Combattre les inégalités socio-spatiales en Provence-Alpes-Côte d’Azur en changeant de modèle, par Philippe Langevin*

Schéma Régional d’Aménagement et de Développement Durable du Territoire de Provence-Alpes-Côte d’Azur

Séminaire / Conseil scientifique / Comité de pilotage / 8 juin 2015

« L’action publique face à l’accentuation des inégalités socio-spatiales en Provence-Alpes-Côte d’Azur »

Séquence exposé-discussion n°1 sur la question du rapport entre les modèles de développement régional, les inégalités socio- spatiales et les politiques publiques

Conseil scientifique SRADDT : Roseline Arnaud Kantor, Delphine Artaud, Rémi Belle, Jacques Boulesteix, André Chanzy, Laure Casanova Enault, Stéphanie Dechezelles, Renaud Francou, Frédérique Hernandez, Jacques Garnier, Manon Lambert, Cesare Mattina, Philippe Langevin, Hélène Reigner, Thierry Tatoni, Christine Voiron

***

Combattre les inégalités socio-spatiales en Provence-Alpes-Côte d’Azur en changeant de modèle

Par Philippe Langevin*, économiste, jusqu’ici Maître de conférences, Faculté de sciences économiques et de Gestion, Aix-Marseille Université, Membre du CESER Paca.

La situation économique et sociale de la région Provence-Alpes Côte d’Azur se dégrade. Son attractivité décline et ses points forts en recherche, nouvelles technologies, pôles de compétitivité, industries de pointe, services aux entreprises, tourisme n’entraînent pas l’ensemble de ses actifs vers l’emploi ni la totalité de ses habitants vers une vie digne. Ces éclatements s’observent partout. Mais ici, plus qu’ailleurs, les relations entre acteurs publics et avec la société civile sont difficiles, les dialogues tendus et les accords rares. Parmi ces spécificités, les inégalités de condition de vie construisent une société éclatée entre les dominants et les dominés qui handicape le développement régional dans un processus de mondialisation incontrôlé. Préparer dans ces conditions un SRADDT à même de tracer les grandes lignes d’un territoire aménagé à l’horizon 2030 est d’une ambition considérable. Ce défi a été relevé et le Conseil scientifique se retrouve dans les orientations arrêtées aux termes d’un travail de plusieurs années.

Mais plus que jamais l’avenir est incertain. Trop d’incertitudes interdisent de considérer ce projet comme définitif. C’est pourquoi l’idée d’un SRADDT permanent a été retenue par la Région pour pouvoir s’adapter aux changements du monde. Parmi les voies à explorer pour lutter notamment contre les inégalités, de nouvelles approches de l’économie permettraient, dans les prochaines années de renouveler les interventions classiques des pouvoirs publics trop largement conçues à ce jour sur l’attente incertaine d’un retour de la croissance, la crise passée. Le Conseil scientifique estime pour sa part que les anciens paradigmes du modèle Keynésien et du modèle libéral ne fonctionnent plus comme la théorie pourrait le laisser croire. La crise n’en est pas une. Il n’y aura pas de reprise. Nous faisons face à une mutation de grande ampleur qui remet en cause nos certitudes et nos convictions. Le Conseil scientifique propose à la Région d’explorer les voies d’une autre économie susceptible de relever les défis de notre temps, et notamment celui des inégalités.

1-Les inégalités socio-territoriales en Provence-Alpes Côte d’Azur

Depuis sa création, le conseil scientifique du SRADDT s’est efforcé, avec des bonheurs divers, d’apporter sa contribution à la difficile construction du SRADDT de la région Provence-Alpes Côte d’Azur. Cet exercice sur le point de s’achever avec la fin de la consultation publique, le conseil scientifique a été invité à réfléchir sur un SRADDT permanent pour adapter les politiques territoriales de la région à un contexte économique et politique mouvant en les insérant dans une réflexion prospective. L’entrée retenue ici est celle des inégalités socio- spatiales. Parmi les constats maintes fois relevés en effet, et notamment dans le diagnostic prospectif du projet de SRADDT, les inégalités de toutes natures1 caractérisent ce territoire. Il n’est pas nécessaire ici d’en rappeler le niveau, si ce n’est pour constater que notre région est une des plus inégalitaires de l’hexagone et que les écarts entre les niveaux de vie de ses habitants ne cessent de croître. Au-delà même de la question sociale et morale que pose ce constat en termes de capacité à pouvoir vivre ensemble, cette situation n’est pas sans conséquences sur le développement économique de notre territoire lourdement handicapé par une société au risque de délitement. 

