FabLab, LivingLab, espace de coworking… : compte-rendu et vidéos de l’atelier du 18 septembre 2015

L’atelier de la Plate-forme Créativité et Territoires

« FabLab, LivingLab, espace de coworking…: des moteurs de la créativité et de l’innovation dans un territoire ? »

18 septembre 2015 – Maison Méditerranéenne des Sciences de L’Homme

Contacts : cuenca.christine@neuf.fr – yvette.lazzeri@univ-amu.fr – Tel 0661255684

Voir le programme et la liste des participants.

Voir la vidéo de la journée.

Présentation du Pôle développement durable et territoires méditerranéens et sa plateforme «Créativité et territoires », Yvette Lazzeri

Tiers Lieux : de quoi parle t-on ? Christine Cuenca

Tiers lieux ou lieux créatifs, domaine foisonnant, très riche. Tour d’horizon.

Ray Oldenburg (1989), espace privé, travail et tiers-lieux, tout espace de socialisation en dehors des deux premières sphères. Caractéristiques : neutralité, accessibilité physique, pécuniaire, présence d’habitués, l’ouverture (accueil des nouveaux venus)

Fonctions : être niveleur, rencontrer des amis, échanger des idées, débattre et trouver des solutions, générer un capital social.

Émergence des lieux créatifs partout dans le Monde, dans les villes comme en milieu rural.

Typologie rapide : espaces de coworking (mixer les compétences, travail par projet, éléments de développement de certaines firmes), Fab lab, Living lab, autant d’espaces aux frontières poreuses.

En 2013, espace de coworking surtout en Europe et Amérique du Nord mais également sur l’ensemble des continents, environ 4000 recensés aujourd’hui dans le monde, avec un doublement chaque année. En France, le premier créé en 2008, aujourd’hui plus de 400.

Les Living Labs, sont des laboratoires vivants et l’expression d’un changement du modèle d’innovation : ouverts et centrés sur l’usager pour expérimenter des services nouveaux. Réseau européen ENoLL, à ce jour plus de 400, dans une 40aine de pays (2011). Les Living Labs vont de l’échelle d’une réalisation (Ex. Smart House Living Lab à Madrid…), à celle d’un quartier (Campus du MIT) jusqu’à l’échelle urbaine (Smart Cities…). 

Les FabLabs, laboratoire de fabrication, mise à disposition d’outils, pour prototyper, créer ou réparer les objets.

Autres lieux, cantines numériques, Hack Lab, Média Lab, Art Lab…, sous formes de camps…

Multiplication des tiers-lieux qui touchent tous les espaces et générations, on peut se demander dans quelle mesure ils vont impacter nos modes de vie, les innovations (et leur rythme).

9h30 12h00 : Tiers Lieux… des espaces de créativité ?

Tiers Lieux : créer et entretenir des espaces de fraternisation et de transformation collective, Y. Lusson, Fairensemble.com

Formé à Jussieu en Communication scientifique et technique, Yves Lusson délaisse un temps le journalisme et la communication publique pour se former à la Thérapie Sociale TST. Conscient qu’il faut travailler à « recoller les morceaux, car nous vivons désormais « entre nous », en « clans », il n’y a plus de mixité », Y. Lusson intervient notamment dans les nouveaux tiers-lieux, car selon lui, ces derniers sont des espaces vraiment intéressants et qui pourraient permettre aux individus de se rencontrer vraiment, de trouver collectivement des solutions pour continuer à « faire société ensemble » (un rôle qui était autrefois dévolu aux syndicats, aux partis, au « café de la place », à la paroisse, aux associations, etc.).

Que manque-t-il aux tiers-lieux pour tenir ce rôle ? Il règne aujourd’hui dans ces lieux un sentiment d’homogénéité sociale, avec parfois une « bienveillance forcée » qui empêche de dire ce que l’on pense, alors que nous avons besoin de conflit pour créer et nous transformer. Seule la confrontation permet de faire émerger tous les points de vue, les besoins, les motivations, forcément différents selon les individus. Il faut donc travailler sur nos capacités à rentrer dans des conflits constructifs, fraternisants, qui permettent de nous sortir de nos blocages, de nos ressentiments, de nos abandons, de nos croyances. C’est la condition de la régénération du lien et des éco-systèmes sociaux, économiques et écologiques. Les tiers lieux seront des espaces bénéfiques à la société et à sa co-transformation à condition de veiller à l’intégration de tous et à l’intelligence collective.

Dans les groupes de Thérapie Sociale (fondée par Charles Rojzman), nous demandons de respecter seulement trois règles – la présence, la liberté de parole et la confidentialité – et par sa compétence, acquise à l’issue d’une longue formation, l’animateur est capable de créer les conditions de la construction de la confiance et de la fraternité nécessaires pour se transformer ensemble et ainsi produire de la démocratie. L’intervenant en thérapie sociale crée les conditions pour mieux réfléchir, pour échanger vraiment de façon authentique, par exemple pour exprimer les doutes, les craintes et les soupçons qui nous animent dans un groupe de projet, et nous permettre ainsi de dépasser nos empêchements à avancer ensemble.

