Archives par mot-clé : mis-en-avant

Les 3e Rencontres de l’économie circulaire et territoires

Economie circulaire et territoires durables : opportunités et menaces du numérique, 29, 30 novembre et 1er décembre 2017, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence.  Continuer la lecture de Les 3e Rencontres de l’économie circulaire et territoires

La régie communale agricole de Mouans-Sartoux

Produire des légumes bio pour alimenter les cantines scolaires
de la commune de Mouans-Sartoux (Alpes Maritimes, PACA).

Bénéficiaires : enfants scolarisés de la commune.

Coût du projet / montant de l’acquisition du domaine : 1 million €.

Date de début du projet : 2010

Contexte

Les ingrédients qui ont fait monter la mayonnaise…

Soucieuse de la qualité des repas qu’elle fournit à ses enfants, la commune de Mouans-Sartoux gère les trois cuisines de ses écoles, équipées chacune d’une légumerie. Afin d’augmenter notablement la quantité de produits bio dans ses cantines, la commune a révisé le cahier des charges de son marché public en introduisant des normes environnementales, en allotissant le marché et en réduisant le critère « prix » à 30% de la note finale. Malgré ces précautions, seuls les grands distributeurs ont répondu au marché, en proposant souvent des légumes certes bio mais provenant du monde entier. Comment avoir des produits bio et locaux ?

Parallèlement, dans le cadre d’une réserve foncière, la commune a acquis en 2005, par voie de préemption, un ancien domaine agricole composé d’un terrain de 4ha et d’un mas provençal, situé à deux pas du centre-ville. Que faire de ce domaine ?

Enfin, dernier ingrédient pour que la sauce prenne, la commune est habituée au fonctionnement par régie (eau, assainissement, pompes funèbres, etc.). Ainsi a germé l’idée de créer une régie municipale agricole sur le terrain de 4ha afin de fournir en légumes bio les 3 cantines scolaires de la ville.

Objectifs visés

La Régie communale se donne pour objectif de produire 30 tonnes de légumes en 2012, ce qui correspond à 100% des besoins des 3 cantines scolaires (1100 repas/jour).

Le site de la régie va également servir de support pour développer d’autres services et activités pour les habitants de la commune :

  • des ateliers de démonstration et d’expérimentation écologique (eau, énergie, construction, compostage, jardinage),
  • des conférences, expositions, stages, formations pour des associations ou des professionnels,
  • des espaces permettant aux enfants du centre de loisirs de réaliser des projets, et aux personnes âgées de s’y promener.

Présentation résumée

Une étude de faisabilité a été réalisée en amont du projet permettant de s’assurer de la possibilité de fournir les cantines scolaires en produits locaux de saison. Au cours de l’année 2010, la production et la transformation de légumes ont été testées avec l’appui du service des espaces verts de la commune et la contribution des enfants des 3 écoles concernées.

Après cette année test, une agricultrice a été employée par la Commune en mars 2011 pour cultiver 2 des 4 hectares du domaine. Le service des espaces verts poursuit son appui ponctuel aux travaux importants (arrachage des pommes de terre…). L’itinéraire technique (variétés, dates de semis, etc.) a été adapté pour répondre aux besoins des cantines et éviter le surplus en période de vacances scolaires. Pour la saison 2012, des tunnels vont être installés afin de produire plus facilement des légumes précoces et tardifs, pour mieux correspondre aux besoins des périodes scolaires.

Les cultures de la régie agricole fournissent 80 % des besoins en légumes de la restauration collective : pas moins de 150 000 repas bio par an.
Les cultures de la régie agricole fournissent 80 % des besoins en légumes de la restauration collective : pas moins de 150 000 repas bio par an.

Résultats

Production de légumes bio :

  • 2010 : culture de 2 légumes par le service « espaces verts » de la commune : production d’une tonne de pommes de terre et de 130kg de courges.
  • 2011 : diversification des espèces et variétés (arrivée d’une agricultrice) avec la production de 15 tonnes de légumes bio, soit 50% des besoins des cantines.

Impact social :

  • Le coût du repas est passé de 1,90 euros en 2009 (avant le lancement du projet) à 1,82 en 2010 et 1,80 en 2011 (projections pour l’année 2011).
  • Les surplus de production sont apportés à l’épicerie sociale gérée en régie par la Commune (CCAS). L’épicerie sociale permet aux ménages aux revenus modestes d’acheter des produits à hauteur de 10 à 20 % de leur coût dans le commerce.