Selon l’INSEE 805.500 personnes étaient considérées comme pauvres en Provence-Alpes Côte d’Azur en 20102, c’est-à-dire avec un niveau de vie inférieur à 964 euros par mois, soit une progression de 0,6 point par rapport à 2009. Ces inégalités ont augmenté entre 2008 et 2010, les 10% des ménages les plus aisés ayant vu leurs niveaux de vie progresser de 2,1% entre 2008 et 2010 alors que celui des 10% les plus défavorisés a diminué de 0,8%. La population “pauvre” au sens de l’INSEE représente environ 16,3% des habitants de la région contre une moyenne nationale de 14,1%.

L’étude COMPAS3 sur les disparités socio-spatiales du territoire établit une typologie des territoires centrée sur les ressources des territoires et celles des ménages. Elle aboutit à distinguer 7 catégories de territoires, des plus favorisés à ceux qui accueillent la population la plus modeste. Dans cette dernière catégorie qui concentre la moitié de la population régionale, nous trouvons les grandes villes de la région (Marseille, Nice, Toulon, Avignon) mais aussi toute la partie sud du département des Alpes de Haute- Provence, le cœur du département du Var et l’est de celui des Alpes-Maritimes. Parmi les territoires les plus favorisés, les communes du pays d’Aix-en-Provence, du littoral Varois et de la Côte d’Azur, du nord des Alpes de Haute-Provence et des Hautes-Alpes.

Une publication récente de l’INSEE4 apprécie la qualité de vie dans les 183 territoires de vie de la région à partir de 27 indicateurs qui concernent le développement humain (santé, éducation, vie sociale), les conditions socio- économiques (qualité de l’emploi, niveau de revenu) et le cadre de vie (environnement, accès aux services). Ce travail montre que les territoires de vie favorables (catégorie 3,4 et 8) ne représentent que 15% de la population de la région et que ceux qui présentent des difficultés économiques sont les plus nombreux. On peut en déduire que l’image positive de la région ne relève pas de sa situation économique et sociale et que les indicateurs environnementaux ne surdéterminent pas les indicateurs sociaux.

Grands types de territoire de vie Territoires de vie Population

2011

Part relative
1-Trés urbanisés plutôt favorisés avec des difficultés sociales et des emplois souvent éloignés

3

43 708

0,9%
2-Plutôt favorisés, à l’accès aux équipements rapides mais avec des difficultés socio- économiques

35

2 639 811

53,8%
3-Denses et riches, présentant d’importantes disparités femmes/hommes

4

49 005

1%
4-Plutôt aisés, éloignés de l’emploi, surtout dans le péri-urbain

40

492 648

10%
5-Plutôt denses en situation peu favorable

51

1 023 147

20,9%
6-Bourgs et petites villes en situation intermédiaire

17

253 036

5,1%
7-Peu urbanisés, hors de l’influence des grands pôles

20

232 580

4,7%
8-Autour des villes moyennes, offrant des emplois et des conditions de vie plutôt favorables