Y. Lusson, nouvellement intervenant en Thérapie Sociale après trois ans de formation, accompagne d’ores et déjà un tiers-lieu à Issoire en Auvergne, où il a animé notamment un atelier de co-construction des valeurs communes et un deuxième de co-élaboration de l’identité commune du lieu (un espace de coworking).

La Fabulerie, fabrique des possibles, A. Benaïch, P.-A. Cardonna, R. Faliph, la Fabulerie à Marseille

140 membres, 4 permanents et 6 services civiques sur 8 mois. On essaie d’attiser notre capacité d’agir, à rêver, à interagir avec notre écosystème, accompagner les démarches de transformation en local et en itinérance. Lutte contre l’obsolescence programmée. On croit à l’apprentissage par le faire, le tacite, par l’erreur. Le familier, la frontière et le frisson sont importants. On a un petit lieu avec différents espaces pour organiser toutes sortes de choses, bidouillages, couture… Itinérance : vélo électrique et carrioles que l’on balade.

Les 4 axes de la structure : la médiation, la formation, l’accompagnement et la production

Médiation : toucher tous les publics, cela se fait beaucoup par la découverte des outils numériques, réseau ERIC de la Région PACA, réseau des FabLabs, et Young makers. Accompagner l’expérimentation des nouvelles technologies et du faire soi-même. Se développer hors les murs, aller vers d’autres espaces et tiers-lieux. Images animées, entre photos et vidéos, sous forme d’ateliers, la ludothèque. Déplacement dans différents contextes dans des lieux relais (bibliothèques, centres sociaux, collèges…), dans les espaces publics.

Formation : projet Trans-faire ( ?), une journée de formation (de pair à pair) dans les domaines d’usages, pour transmettre à des professionnels de la médiation éducation, formation. C’est un parcours qui sera proposé (d’octobre à juin 16), dans les bibliothèques des BDR.

Accompagnement : partage de nos parcours, de la culture du numérique. Faire reliance. L’Inventarium, on essaie d’accompagner des publics différents, tous publics ou professionnels, méthode de réflexion collective. Se projeter dans le futur, imagination, création d’objets et de services futurs (objets de demain, espaces de co-working).

Méthodes, design thinking, map thinking, fabrication numérique, transmédia, fonctions créatives et collaboratives du Web, vidéos cf. la Boîte à idées sur le site de La Fabulerie.

Projet Minimix, lié à des lieux, 4 services publics à Marseille dans les lieux (cité de la musique, Bibliothèque, centre d’information jeunesse, maison départementale de la solidarité, dans les relations entre professionnels et usagers. Nécessité de temps. Interroger l’espace urbain et les liens partenariaux.

Coopérative de dispositifs numériques (réponse à AAP, exposition des archives municipales).

Capacité de faire ensemble : s’inspirer des autres, des grands auteurs, et de faire pour garder la capacité créatrice. En lien avec Y. Lusson, la capacité de faire conflit n’est pas opposée à bienveillance.

De la Bidouille et l’Aixpérimentation au Laboratoire d’Usage et de Pratique de l’Innovation Ouverte, S. Nedjar, Aix-Marseille Université

Créer de l’impact par le faire ensemble. Intervention de Anne (W4), comment passer d’un espace créatif à visée citoyenne, à l’expérimentation. Bureau de Conseil dans l’accompagnement des politiques publiques en matière environnementale (DREAL et État). Place de l’innovation dans le service public n’est pas évidente. Innovation disruptive du numérique par opposition au fonctionnement des collectivités publiques (temps long).

Approche par le faire, acquisition de l’expertise nécessaire par l’apprentissage mutuel. Profil de très haute compétence avec des amateurs. Idées partagées de manière ouverte sur la base de divers intérêts : numérique, économique, environnementale… La confiance s’établit grâce à un cadre, des règles (open source, creative commons…) qui permettent de bénéficier de son innovation, voire de l’exploiter de façon commerciale tout en laissant les plans dans le domaine public.

La communauté de makers est mise en place pour travailler avec des acteurs publics et privés : engagement citoyen, co-construction, liens entre communautés, prototypage… On apporte également la fonction de conseil, faire émerger les problèmes et les expliciter, donner à voir ce que l’on peut faire, par ex. des housses de capteurs, des études économiques, tester des scénarios de développement territorial pour tester des solutions en temps réduit. Ex. la réalisation d’un SCOT. Accompagnement et acculturation.

Question d’espace à mettre en place : CPA Carrefour de l’innovation dans lequel le Lab conduira ses activités. Partenariats de W4, espace de créativité situé à l’Arbois, (environnement, qualité de l’air…), les ressources sont à mettre en place, des méthodes et des outils mais soumis aux évaluations. Des équipes constituées, pointues, sur des profils diversifiés. Se posera ensuite la question de la gouvernance. On imagine une structure coopérative qui fournira des services (ex. plates-formes d’innovation externalisées des entreprises). Animation i-teams. Travail avec les artistes accueillis en résidence.

Innovation externalisée ex. Faber, pour développer des solutions autour de capteurs pour évaluer l’impact de la pollution sur les personnes (dans les lieux citoyens privés et espaces de travail), afin de voir les comportements à adapter. Plate-forme d’innovation

Des réalisations : le robot UBBO, F. Anjeaux, Axyn Robotique, et le projet De Vinci Aéro, D. Simonato, CEEI

Essaimage, groupe robotique du FabLab. Besoins : monde l’entreprise qui se tourne vers les communautés de makers. Pépinière. Modèle hybride entre prestations de service et open source.