Soustraction du domaine à l’urbanisation : le recours au droit de préemption urbain a permis à la commune d’acquérir le domaine en lieu et place d’un promoteur immobilier. L’acquisition a été suivie de son classement en zone agricole dans le cadre de la révision du PLU.

Points d’intérêts

Cette régie communale agricole, unique en France, est un bel exemple de ce qui peut se faire en termes de politique agricole et alimentaire locale pour s’approcher d’une autonomie alimentaire de qualité à l’échelle communale.

Au-delà de l’aspect de production agricole, c’est également un emploi municipal qui a été créé, sous une forme dont on peut souligner le caractère innovant pour le métier d’agriculteur !

Enfin, allant à contre-sens de la tendance actuelle, ce sont 4ha de terrain en friche, destinés à l’urbanisation qui sont retournés vers un usage agricole.

Enseignements

Autour de ce projet, ce sont de multiples acteurs qui ont oeuvré conjointement pour atteindre un objectif commun : élus, techniciens municipaux, cuisiniers, animateurs, enfants, etc. La commune a su motiver et mobiliser ses ressources humaines pour trouver des réponses aux différentes étapes du projet : de l’acquisition des terres au respect des normes règlementaires de la restauration collective. L’engagement des personnes et leur adhésion au projet fut une des clés de la réussite de l’initiative. La réalisation d’un Agenda 21 local avec la participation de la population a notamment été l’occasion d’échanger sur les enjeux agricoles et alimentaires et de mobiliser autour du projet.

Pour en savoir plus

Personne à contacter : Gilles PEROLE, maire-adjoint chargé de l’enfance et de l’éducation.
Téléphone : 04 92 92 47 08
E-mail : gilles.perole@wanadoo.fr

Alimentation responsable et durable : vers des systèmes alimentaires territorialisés (colloque des 15 et 16 septembre 2016)

Colloque du Pôle Développement Durable et Territoires Méditerranéens et de sa plateforme Créativité et Territoires

« Deuxième Rencontre de l’Economie circulaire et Territoires »

Alimentation responsable et durable : vers des systèmes alimentaires territorialisés

15 et 16 septembre 2016, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – Salle G. Duby, Aix-en-Provence

Le colloque s’inscrit dans les Rencontres annuelles de l’Economie circulaire et Territoires organisées par le Pôle développement durable et territoires méditerranéens. Après avoir posé lors des premières rencontres, les grands principes d’une économie circulaire pour des territoires durables, le colloque de 2016 propose une entrée thématique sur les systèmes alimentaires territorialisés (SAT).

De nombreuses voix s’élèvent en faveur de la promotion d’une alimentation responsable et durable et de SAT. Cette préoccupation est apparue au niveau national avec l’inclusion dans la  Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt  de la notion de « projets alimentaires territoriaux » (octobre 2014) mais aussi la Déclaration de Rennes « Pour des systèmes alimentaires territorialisés » de l’Association des Régions de France (juillet 2014). En région PACA, la création de l’Observatoire des circuits courts et la multiplication d’initiatives locales témoignent de l’engouement pour produire et consommer plus sain, plus proche, plus durable.

Dans le contexte de changement climatique, l’ampleur des enjeux pour la décennie à venir exige d’engager une accélération d’actions innovantes et créatives (réplication des expériences pionnières et/ou leur changement d’échelle) en termes d’agroécologie, de circuits courts et de proximité et de construction d’une gouvernance alimentaire territorialisée.

L’ambition du colloque est,  à l’appui de la présentation de quelques expériences particulièrement originales et porteuses de sens, d’alimenter la réflexion sur les conditions d’émergence de systèmes alimentaires territorialisés. Il s’agira par ailleurs de s’interroger sur l’efficacité de SAT par la création ou l’intensification de boucles courtes et de proximité. Appliquée à l’échelle d’un SAT, l‘économie circulaire renvoie à l’optimisation de la consommation de surfaces, de matières, d’énergie, d’eau et vise à favoriser au niveau local, la création d’emplois et une agriculture plus sobre en termes d’émissions carbone, de consommation de ressources (solutions techniques de culture et d’élevage, technologies de transformation et de conservation, optimisation logistique du transport…), de mutualisation (intrants, services, équipements), de recyclage, de valorisation des déchets, de limitation du gaspillage, des pertes et des déchets non recyclables.