13

178 142

3,6%
Total

183

4 917 077

100%

Source : Exploitation fichier INSEE première N° 1519

Tout semble avoir été dit sur les écarts de revenus et de patrimoines, sur le manque d’emploi, sur la demande insatisfaite de logements, sur les inégalités devant l’éducation, la santé et la culture, sur l’accès différencié aux services publics et privés ou les oppositions entre les villes et les campagnes…Pour autant, malgré ce constat alarmant, malgré les politiques conduites par les collectivités territoriales et les EPCI qui tous entendent contribuer à réduire ces inégalités, la situation ne s’améliore pas, notamment pour les actifs sans emploi, les habitants mal logés, les personnes âgées isolées, les relégués des banlieues des grandes villes ou des villages du rural que l’on dit profond. Ce sont les perdants. À l’autre extrémité de l’échelle sociale, les titulaires d’un patrimoine conséquent, les chefs d’entreprises innovantes, les cadres des TIC, les hauts fonctionnaires bénéficient d’une augmentation significative et régulière de leur pouvoir d’achat. Ce sont les dominants. Une conception de la vie économique de la région qui privilégie la compétitivité, la recherche, l’innovation semble aller de soi dans la conjoncture d’aujourd’hui. Mais elle écarte tous les autres du développement. Sur le long terme, c’est une impasse. Quel avenir pour les ménages et les territoires qui ne sont pas compétitifs ? Pour les espaces qui n’appartiennent pas au cercle restreint des pôles les plus compétitifs, vers lesquels convergent les fonds publics dans le champ de l’innovation ? On peut dire qu’ils doivent le devenir, toujours mettre l’accent sur l’éducation, la formation professionnelle, la mobilité mais on ne transformera pas facilement les demandeurs d’emploi sans qualification en chefs d’entreprises de pointe ou les territoires sans ressources en terres d’innovation. On peut aussi faire appel aux effets d’entraînement des territoires riches sur les territoires pauvres. La simple observation de la réalité infirme ces conceptions. Le différentiel entre les extrêmes de la hiérarchie territoriale s’accroît. Ça ne marche plus.

Certes, la responsabilité première de la lutte contre les inégalités sociales n’est pas celle de la Région mais bien celle de l’Etat. Et il ne fait pas de doute que l’ensemble des politiques nationales est interpellé dans leur capacité à réduire ces inégalités en permettant aux plus démunis de mener une vie digne et aux plus favorisés de donner un sens à la solidarité. La politique de l’emploi, la politique fiscale, la politique de l’habitat, la politique de la santé, la politique sociale, la politique de l’éducation, la politique de l’immigration sont au cœur de cette ambition de solidarité qui se retrouve dans tous les textes de loi et les déclarations ministérielles ; mais peu au bénéfice des intéressés eux-mêmes.

Ces inégalités de revenus et de conditions de vie s’observent tout particulièrement dans certains territoires où les habitants les plus riches côtoient les plus pauvres. Dans une de ses contributions, le Conseil scientifique a bien noté5 que ces inégalités ne pouvaient pas être assimilées à de la mixité sociale dans un territoire très fragmenté. Cette fragmentation n’est pas la seule conséquence de politiques publiques qui exacerbent les concurrences territoriales et alimentent les inégalités. C’est une réalité inacceptable.

Certains géographes6 ont souligné que la métropolisation concentrait les richesses et l’innovation au détriment des territoires non métropolisés. Les grandes villes attireraient les talents et les classes populaires seraient reléguées dans des périphéries de plus en plus lointaines. Nous ne partageons pas cette analyse. La péri- urbanisation est aussi un choix de vie pour de jeunes ménages qui préfèrent assumer de longs déplacements pour bénéficier d’un logement individuel plus proche de la nature. Les centres villes sont souvent occupés par des populations fragiles et captives. En Provence-Alpes Côte d’Azur la pauvreté est d’abord majoritairement urbaine. Les espaces ruraux, à condition qu’ils soient accessibles, offrent souvent de belles opportunités comme le montre la situation des départements Alpins dont toute l’économie n’est pas résidentielle. Dans notre région, il n’y a pas de relations établies entre la pauvreté des ménages et le type d’occupation de l’espace. La carte ci-dessous, extraite du « Rapport de l’Observatoire des Territoires 2014 – Qualité de vie, habitants, territoires », Cget 2015, l’illustre parfaitement. La population défavorisée peut se localiser dans des espaces de nature très différents, soit urbains, pour les jeunes, soit ruraux, pour les populations plutôt âgées.

Carte Langevin

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Vaincre les inégalités territoriales renvoie à l’aménagement du territoire régional. Il est essentiel d’inviter la Région à faciliter l’insertion des quartiers urbains en difficulté, repérés notamment par la politique de la ville et l’accessibilité des territoires ruraux par un réseau de transport adapté, des infrastructures de qualité et un soutien aux activités économiques. Il s’agit bien de discriminations positives même si l’accès au droit commun doit être facilité au bénéfice des ménages qui vivent dans ces lieux. Il ne serait pas absurde par ailleurs de pondérer les aides aux projets et aux équipements publics locaux par le potentiel fiscal des communes ou EPCI concernés.