Frank Anjeaux, parcours et impact du Lab dans la création de la société et son évolution personnelle / nouvelles technologie. Ingénieur en technologie et développement industriel. Pendant des années, il a bidouillé dans son coin. Puis évolution dans diverses sociétés et création d’une boutique en ligne de technologie. Le mouvement maker progressait en raison de la simplification d’usage de la technologie, en 2012 contacté par D. Simonato. Potentiel de créativité en partageant les choses. Création de Axyn Robotique, robotique de service pour aider les particuliers, avec 5 collaborateurs. Capacité d’un robot à détecter et comprendre son environnement dans son quotidien. Création d’un robot de télé-présence, capacité d’ubiquité (ex. pour visiter le Louvre, en zoomant sur les œuvres et avec une information augmentée, l’enfant à distance échange avec ses grands-parents). Expérimentations depuis deux trois ans avec les enfants handicapés qui assistent au cours, discutent avec leurs amis dans les couloirs et sont immergés dans un environnement à distance. Comme un skype à roulettes, supportant également des capteurs pour augmenter ses capacités. Robot d’aide à la personne à mobilité réduite. Rassurer les personnes qui ont du mal à marcher, les soutenir dans leur déplacement, déambulateur intelligent (aide aux personnes Alzheimers). Soulager les aidants. Développement collaboratif, notion d’essaimage. Coût d’un Robot de télé-présence entre 6000 à 12 000 euros, première réalisation à 1000 euros, le second à moins de 500 euros (mais on ne pourra pas bidouiller dessus).

On est centré sur les usagers, produit fabriqué avec les gens qui vont l’utiliser et compatibilité entre monde open source et le monde économique capitaliste. Projet De Vinci aéro, centre de formation de pilotes A 320. Cockpit d’A 320, temps de réponse réel. Le FabLab a été créé dans l’IUT d’Aix-en-Provence, emblématique d’une évolution culturelle et paradigmatique. Toutes les pièces du cockpit sont achetables sur le Web mais problématique de connectique, pour avoir des temps de réponse validé. Fournir une prestation de services pour connecter tous les modules, envers l’entreprise. Une prestation de type busines et autorisation du FabLab de faire tourner le cockpit sous une forme dégradée, mais qui permettra de le refaire.

Une communauté active, en bidouillant peu apporter des projets utiles, créer de l’innovation est rentable, sans se désavouer, idée de bien public (reste dans la communauté et ouvert). Vente des simulateurs mais c’est refaisable par tous.

Les publics sont impressionnants, on voit plein d’ingénieurs, dans l’astronautique, la robotique… qui viennent pour « s’amuser ». Il manque le LEST pour discuter en sociologie du travail sur l’idée de s’amuser dans le travail. Ouverture sur le changement du monde du travail.

Un mot magique : faire de l’inclusion, reste une question est-ce que l’on reste entre « sachants » ou est-on ouvert à d’autres publics ? Transition paradigmatique, capitalisme, utilitarisme, pas forcément une rupture violente mais la création de nouveaux modèles qui vont se superposer à ceux existants avant de les remplacer. Tiers-lieu, faire du positivisme, transmettre de l’optimisme à l’ensemble de la société. Quelle pérennité de ces initiatives, en contexte de baisse de financement. Chef de projet dans une pépinière d’entreprises à l’Arbois, comment pérenniser économiquement sur plusieurs années en équilibrant bénévolat et salariat. Modèle économique complexe à trouver. La transdisciplinarité est-ce une chimère : travail avec les makers, citoyens, chercheurs, bidouilleurs… Testé sur Paca Lab, c’était compliqué pour décloisonner.

L’Observatoire des Espaces hybrides et autres tiers lieux (L’Obsidienne), un projet de recherche collaborative : André Brouchet, Médiation-Consulting

MEDIATION Consulting est, depuis 20 ans, un Cabinet conseil en accompagnement des dirigeants dans la conduite du changement. Le cabinet est intervenu dans 27 fusions-acquisitions, en focalisant son accompagnement sur les impacts touchant les personnes lors de ces évolutions.

Chargé du développement commercial de MEDIATION, André Brouchet a lancé une cellule de veille sous forme associative : AuBonConseil, pour « identifier valoriser et connecter les ressources cachées des décideurs perspicaces » et a organisé par exemple des matinales sur le thème « Osez la bienveillance ».

Fondateur de L’AREAL (L’Agence Ressources des Entrepreneurs et des Acteurs locaux » et Co-fondateur de l’IDT (Institut du Design Territorial) il a aussi créé, avec Alexis Durand Jeanson, ingénieur paysagiste, intervenant sur divers territoires, L’OBSIDIENNE, « l’Observatoire des Espaces hybrides et autres tiers lieux », lequel a pour vocation de rassembler, en lien avec d’autres observateurs et acteurs locaux, les informations sur ce qui bouge et fait sens, dans ces espaces et ces lieux.

