les Terres de Saint-Hilaire, RD3, 83470 Ollières – Tel : 04 98 05 40 10

> Lire le compte-rendu du colloque

L’économie circulaire s’oppose au modèle économique linéaire basé sur l’idée d’une planète offrant des réserves de ressources naturelles infinies. Selon la définition donnée par le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, l’économie circulaire désigne « un concept économique qui s’inscrit dans le cadre du développement durable et dont l’objectif est de produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie ». Il s’agit de déployer, une nouvelle économie, fondée sur le principe de « refermer le cycle de vie » des produits, des services, des déchets, des matériaux, de l’eau et de l’énergie ». Pour atteindre ces objectifs, l’économie circulaire s’appuie sur des démarches clés telles que l’éco-conception, l’écologie industrielle, le réemploi, la réparation, le recyclage ou encore l’économie de la fonctionnalité.

Le concept a été porté par le Grenelle de l’environnement. La conférence environnementale de 2013 a débouché sur le lancement de groupes de travail sur l’amélioration de l’efficacité des ressources et des stratégies industrielles et territoriales. L’économie circulaire fait aussi l’objet de l’axe 2 de la Stratégie Nationale de la Transition Ecologique vers un Développement Durable.

Cet engouement témoigne que l’économie circulaire est à la croisée des dimensions économique, environnementale et sociale. Ce pilier social apparaît d’autant plus fort que l’économie circulaire peut contribuer à l’émergence d’activités non délocalisables et créatrices d’emplois.

Les initiatives se multiplient partout en France, pour produire ou consommer autrement en donnant une nouvelle vie à un produit ou en la rallongeant. De nombreuses démarches sont recensées, initiées sur des périmètres géographiques variables (zone d’activités, zone urbaine, agglomération, Parc naturel régional…), au contenu d’inégale importance (étude, mutualisation, actions de valorisation, éco-pôle…).

L’ampleur des enjeux pour la décennie à venir exige d’engager une accélération et une généralisation des actions, et ce bien au-delà de la seule gestion des déchets.

L’économie circulaire peut être une chance pour aller vers un nouveau modèle sociétal, écologiquement plus vertueux et socialement moins inégalitaire, mais le chemin est long et complexe. A la mutation du modèle productif (écoconception des produits, démarche d’écologie industrielle, vente de l’usage plutôt que du bien), l’économie circulaire en appelle à la responsabilité sociétale de toute la chaîne d’acteurs (éco-responsabilité des entreprises, vision à long terme des décideurs politiques, pratiques locales collaboratives, comportement plus consom’acteur). En d’autres termes, il ne s’agit pas seulement de verdir la production mais de s’engager dans la voie d’une économie sociétalement responsable.  Continuer la lecture de Colloque Economie circulaire et territoires durables : quels principes et outils ? (17 avril 2015, Ollières)

Journée de la Plate-forme « Créativité et territoires » du 12 décembre 2014

La journée de la Plate-forme « Créativité et territoires »

12 décembre 2014, 9h30-17h
SciencesPo, salle D002 (Rez de chaussée)
Espace Philippe Seguin, Avenue Jean Delmas, Aix en Provence
Contact : yvette.lazzeri@univ-amu.fr/0661255684

Compte-rendu et liste des participants

1. Les Plates-formes : retour d’expériences

Plateforme créativité et territoires (http://creativite-et-territoire.org) est aujourd’hui portée par l’Espace Mendès France de Poitiers. Elle a pris naissance en 2002 dans le cadre des clubs Partenaires Pour Agir et plus particulièrement dans le cadre du club inter-régional Poitou-Charentes/ Limousin/ Centre dont l’IAAT a assuré la mission de structure d’appui (partenariat avec l’INDL, l’A3P, le collectif ville-campagne).

La plateforme nomade, nationale et expérimentale, est dédiée aux expériences et aux réflexions créatives dans les territoires. Les rencontres organisées par la Plateforme conjuguent des lieux et des structures porteuses d’expériences différentes.

Deux besoins : vision de l’intérieur des territoires et partenariat avec le monde de la recherche.