Pour mener à bien cet objectif, il est également temps de considérer le numérique non pas comme une variable exogène qui se réduirait à déployer du réseau et des services mais comme un levier qui outille la lutte contre les inégalités. Parler de “fracture numérique” n’a plus de sens aujourd’hui : le numérique doit être mis au service des politiques sociales, économiques, culturelles… et non l’inverse. Comme le mentionne un rapport du Conseil National du Numérique7, « L’e ‐ inclusion doit désormais prendre un sens positif, offensif. Le numérique peut se mettre au service d’une société plus équitable, plus juste, plus solidaire, plus participative ». Pourvu que l’on en pense les conditions.

Toute politique de réduction des inégalités socio-territoriales passe par un soutien accru aux ménages en difficulté et aux territoires peu dotés en ressources et en capital humain. La dimension sociale n’est pas directement de la compétence de la région mais de l’Etat et des Conseils généraux. Néanmoins, la Région devrait certainement y contribuer davantage dans le cadre de conventions pour abonder les actions conduites par ces deux partenaires.

2-La lutte contre les inégalités dans le projet de charte SRADDT

Dans son projet de charte, la position de la Région n’est pas ambiguë. Le premier « pari du SRADDT » est clair : « une région qui accueille, le pari de l’égalité et des solidarités territoriales ». On ne peut que souscrire à son contenu. Il est bien certain qu’il faut, d’ici à 2030, « réduire les inégalités sociales et spatiales en matière d’habitat et d’accès aux ressources, aux services et à l’emploi ». Il est tout à fait évident qu’il faut « diversifier l’offre de logement et réguler la concurrence entre habitat permanent et secondaire », « offrir des conditions de logement dignes pour les publics les plus fragiles’, « améliorer l’accès aux études, aux emplois et aux services pour les populations et les territoires les plus fragiles », « élargir les politiques de solidarité à tous les territoires en risque de décrochage », « améliorer la qualité et la diversité des espaces urbains denses » ou « accompagner les territoires face aux changements climatiques et à l’exposition aux risques et « réduire la vulnérabilité des territoires et des personnes ». On ne voit pas qui ne souscrirait pas à ces ambitions qui ne sont que des évidences.

La vraie question est de savoir, au-delà des principes, comment faire. On se heurte alors à plusieurs handicaps qui limitent ces ambitions. Parmi eux :

  • le temps court de la politique qui s’intègre mal dans le temps long des changements de société
  • le niveau de l’endettement qui limite considérablement les marges de manœuvres financières du pouvoir national et des pouvoirs locaux
  • la faiblesse des régions qui n’ont pas les moyens de mettre pratiquement en œuvre leurs convictions
  • le mille- feuille administratif que des textes en cours essaient de réduire
  • les relations difficiles entre collectivités territoriales en Provence-Alpes Côte d’Azur et notamment entre la Région, l’Etat et les Départements

Au-delà, la mondialisation et la crise sont fréquemment évoquées pour expliquer par les responsables politiques et justifier les faibles marges de manœuvre des pouvoirs locaux ; et estimer que seul le retour de la croissance permettra de bénéficier des moyens nécessaires pour réduire les inégalités en créant des emplois, en construisant des logements, en gagnant la politique de la ville, en permettant à tous de participer au grand banquet de la nature comme aurait dit Malthus.

C’est en réponse à ce lieu commun que le Conseil scientifique du SRADDT entend proposer une modeste réponse à partir d’un constat simple mais redoutable : la croissance ne reviendra pas dans les vieux pays de l’OCDE en général et en France en particulier. En attendant ce futur, les politiques publiques sont de moins en moins efficaces Le plein emploi s’éloigne. L’Etat-Providence est contesté. Les inégalités de condition de vie s’élargissent. Les aides publiques aux entreprises n’ont que peu d’incidences sur le marché du travail. Les grandes entreprises ne polarisent plus leur environnement. L’emploi augmente en même temps que le chômage, mais beaucoup moins vite. La Méditerranée n’est plus un projet mais est devenue un tombeau. Il n’y plus d’effets d’entraînement au sens que François Perroux donnait à ces mots8. A l’échec des politiques d’hier répond celui des politiques d’aujourd’hui. Les politiques publiques sont dans l’impasse.