Pour ce faire L’Obsidienne se rapproche des travaux d’Isabelle Delannoy, sur l’économie symbiotique et régénératrice, permettant de visualiser les liens constructifs et destructeurs entre les parties prenantes autour d’une problématique donnée. En cartographiant le « faire ensemble » sous forme de carte évolutive, l’analyse symbiotique permet de régénérer des liens, par la prise en compte par chacun, pour chacun et pour tous, des intérêts mais aussi des peurs identifiées en commun. Ce modèle a été appliqué avec succès à l’Espace Hybride qu’est MEDIATION et peut être appliqué à d’autres tiers lieux ou espaces « hybrides »… Des expérimentations sont en cours.

Il y a 20 ans, paraissait le livre de Joël de Rosnay « l’homme symbiotique », invitant au partage des ressources et des liens en tout genre. En 2013 le livre La vie Share, mode d’emploi d’Anne Sophie Novel (qui avait co-écrit auparavant la co-révolution) montre bien l’essor de cette philosophie du partage, du travail collaboratif, dont les espaces hybrides, et autres tiers lieux, sont une illustration.

Lieux d’échanges d’informations et de bonnes pratiques, prise en compte du « capital immatériel » des entreprises et individus, espaces conviviaux de co-working, FabLabs, intergénérationnel avec les seniors actifs, tous ces ingrédients sont observés et rassemblés sous le regard de l’Obsidienne, une roche volcanique, pierre de l’équilibre, aiguisant la vision interne des occupants.

Ce projet d’Observatoire L’Obsidienne, a pour ambition de faire ressortir l’esprit, les ressources cachées de ces tiers-lieux, mais aussi de rendre visibles les liens d’interdépendances et de complémentarités entre les parties prenantes d’un territoire donné.

Créé il y a dix ans par André Brouchet, le Club des Eco Business Angels vient en appui à L’Obsidienne.

Ce Club rassemble des Eco-entrepreneurs, des Eco-investisseur (pas qu’en argent…) et des particuliers souhaitant partager leurs ressources en co-conception et en co-développement. En montrant et démontrant, comme dans la plupart des tiers lieux et espaces hybrides, que l’argent n’est qu’un moyen, qu’un outil, mais non une « ressource » sans laquelle rien ne se fait, le Club des BA pense faire œuvre utile…. En montrant que le « Don » peut être un « DSA » (un Don Sans Argent), sans contrepartie obligatoire. Ou que pour créer son entreprise l’important n’est pas d’avoir « de l’argent » mais bien évidemment des premiers clients identifiés et motivés…

L’Obsidienne rendra compte ainsi d’évènements atypiques comme celui du vendredi 13 novembre 2015 : la journée de partage lucide de ressources : « Sans argent, 100 ressources, 1000 métamorphoses ». Les travaux de l’IDT et de L’Obsidienne y seront présentés. Avec, en fil-rouge : la « gentillesse » (car le 13 octobre est la Journée mondiale de la … gentillesse !).

Enfin, L’Obsidienne portera une attention particulière à la créativité dans les milieux ruraux ; les 34.000 villages de France ayant moins de 3500 habitants. Car c’est là aussi que naissent les innovations.

Par exemple le projet RETICE à Auger Saint Vincent dans l’Oise (un système et une tablette numérique INNOVANTS, à un coût abordable) et bien d’autres…,

C’est et ce sera l’une des missions de L’Obsidienne de mettre en valeur ces initiatives, souvent ignorées par les medias… plus intéressés par ce(ux) qui saigne(nt) que par celles et ceux qui persistent et signent leur volonté de bâtir de meilleurs avenirs …

Échanges et questions

Universitaire enseignant à l’IUT de Dignes et en sciences de gestion, qui s’intéresse aux territoires, au faire-ensemble. Quels est le public qui vient dans ces lieux : profanes et/ou experts, quelle diversité et mixité sociale ?

La Fabulerie : Mise à disposition des ressources, proposition des bidouilles, des apéros, des ateliers… mais pour garantir le flux dans ces espaces, on a du se séparer des résidents. Autre atout, l’itinérance.

Pôle TETRIS, l’Association Evaléco, spécialiste de l’éducation au développement durable et de l’accompagnement à la transition écologique sur notre territoire qui œuvre activement notamment à la lutte contre la fracture numérique avec son ERIC (Espace Régional Internet Citoyen) et propose des conférences, réunions, ateliers pour favoriser la formation tout au long de la vie (Espace Ouvert d’Éducation Permanente). Accessibilité, légitimité ressentie, on met en place des portes d’entrées multiples, animations DD, soirées lecture, espaces jeux, recycle art… dans le lieu. Chacun porte et mène sur une vision systémique du développement durable et de la transition écologique.

Y. Lusson, dans un premier temps cercle fermé pour construire la confiance, respecter la confidentialité et pour faire ensemble, en assemblée, mais avec la possibilité de faire des cercles à l’infini.

12h00 – 13h00 : Tiers Lieux… quel rôle pour les collectivités territoriales ?