Montée en puissance de la question de la créativité dans les territoires : 

  • Depuis Landry (1995), on assiste ((Landry C. et Bianchini F. (1995), The Creative City Ed. Demos)) à une montée en puissance des recherches sur les processus créatifs en France.
  • Todd Lubart (Université Paris Descartes) crée en 2010 le premier institut de la créativité en France (LATI).
  • 2007, Ivan Toulouse (professeur Arts plastiques) organise le colloque Eurêka, « le moment de l’invention, un dialogue entre art et science ». Le propos était de spécifier la position du créateur, au sens le plus large, en confrontant les expériences différentes de la découverte scientifique, de l’invention technique et de la création artistique, pour tenter de dégager ce qui engagerait une heuristique de la création.
  • 2009 est l’Année européenne de l’innovation et de la créativité, des Ambassadeurs de la créativité sont nommés.
  • Une ANR (2009-2012) pose des financements sur la création (≠ de la créativité). Responsable : Ivan Toulouse, Programme CREAPRO-Eurêka.
  • 2011, création de la Coopérative des tiers lieux (espace de coworking) en Aquitaine (www. coop.tierslieux.net). Séminaire en marchant, territoires en marche, appropriation de l’espace, dérive… pour décloisonner les pratiques, en lien avec les réseaux et niches d’expérimentations locales (soutien à l’entreprenariat, secteur de l’ESS).
  • Depuis 2012, la plateforme de Poitiers organise chaque année « Les journées d’automne européennes et francophones de la créativité dans les territoires ». L’idée est de fédérer les réseaux de créativité de tous horizons (designer, architectes, arts de la rue…).
  • Mise en place de réseaux régionaux : Créa-france, créatifs culturels, alliance pour le développement local, réseau slow-food en provence…
  • Travaux de l’historien Pierre Rosanvallon sur l’innovation sociale, de P. Ray & S. Anderson sur les créatifs culturels (≈1/3 des populations d’Amérique du Nord, d’Europe de l’ouest et du Japon).
  • 2014, séminaire « Territoires en marche » (commune des Deux Sèvres) : temps de sensibilisation et d’échanges d’expériences sur l’appropriation et l’implication dans « l’espace public ».
  • J.P. Aubert (préfet rattaché au premier ministre sur les mutations économiques) a manifesté son intérêt pour le sujet.
  • Autre expérience, La Fabrique citoyenne, une Société coopérative d’intérêt collectif (Bernard Brunet),  pour initier et incuber des projets innovants de coopératives « de services pratiques », d’habitat collectif, de solidarité culturelle… portées et gérées par des citoyens qui veulent en garder la maîtrise politique (co-production et gouvernance partagée) et économique ».

Le constat d’un grand nombre de réseaux, de niches d’expérimentations locales, mais aussi de cloisonnement des pratiques et d’une absence de transdisciplinarité (notamment SHS et artistes) interroge sur le mode de gouvernance et la collaboration de la société civile, pour favoriser la créativité dans les territoires.

Quels dispositifs d’échanges pour les citoyens ? Qui parle pour qui ? Le statut de l’élu souffre d’une crise de légitimité, la représentativité de l’élu est mise à mal face à des groupes de pressions, qui estiment qu’il ne représente plus les habitants.

Le territoire du pays d’Aix bénéficie de nombreuses créations d’entreprises (artistiques, économiques, sociales, environnementales). Mais en terme de gouvernance, les réunions publiques se font sans public. La créativité est exogène (ex. de la micro-électronique). Que reste-t-il quand les activités partent ? Le contexte de crises économique, institutionnelle, morale, environnementale, sanitaire, financière force à réinventer des choses. Mais les acteurs sont pris dans divers carcans juridiques : temporalités des mandats, surinflation législative (parfois sans décret d’accompagnement), mais aussi normative et réglementaire.

Face à cette tension, la tentation est de donner la parole, la légitimité et donc le pouvoir à des techniciens. En définitive, la parole citoyenne est confisquée par des techniciens qui parlent à la place du peuple, au nom de leur connaissance dite « scientifique , au nom des élus car nous évoluons dans une société de gestion, rationnelle et donc positionnée comme a-politique. Cette situation produit des résultats désastreux, où l’échec attendu est alors incriminé aux habitants ou aux élus par les technocrates qui préconisent alors un dispositif qui va reproduire les mêmes résultats. Ce système rodé, et efficace est désastreux , il est onéreux, et porteur, de multiples disparités.  Continuer la lecture de Journée de la Plate-forme « Créativité et territoires » du 12 décembre 2014