3-Changer de modèle

Dés lors, c’est tout notre modèle économique qui est remis en cause. Or, la charte du SRADDT raisonne à modèle constant. Elle se place dans le cadre d’un modèle libéral socialisé ou social libéralisé à l’œuvre dans tous les pays Européens. Elle ne sort de ce cadre que par la référence à des expérimentations certes intéressantes, notamment en matière de transition écologique, mais ponctuelles et peu reproductibles. Elle reprend les références classiques à la productivité, la compétitivité, à l’innovation, aux nouvelles technologies qui, en cas de succès, non garanti par ailleurs, ne concerneront en aucune manière les habitants et les territoires en difficulté. Elles augmenteront les inégalités au lieu de les réduire. Les formes de pilotage de l’action publique basées sur l’appel à projets, qui met en concurrence nationale des projets locaux, sont privilégiées au détriment des démarches de contractualisation et participent de cette logique accumulative en renforçant les hiérarchies existantes et pénalisant les secteurs émergents. Sans se placer dans un débat politique entre les artisans d’un retour de l’Etat ou les partisans d’une société sans contraintes, il semble évident que de nouveaux chemins sont à explorer.

Ils font appel à la créativité9 des acteurs et des citoyens dans leur capacité à réaliser une production (concept, projet, action…) qui soit à la fois nouvelle, originale, imprévue et adaptée au contexte dans lequel elle se manifeste.

Si on veut réduire efficacement les inégalités, il ne suffit pas de recentrer les politiques publiques sur les habitants et les territoires les plus faibles, d’engager une énième réforme de l’éducation nationale, de la fiscalité, de la santé, de la culture ou de la décentralisation mais bien de savoir construire un nouveau modèle de développement. Ce modèle n’existe pas en tant que tel. Il se profile néanmoins à travers de nouvelles façons de « faire de l’économie ». La Région Provence-Alpes Côte d’Azur est invitée à les investir. Il serait faux de penser que ce modèle est totalement absent des références du SRADDT. Mais bien que porté par de nombreuses initiatives publiques et privées, associatives ou commerciales, individuelles ou collectives, il reste diffus et invisible quand ce n’est pas contesté par les acteurs classiques du développement. Ce nouveau modèle a plusieurs noms qui sont autant d’appels au changement de paradigme. L’économie sociale et solidaire, l’économie circulaire, l’économie de la fonctionnalité, l’économie collaborative ont un point commun : celui de ne pas assimiler le produit au progrès.

L’économie sociale et solidaire ne se définit pas par une approche juridique. Elle fait référence à l’ensemble des coopératives, mutuelles, entrepreneurs sociaux, associations et fondations dont les activités de production de biens et de services ne visent pas l’enrichissement individuel mais le partage et la solidarité au service d’un projet collectif. D’utilité sociale, l’économie sociale et solidaire replace l’Homme comme finalité première du développement. Elle se redéploie notamment dans le commerce équitable, le tourisme social, la coopération décentralisée, l’insertion par l’économie, les circuits courts de l’agriculture, les systèmes d’échanges locaux, l’éco-habitat, les énergies renouvelables, la valorisation des déchets, les services aux entreprises et aux particuliers. Elle est fortement ancrée sur le territoire. Ces secteurs sont au cœur de l’économie de notre région. Gérés dans les référentiels de l’économie sociale et solidaire, ils pourraient contribuer amplement à la réduction des inégalités en Provence-Alpes Côte d’Azur à condition de ne pas se ramener à « une économie de pauvres au service des pauvres » mais bien d’irriguer l’économie toute entière.

L’économie circulaire est un système de production et d’échanges qui prend en compte, dès leur conception, la durabilité et le recyclage des produits et de leurs composants pour les réintégrer après usage dans le circuit économique. Elle s’inscrit dans une logique de fonctionnement en boucle et non plus linéaire et peut se décliner au niveau global, local ou individuel. Ce fonctionnement allonge la durée de vie des produits et génère d’autres activités tout en économisant des ressources et de l’énergie : éco-construction, maintenance, réparation, traitement par recyclage, récupération, réemploi, réutilisation…L’économie circulaire contribue à la réduction des déchets et à la préservation de l’environnement. Elle s’applique notamment en milieu urbain en améliorant le métabolisme des villes et en milieu rural en préservant le cadre de vie. La Région pourrait inciter à une économie plus économe en analysant les flux d’entrée de ses produits et de ses services et, après leur insertion dans les activités de production, permettre leur réutilisation plutôt que d’alimenter les déchets dont on ne sait plus que faire. Une nouvelle branche de l’économie se développe dans la récupération.