Paca Labs : Brice Lacomette, Conseil Régional Paca

En recherchant sur Google « Tiers Lieux Nuage Mots » nous avons trouvé : collaboration, usagers, écoute, ouverture, sérendipité, fonction publique, manque, politique… Puis dans notre service nous avons construit notre propre nuage de mots : usager, communauté, communs, développement de l’innovation sociale politique et économique. Ces dynamiques interpellent l’acteur territorial qui doit s’en saisir au service du développement des territoires. Dans ce cadre la Région a un rôle d’ensemblier, elle met en synergie les acteurs, elle les organise et favorise le développement des externalités économiques, sociales, politiques… au service de ses politiques publiques. Pour animer et faire ce développer les tiers-lieux, l’acteur régional doit avoir une posture particulière : être à l’écoute, accepter le désordre, soutenir les initiatives locales dans un cadre stratégique qui doit lui-même s’adapter à un écosystème en mutation. Le rôle de la Région est de fixer ce cadre stratégique, mais également d’être un catalyseur (favoriser l’émergence, la mise en réseau, le développement des services,…), de mettre en valeur les initiatives locales et les acteurs, de mesurer les impacts de ces écosystèmes et de faire ressource pour les acteurs du territoire. Afin de mesurer les impacts de cette politique publique et d’outiller au plan méthodologique les processus qu’il favorise, le programme PACA Labs développe en collaboration avec le laboratoire de sociologie des usages DEIXIS de l’école Telecom Paristech un programme de recherche-action en sociologie de l’innovation. La Région souhaite en 2016 compléter cette analyse par un volet économique et mesurer les impacts au sein du territoire en utilisant les concepts et les méthodes l’économie de la fonctionnalité. Au sein de la Région la question des tiers-lieux est commune à plusieurs services (innovation et économie numériques, service du développement de l’économie sociale et solidaire, service des initiatives territoriales). Un autre programme au SIEN est dédié à la médiation aux usages du numérique pour les citoyens dont le réseau, unique en France, regroupe plus de cent Espaces Régionaux Internet Citoyens (ERIC).

Paca Lab 2014-2020 : Le programme date de 2008, il a été révisé en 2014. Parie intégrante de la Stratégie Régionale de l’Innovation, il soutient l’innovation par les usages et plus particulièrement, l’innovation centrée-usager, avec la médiation des SHS et les pratiques du design dans un objectif de développement économique. Il comporte trois volets : « Innover avec son marché » – soutien aux entreprises pour intégrer les usagers dans leur processus d’innovation (co-concevoir des solutions innovantes et les expérimenter en situation naturelle) ; « PacaLights » – challenge régional d’innovation disruptive, « Star Hack » de l’innovation, conçu à partir de problématiques sociétales non résolues par la puissance publique ; Living Paca Labs – dispositif de « mise en capacité » du territoire en lieux et en services d’innovations ascendantes (du « repair cafè » au living lab territorial ou marché). Ce dernier volet adresse plus particulièrement les tiers-lieux en proposant leurs mises en réseaux au travers, notamment, du label « Living PACA Labs » et en finançant leur développement en 2016 par d’un appel à projet co-construit avec ses usagers. Ressources : Guide de l’innovation centrée-usagerle site du programme.

FabLab, LivingLab… Quel rôle pour une intercommunalité ? M.C. Bouillet, Communauté du Pays d’Aix

CPA a souhaité investir sur les tiers-lieux et soutenir l’émergence d’une initiative. Poids du numérique, quel rôle de l’action publique locale. Les enjeux : levier de la compétitivité et de l’attractivité du territoire. Les TIC bouleversent le quotidien des usagers. Secteur dynamique : 3300 milliards d’euros chiffre d’affaire en 2013. 25% de la croissance nationale, 40 00 emplois, et 7000 entreprises soit 8 milliards d’euros dans l’agglomération Aix-Marseille. Pays d’Aix, réseaux d’acteurs numériques et industriels (silicium, outils de e-commerce, leader de la vente de voyage sur internet…). Formations de qualité à l’AMU, territoire d’excellence, IUT, Charpak… existence également des Pôles de compétitivité, Smart city, ainsi qu’une dizaine d’établissements numériques EPN et des espaces régionaux internet citoyens ERIC.

Vote en décembre 2013 d’une stratégie numérique avec trois axes : développer les infrastructures haut débit, soutien à l’économie numérique et imaginer les services aux usagers de demain. Un certain nombre d’objectifs opérationnels : soutien et accompagnement aux porteurs (ressources financières, mise en relation avec d’autres acteurs du territoire), développer et tester des services par l’appui à des structures plus conséquentes pour faire émerger les projets et les tester dans les quartiers (smart city et villes intelligentes), ouverture de données publiques Open data sur le portail Open PACA du Conseil régional, et enfin accompagner sur le territoire des actions de sensibilisation sur les nouveaux usages du numérique.

Une de ces actions est le « Carrefour de l’innovation », lieu d’animation pour ouvrir un espace de travail à tous, lieu de rencontre et d’animation, un lieu de démonstration et de test (show room), un lieu de prototypage (fablab) et un lieu d’accueil pour les créateurs d’entreprises (startup nursery) animé par des acteurs qui maîtrisent les méthodes d’émergence et d’accompagnement (CEEI…). Lieu acquis de 280 m2 qui ouvrira fin mars 2016 (début route de Galice, avec une vitrine de 100 m2).

