Archives par mot-clé : espaces publics

Belsunce tropical (collectif Etc, Marseille)

Sur une initiative du Collectif Etc (www.collectifetc.com) et du Bureau de l’Envers, avec la collaboration du graphiste Pierre Tandille et la complicité de nombreux acteurs du quartier, une transformation transitoire de la place Louise Michel, dans le quartier de Belsunce à Marseille.

C’est suite à diverses rencontres d’acteurs locaux que la question de cet espace non-qualifié est apparue, et qu’un chantier ouvert y a été réalisé, du 03 au 08 Novembre 2014.

A. Une place qui n’en est pas une

Officiellement, cette place n’en est pas une. Un immeuble bombardé durant la seconde guerre mondiale a laissé un vide. Les techniciens l’appellent la place Fare/Petites Maries, en référence à deux rues s’y croisant, d’autres l’appellent la place des Chibanis : de nombreux hommes âgés, principalement algériens, y traînent et y discutent.

Depuis plus de 70 ans, la place est en l’état, rafistolée de temps en temps lorsque les nids de poule deviennent dangereux. Or il y a quelques années, la SOLEAM a voulu y construire un nouvel immeuble. L’architecte des bâtiments de France soutenait apparemment le projet qui retrouvait le tracé ancestral du tissu urbain. Mais un groupe d’habitants, porté par le CIQ et l’association des commerçants, s’y est opposé et a demandé l’organisation d’un référendum sur le devenir de cet espace : la décision de conserver ce lieu public l’a au final emportée, le quartier étant déjà d’une grande densité…Symboliquement, une plaque a été apposée, le délaissé est devenu une place, et a pris le nom de Louise Michel, communarde décédée à quelques rues de là.

Depuis, la SOLEAM a prévu de lancer des travaux en vue de la réhabilitation de la place, et la ville y a déposé quelques palmiers en pots…

B. Louise sous les Tropiques…

Le projet de la SOLEAM étant prévu pour la fin 2015, il existe une fenêtre temporelle, une occasion d’intervenir sur cet espace en attendant le lancement des travaux. L’objectif est que cet espace puisse retrouver une forme d’aménité en attendant sa requalification.

L’idée a été de réaliser un aménagement transitoire, entièrement réversible, et de travailler sur le potentiel onirique d’un tel lieu. Un imaginaire, un mélange de Louise Michel et d’ambiance tropicale, de questionnement de l’espace public et de chaleur humaine, d’acte politique et de recherche de plaisir.

Le choix de l’emprise de l’intervention correspond principalement à deux envies :

  • celle d’intervenir sur une partie désœuvrée de la place plutôt que sur la partie déjà quotidiennement utilisé ;
  • celle de s’installer là où les derniers rayons du soleil couchant d’hiver pourront réchauffer les usagers jusqu’à la tombée de la nuit…

Durant la semaine, trois tâches ont été réalisées en parallèle :

  • Un travail de construction, mené par le Collectif Etc en deux temps : un premier, le lundi, a consisté à construire la structure porteuse, à l’image d’un contre-fort retenant le mur aveugle ; un deuxième temps, le reste de la semaine, a permis de construire différentes langues programmatiques entre chacun des contre-forts. Les règles étaient simples : chaque équipe constituée le matin même devait construire une bande dont les hauteurs, largeurs et système structurel étaient donnés, tandis que la longueur, le choix des matériaux et le programme étaient libres.
  • Un travail graphique, piloté par Pierre Tandille, sur des formes colorées représentant le visage déstructuré de Louise Michel, de différentes couleurs disposées sur la structure ; un lettrage en miroir, marquant “louise”, jouant sur une certaine familiarité ou proximité avec Louise Michel, et renforçant l’identité récente de cet espace public.
  • Un travail de réflexion, à l’échelle du quartier, mené par le Bureau de l’Envers : des montages photographiques ont été réalisés, imprimés puis collés à travers le quartier dans différents espaces délaissés, afin de questionner ces lieux et donner à les voir différemment ; le Bureau de l’Envers a ensuite collé une partie de ce travail sur les trois panneaux d’affichage libre situés contre le mur, au milieu de la structure. Avec Pierre Tandille, ils vont continuer à questionner la place et le quartier en alimentant cet affichage tout au long des semaines qui suivent.

Par la suite, l’objectif est que cet espace, en plus de ses usages quotidiens, serve de plateforme de réunions entre les différents acteurs du quartier dans la création avant l’heure de conseils citoyens.

Déjà, une journée organisée quelques semaines plus tard a permis le rajout de divers éléments de mobiliers apportant des améliorations par rapport à la proposition initiale. C’était aussi l’occasion pour différentes personnes de se retrouver le temps d’un après-midi, et de commencer à réfléchir aux suites à donner au projet. De plus, les relations avec la municipalité se sont éclaircies, via une autorisation d’occupation temporaire fournie pour cette journée, contrairement à la semaine de mise en place qui, elle, n’était soumise à aucune autorisation particulière de la part des pouvoirs publics en charge.

La suite reste donc à imaginer, notamment autour de l’officialisation d’un collectif autour de cet espace qui piloterait la suite du projet.