L’économie de la fonctionnalité repose sur la vente de l’usage d’un bien plutôt que sur la vente du bien lui-même. Elle constitue une véritable révolution de l’économie car la valeur ajoutée n’est plus fondée sur la production et la vente d’un bien, mais sur la vente d’un service fourni par ce bien. Le marché de la location en relève. Le troc aussi. On parle d’économie servicielle pour nommer une économie fondée sur la conception de solutions liant, de manière intégrée, produits et services pour répondre aux attentes des ménages ou des entreprises qui intègrent dans leurs comportements de nouvelles exigences environnementales et sociales. La valeur repose alors sur les solutions et non sur le produit. On ne parlera plus de transport mais de mobilité, de santé plutôt que de soins, de ville durable plutôt que de ville économe en énergie, d’habitat plutôt que de logement. Dans cette économie où la finalité compte plus que le support matériel, la société devient plus économe dans la gestion de ses ressources. Son efficacité ne se mesure plus à la quantité de biens et de services produits, soit le PNB, mais en niveau de satisfaction induite par ces consommations.

L’économie collaborative désigne un système de consommation de biens et de services par plusieurs personnes qui se livrent à des activités communes. Elle fonctionne sur la mise en réseau des individus qui s’opère à leur propre initiative, en dehors des structures traditionnelles et centralisées. Initialement portée par des consommateurs (covoiturage, revente, colocation, espaces de travail partagés, coworking, jardins partagés…), l’économie collaborative s’est élargie vers la production collaborative (plate forme en ligne de conception collaborative, fablabs, open street map, ..), la distribution collaborative (AMAP, paniers bios,), l’apprentissage collaboratif (cours ouverts, partage de compétences, connaissances participatives). Le financement collaboratif s’organise en dehors du cadre traditionnel des institutions financières (financement participatif – crowdfunding-, prêts d’individu à individu sans intermédiaire, monnaies alternatives, assurance collaborative). Ces modes de production et de consommation créent du lien social et, à ce titre, sont des facteurs de réduction des inégalités.

Ces économies ne sont pas fongibles en un seul concept. Elles ont néanmoins de nombreux points communs :

  • elles partagent des valeurs citoyennes et un objectif de faire société
  • elles produisent des services nouveaux, alternatifs et diversifiés eu bénéfice de l’usager et de l’habitant
  • elles s’expriment sur un territoire de vie et résultent d’initiatives individuelles en dehors du cadre classique des interventions publiques
  • elles économisent des ressources et de l’énergie tout en limitant la production des déchets
  • elles créent du lien social entre acteurs devenus partenaires dans la production, la consommation et la commercialisation
  • elles participent du développement durable

Economie sociale et solidaire

Poids dans la région

Politique régionale

Initiatives en Provence-Alpes Côte d’azur

Impact sur les inégalités socio- territoriales

Représente 10% de l’emploi régional

17 400 établissements

162 000 salariés

Plan Régional de développement de l’ESS (Progress)

Contrats locaux de développement de l’ESS

PRIDES Services à la personne

Rôle majeur dans le sport et loisirs (63% des emplois), le social (60%), les arts et spectacles (35%), les activités financières et d’assurance (34%), l’enseignement (15%) et la santé (13%).

Permet d’insérer des populations fragilisées dans des projets de vie et notamment :

-l’insertion (par l’économie, la culture, le sport, les voyages et rencontres…)

-l’engagement dans des activités d’intérêt général

-l’accès à l’emploi et au logement

Economie circulaire

La Région développe un programme spécifique pour l’éco construction et l’écologie industrielle

PRIDES Eco-entreprises et développement durable

PRIDES Bâtiments durables Méditerranéens

Une réalisation exemplaire en cours : PICTO à Fos/mer

Fortes potentialités dans le bâtiment, l’agriculture, l’industrie lourde et l’énergie, le traitement des ordures ménagères

Constitue une opportunité pour créer des emplois sur des territoires en difficultés et en reconversion