Un lieu ouvert à tous les acteurs du territoire : les entreprises et les auto-entrepreneurs, les innovateurs, les makers et les bidouilleurs, le monde académique, les associations et les citoyens.

Le « Carrefour de l’innovation » est inclus dans la French Tech Aix-Marseille, qui a été labellisée en novembre dernier pour devenir un pôle d’excellence en matière d’économie numérique et intégrer l’équipe des hubs du numérique.

14h30-16h30 – Table ronde – Du Tiers Lieu à la ville créative : quelles conditions du bouillonnement, de l’irrigation ?

Est-ce que ces lieux peuvent être moteur de l’innovation ? Organisation d’une prochaine rencontre sur la base des questions que vous nous poserez. Qu’est ce qui vous intéresse, pourquoi êtes-vous présents ? Quels changements de comportements et de gouvernance sont attendus.

Georges Bonnici – Expérience du FabLab de Lourmarin, responsable de la Fruitière numérique, dans une commune de 1000 habitants, 80 commerces, 17 restaurants, 1000 m² de bâti, un EPN existe depuis 10 ans, FabLab, coworking, espace de formation, une pièce d’immersion, avec tous les espaces qui sont modulables. Fonctionnement parfois privé avec accueil de salons, et accueil de gens de tous horizons, essentiellement des porteurs de projets avec un accompagnement en interne ou avec nos connections externes. Depuis mai nous comptons 200 adhérents, 80 entreprises et des laboratoires de recherche (INRA, IRD…). Beaucoup de gens passent, échangent, expriment leurs idées pour réaliser leurs projets, ce qui est l’âme du tiers lieu. Le numérique est un outil, pas une finalité. Tourné vers la technique, en maillage et complémentarité avec les lieux existants dans les territoires. Structure municipale (dotée de 3,4 millions d’euros), trois postes en contrat d’avenir (titularisation à la clé), un titulaire, une forge numérique… Projet d’un auditorium sur le site, dans le contrat de plan État-région, pour compléter l’offre de service. Projet communal mais aussi de territoire : partenaire French Tech Avignon, accueil de beaucoup d’entreprises qui viennent de partout. Le bilan, nous avons quelques mois, mais on espère que cela va se calmer car on a beaucoup de demandes (et de travail, larges plages d’accueil 48 heures par semaine en continu), ce qui permet d’accueillir tous les publics. Plusieurs volets : formation, découverte, atelier, perfectionnement… recherche d’un modèle économique, accueil des entreprises, soit en open source soit sous forme privé avec clause de confidentialité.

Pourquoi cet engouement ? Et est-ce que vous pensez que cette lame de fonds irrigue le territoire. Comment cela est apparu puisque l’initiative est municipale.

Projet porté par le maire, au départ, c’était perçu comme une utopie mais nous on y croyait car le numérique est transversal. L’Espace Public Numérique (EPN) ERIC (Espaces Internet Régionaux Internet Citoyen) existe depuis 10 ans, au rythme de 300 élèves par an pendant 10 ans. Maillage territorial, car il n’existait rien, Lourmarin est une enclave entre le Nord des BDR et le Sud Vaucluse. Beaucoup de gens y passent, cela leur donne des idées (plus de 50%), puis celles-ci se concrétisent. Site Lafruitièrenumérique.com.

Pour qu’il soit tiers, il faut que le lieu ne soit porté ni par la mairie, ni par l’université ?

C’est une collaboration entre la mairie et l’association le Centre des usages du matériel numérique et informatique, tandis que les emplois municipaux sont mis à disposition. On s’oriente vers une SPL société publique locale et une DSP des communes adhérentes. Ex. de réalisation, qui fait le contre-pied au FabLab, projet de canon anti-éléphant qui fait 600 morts d’homme par an au Zimbabwe. On a été contacté par le CBT et Cirad qui avait mis en place un prototype (lancer de balle de ping-pong remplies avec du jus de piment qu’ils détestent). Création d’un canon à tir automatique, réalisé par l’école d’ingénieur de Montpellier mais cher et irréparable avec les ressources locales. On a eu un relais dans la presse, en raison de mon parcours particulier (technique) pour faire un projet reproductible. Deux prototypes réalisés en bois, ont été présentés au congrès mondial de la forêt (à Johannesburg) et cela a fait le buz, puis on a été contacté par la FAO. Charge balle à blanc avec une balle de ping-pong. Lien avec WWF, pour apprendre aux éléphants et aux gens à vivre ensemble. 80% des éléphants ne reviennent pas. Accueil de plein d’autres projets, ou des gens qui viennent réparer sur place.

Arinna Latz – Je vais poser des questions suite aux contributions. Le système de la valeur, dans laquelle s’installe Rojzman, est transversal aux expériences construites. Où se trouvent l’innovation et la créativité ? Elle est étonnée par la fragilité des projets présentés : à la fois dans le temps (très jeunes), avec dimension institutionnelle, et qui n’interroge pour autant pas l’innovation, ni le changement. On peut s’interroger sur la notion d’impacts également. Quelles distinctions entre le tiers-lieu et le second lieu : des univers professionnels se croisent dans des lieux de proximité, selon une logique sophistiquée qui mérite d’être utilisée. De même le maillage de la créativité et de l’innovation renvoie au système de valeur. Il n’est pas porté par une politique publique, d’accompagnement du changement.