Le colloque s’appuie sur le maillage de chercheurs, agriculteurs, entreprises agroalimentaires, activités de services, collectivités territoriales/parcs régionaux. Il vise à faire l’inventaire des initiatives régionales en matière d’alimentation responsable et durable, à identifier les freins et leviers afin de proposer des solutions innovantes et reproductibles.

Comité scientifique

  • Guy-Noël ABRAHAM, Chargé de mission, Canal de Provence
  • Hélène BALU, Directrice d’Etudes, AGAM Marseille
  • Michel CHIAPPERO, Professeur associé, Aix-Marseille Université
  • Jefferson BROTONS, Doctorant-Chercheur, DICE-CERIC-CNRS-AMU.
  • Christine CUENCA, Chercheur-consultant.
  • Emmanuel DELANNOY, Directeur Institut Inspire
  • Mariane DOMEIZEL, Maître de conférences, Aix-Marseille Université
  • Julia FREZEL, Chargée de mission, Conseil régional Paca
  • François Michel LAMBERT, Président de l’Institut d’Economie Circulaire, Paris
  • Jean-Charles LARDIC, Directeur de la Prospective, Mairie de Marseille
  • Yvette LAZZERI, Chercheur, Responsable du Pôle Développement durable, DICE-CERIC-CNRS-AMU.
  • Béatrice MESINI, Chercheur, TELEMME, CNRS-AMU
  • Emmanuelle MOUSTIER, Maître de conférences, IMPGT-AMU
  • Gwenn Pulliat, ATER, TELEMME, CNRS-AMU
  • Jean Louis Rastoin, Professeur émérite à Montpellier SupAgro-UMR Moisa, Directeur de la Chaire Unesco et du réseau Unitwin en Alimentation du monde
  • Henri Rouillé d’Orfeuil, RESOLIS, Académie d’agriculture

Comité d’organisation

  • Mariane DOMEIZEL, Maître de conférences, Aix-Marseille Université – courriel : mariane.domeizel@univ-amu.fr
  • Yvette LAZZERI, Chercheur, Responsable du Pôle Développement durable, DICE-CERIC-CNRS-AMU – courriel : yvette.lazzeri@univ-amu.fr
  • Béatrice MESINI, Chercheur, TELEMME, CNRS-AMU – courriel : Mesini@mmsh.univ-aix.fr

Pôle Développement Durable et Territoires Méditerranéens – Responsable : Yvette Lazzeri – DICE-CERIC-CNRS- Aix Marseille Université – 3 avenue Robert Schuman, 13628 Aix en Provence cedex 1 – http://www.pole-developpementdurable.univ-cezanne.fr – Tel : 0486914247/ 0661255684.

> Voir le compte-rendu.

> Pour les vidéos du colloque, rendez-vous sur la chaîne Youtube Tcréatif

Crédit photo : « Take Back Your Health Conference 2015 Los Angeles » via Flickr

Centrales Villageoises du Pays d’Aigues : devenons producteurs de notre énergie !

De quoi s’agit-il ?

Le concept de Centrales villageoises a été développé par RhonAlpEnergie Environnement et consiste à créer des sociétés de type coopératives et à but éthique, portées par des citoyens avec l’appui des collectivités locales, qui oeuvrent au développement d’une production locale d’énergie renouvelable et de taille humaine.

L’objectif des « Centrales Villageoises du Pays d’Aigues » est double:

  • participer au développement des énergies renouvelables, dans le cadre d’un projet citoyen et de façon concertée avec le Parc Naturel Régional du Luberon et les élus locaux,
  • contribuer à une prise de conscience collective des habitants aux questions d’économies d’énergie.

Ainsi nous visons une appropriation par les citoyens de la politique de transition énergétique.

Concrètement

Comme toute société, la SAS « Centrales Villageoises du Pays d’Aigues » aura un équilibre économique à atteindre. Nous visons une rentabilité de l’ordre de 7% pour pouvoir nous développer. Continuer la lecture de Centrales Villageoises du Pays d’Aigues : devenons producteurs de notre énergie !