Jean-Charles Lardic – La valeur qui ne pose pas la question du sens, du pourquoi, du pour qui, on arrive sur des usagers, des solutions, des produits. Mélange des rôles : co-production mais pas du service public, on reste sur l’usager, rien sur l’entraide. Enfin quelle appropriation de la valeur par le territoire ? Quel rôle des collectivités en termes d’innovation institutionnelle, quid du changement de paradigme et de valeur de sens ? Quels blocages en termes de droit du travail, de fiscalité, qui créent autant de barrière entre le bénévolat, le travail salarié… Comme il est en charge de l’écriture du discours de JC Gaudin pour la COP21, si les participants ont une coloration méditerranéenne, il est preneur des exemples.

Oui, il faut avancer sur les finalités : Jusqu’à présent on a avancé sur les innovations sans imaginer les impacts et les externalités négatives, ex. impacts sur la santé des ondes électromagnétiques, ou ce qu’on perd également à quitter un papier et un crayon.

Dans tous les ateliers informatiques, on commence avec un papier et un crayon. On parle d’innovation mais le brevet de la fraiseuse numérique date des années 70, celui de l’imprimante 3D date de 1980, ce qui change, c’est la mise à disposition de ces outils et la vulgarisation.

Est-on dans le mythe de la révolution numérique, qui résoudrait tous les problèmes posés aujourd’hui ?

Création d’une SCIC du pays de Grasse, Société Coopérative d’Intérêt Collectif, on a inscrit dans les statuts l’objectif de la structure (Transition Écologique Territoriale par la Recherche et l’Innovation Sociale), avec une vision plus large qui est la transition écologique territoriale par la recherche et l’innovation sociale TETRIS, 8 à 9 structures parties prenantes et des particuliers. Ne pas confondre les outils (on se sert du numérique) avec la finalité, mais que l’on sache dans quelle vision stratégique partagée du territoire cela se fait. Autre question la fragilité des projets et la question de la valeur. Si l’on reste sur la production d’une valeur marchande habituelle, on passe à côté. On est sur des lieux qui travaillent avec de la réciprocité, du bénévolat. Ce sont des endroits où l’on repense la richesse sur les territoires et la créativité associée.

François Pacot, fondateur de la société Royal Cactus en 2009, jeux sur smartphone et internet, 30 millions de joueurs. Notion d’open data, il y est très favorable, libération des données pour permettre à d’autres acteurs de s’en emparer et de créer de la valeur pour la collectivité car cela rapporte à tout le monde. Est-ce que les territoires y sont prêts. Rencontre avec trois cent entrepreneurs à Istanbul, qui ont élaboré des recommandations remises aux gouvernements. Nécessité du support privé et public, il y a beaucoup d’atouts, et d’attachement pour ce qui le concerne, dans la région.

Dans l’économie collaborative, dont les tiers-lieux servent parfois de supports, c’est l’appropriation des données du domaine public. Il faut réfléchir si l’on est d’accord pour savoir si ces données et la valeur associée et générée soit appropriée par des acteurs privés qui vont développer des produits capitalistiques. De la même façon, quelle gestion commune de ces données ? Poser un choix citoyen, avec l’idée de générer de la richesse sur le territoire ou d’autres qui seraient extérieurs et privés. Quel apport de la recherche sur les tiers-lieux, avec une vision plus large que celle de l’accès à l’usager.

Romain Senatore, fondateur d’une jeune société aixoise, spécialisée en nouvelle technologie et 3D. Il est également artiste plasticien et multimédia de l’école d’Art d’Aix, pionnière dans le multimédia dans la création contemporaine. Création d’une association culturelle, d’un festival international de création numérique et du jeu dans l’espace commun (pendant dix ans, projet européen…). Dégoût des institutions et de leur perception de la culture subventionnée à la baisse, de la mise de son savoir-faire, création d’une boîte dans le business. Question des tiers-lieux de création mixte, est un métissage culturel et social dans la société pour mettre ensemble des savoir-faire, en cassant les frontières. Espace hybride intéressant. Le projet FabLab peut générer de l’émulsion, mais ne doit pas être un lieu trop fermé mais plutôt ouvert à la rencontre. Est-on prêt à remettre les modèles en question : supprimer le monopole ex. Huber, le citoyen était intéressé mais cela remettait en cause le système, de la même façon que Bla Bla Car…

On parle de choses visibles, de résultats, d’expériences mais quid de l’invisibilité, de ce qui est non quantifiable, non modélisable liée à la trajectoire, les parcours, les formations et l’éducation.

La politique publique du changement, au niveau régional, on a des outils on travaille avec le laboratoire d’innovation territoriale pour reconstruire des politiques publiques. Travailler sur les externalités produites pour mesurer les impacts de ces écosystèmes.

Nouvelles formes d’action publique avec les citoyens.

Quelle ingénierie financière croisée ?

Bla Bla Car, espace réduit entre gens qui n’ont rien à voir entre eux, mixité qui permet de faire tomber les stéréotypes. Innovation humaine, fin de l’isolement, endroit ou l’on souhaite s’investir, le bonheur est rentable. Le tiers-lieu, c’est faire ensemble, et être ensemble.

Cela repose la question de la confiance, du cercle ouvert, fermé… Le support numérique et lieux qui permettent la mesure et la mise en œuvre de la confiance, l’autre pensé dans sa plénitude et non seulement dans ses compétences.

Est-ce que ces lieux sont vraiment créatifs ? Et est-ce que ce mouvement est porteur de changement sociétal ? Si oui, quels sont les ingrédients à réunir ?

Oui, on a réinventé le café. Internet génial on travaillait tout seul chez soi, aujourd’hui espaces de coworking, mais aussi cafés citoyens qui recréent du lien et de la solidarité.

Un terme a été négligé, c’est celui de politique, est-ce que ces lieux vont durer en comprenant quels rôles ils ont à jouer sur un territoire (physique ou non). Va t- on continuer à soutenir l’expérimentation ou va-t-on recréer des normes ? Ex. recréation de franchises, dans une démarche marketing standard.

Les ERIC sont de plus en plus nombreux, développent des projets… espaces de médiation, de lien et de bien commun.

Le CR PACA a accompagné les ERIC.

Est-ce que ce sont des lieux créatifs, je répondrais oui, à condition qu’il y ait de l’humain et de l’animation. Le Carrefour de l’innovation est attendu mais c’est une volonté citoyenne, une remontée de besoin pour ce lieu de créativité, le premier hub. A l’échelle du Pays d’Aix et de la Métropole, cela peut permettre de créer un réseau de la créativité, avec de la mutualisation, des échanges. Cela répond à un besoin, que les collectivités doivent soutenir au démarrage.

Il n’y a pas un seul modèle économique, qui ressort des recherches menées sur plein de lieux en France.

Lieux créatifs pas d’absolu, espaces d’expérimentation pour préserver savoirs et savoir-faire. Révélateur plus que porteur d’un changement sociétal. Il y a une appétence pour ces lieux collectifs, à condition d’interroger la finalité. Il faudrait approfondir le lien avec les monnaies locales.

Il existe aussi des tiers-lieux d’entreprises, ENGIE service RH 150 personnes, espace dédié au bonheur au travail, de joie, de plaisir. Est-ce qu’il n’y aurait pas en amont des quart-lieux (ex. les games pour smartphones).

Chef de projet service études CR PACA. Paradoxe entre les technologies qui favorisent la dématérialisation et le fait de chercher à se rapprocher et se rassembler. Distanciation et proximité autour du numérique, c’est un paradoxe. Supplée en effet à la disparition de l’espace public. Ces tiers-lieux sont au centre des enjeux de société (vivre et faire ensemble). Faire ensemble ou faire pour eux ? Ou bien est-ce que cela se succède dans le temps. L’enjeu économique est très divers selon les lieux. Est-ce un mouvement de mode et une vague ou cela va-t-il perdurer ? Peut-être car il y a une externalisation de l’innovation. Sur l’aspect du vivre ensemble, c’est aussi une réappropriation du territoire.

Sur des questions comme la santé ou l’éducation, les supports numériques vont-ils suppléer aux pouvoirs publics ? Cela accompagne et accélère un processus de modification politique et sociétal.

Si ces tiers-lieux font bouger les choses, faut-il les accompagner au risque de leur faire perdre leur originalité ? Comment entreprises, universités et collectivités peuvent mieux se mailler ? On parle de transdisciplinarité, quid de l’intersectorialité (nda)?

On a créé une SCIC, on aurait pu créer une Scop, car elle comporte un préambule dans lequel on a explicitement posé le rôle de la recherche.

Demande des acteurs du Pôle territorial de résidents en masters 2 sur des thèmes et disciplines très divers…

Quels partenariats envisageables ? Par ex. les stagiaires qui viennent travailler sur de la chimie de matériaux, sur la propriété, qui peuvent être rémunérés et payés.

Comment va se faire le portage et la gouvernance : service public ou service privé, réflexion sur le cahier des charges et les finalités.

La SPL Société publique locale, est-ce une solution ?

Oui à Lourmarin car les investisseurs sont publics, pour donner une visibilité, pérenniser le service et donner une espérance de vie au modèle.

Vu de la Région, quelles externalités et comment servir les objectifs régionaux ? ERIC médiation sociale, inclusion…

Les étudiants de l’IUAR travaillent sur les territoires numériques sur les quartiers d’Encagagne et du jas de Bouffan. Pas beaucoup entendu parler des impacts des tiers-lieux dans les territoires.
La façon dont un tiers-lieu se nourrit et alimente le territoire n’a pas beaucoup été évoquée.

Lourmarin est un ancien territoire rural, où il ne reste plus que 5 agriculteurs en activité, il fallait offrir un espace pour des tierces activités grâce au numérique, au télétravail… notamment dans le domaine du tertiaire pour lutter contre la désertification. Cela sert aussi aux jeunes à rencontrer des entreprises, deux CDI ont été récemment signés, avec une journée payée par l’entreprise pour venir participer au FabLab.

Est-ce que le territoire est la finalité ou le seul support de l’activité, donc délocalisable n’importe-où ? Problème de la « volatilité » des activités numériques et de l’ancrage territorial.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.