Economie de la fonctionnalité

Au cœur de la stratégie régionale de développement durable

Agenda 21 régional

Plan climat

Travaux de l’institut Inspire

Initiatives pionnières :

-club des entrepreneurs de Grasse

-projet PIST-ESF/Méthode NOVUS

-dispositif CQEFD

Démarches des PNR

-Atouts en recherche

Développe la collaboration entre acteurs du développement

Economie collaborative

Montée en puissance dans la région

PRIMI Economie numérique

Echange de services, notamment en milieu rural

Covoiturage

Couchsurfing

AMAP et paniers marseillais

Habitat partagé

Pépinières d’entreprises

Réseaux de voisinage

Monnaies complémentaires

Crée du lien social entre consommateurs, des opportunités d’échanges non marchands

Générer de nouveaux liens de confiance « entre pairs » alors que la perte de confiance envers les référents habituels se confirme

Favorise la lutte contre les inégalités par des relations directes non marchandes

 

Ces nouvelles formes de l’économie ne combattent pas les inégalités et la pauvreté par les réponses classiques en termes d’accès au droit, de prestations sociales ou d’aménagement du territoire. Elles créent ce qui manque le plus à ces habitants : du lien social et la capacité à s’insérer par des activités qui ne sont pas toutes marchandes. Elles font appel au bénévolat, aux échanges informels, à la solidarité, à l’écoute et au projet. Bien entendu, elles ne remplacent pas la solidarité nationale. Elles lui donnent un nouveau sens. Beaucoup de ces initiatives ont trouvé un nouveau souffle via la numérique et les réseaux, poussées par la puissance des pratiques « entre pairs ». Mais elles restent encore fragiles et éparses. Le défi à relever par les pouvoirs publics est de savoir les insérer au cœur des politiques publiques.

4- Le numérique peut être un levier : encore il faut le vouloir !

Le numérique transforme-t-il vraiment les territoires ? Si les premières années du développement des réseaux numériques ont été marquées par l’intention d’abolir les distances dans les relations humaines comme dans les échanges économiques, les politiques publiques ont souvent cherché, au contraire, à utiliser le numérique comme un levier d’aménagement du territoire, pour gommer les disparités ou atténuer l’enclavement, jusqu’au paradoxe : certains territoires ruraux se trouvent mieux lotis que des territoires plus denses. Si le numérique semble impliqué dans de nombreux enjeux territoriaux (compétitivité, attractivité, transformation des mobilités, du tourisme, de la proximité), la causalité numérique est souvent mise en question : les réseaux sont-ils un facteur parmi d’autres ? Peuvent-ils quelque chose contre la métropolisation accrue, l’éta­lement urbain, les inégalités territoriales ? Vont-ils jusqu’à abolir la territo­rialité, ou peuvent-ils au contraire la renforcer ?

Un consensus semble s’être établi ces dernières années autour de la pertinence d’une implication des habitants dans les projets des territoires (et plus largement des usagers dans l’innovation), dont le numérique serait un catalyseur. Ce consensus se fonde sur de nombreuses initiatives pour l’essentiel issues des individus coordonnées, de collectifs agiles : pensons à la production de connaissance commune sur un territoire (des “wikis” locaux à l’instar de Wikipedia), à l’alimentation de grandes bases de données par les individus (Open Street Map pour les lieux, Open Food Facts pour la nourriture… ), aux forums de discussion et d’échanges, aux plates-formes où l’on se prête ou on échange à peu près tout (jardins, parkings, voiture, outils…). Mais aussi aux nouveaux ateliers de fabrication numérique (Fab Labs, Techshops…) ou de bidouille (Repair Cafés, Hackerspace…) qui offrent des capacités et des outils pour concevoir ou réparer, seul ou à plusieurs, prototypes ou machines.

S’il est marqué par de nombreuses initiatives, ce phénomène semble néanmoins rester marginal dans les pratiques institutionnelles, pour lesquelles la “ville 2.0” reste le plus souvent inconnue. C’est un double gâchis. D’une part, car le peu de reconnaissance et de soutien de ces initiatives par les institutions contribue à les éparpiller, alors qu’elles pourraient être intégrées au sein même des dispositifs publics. D’autre part, cela laisse le champ libre à des acteurs privés qui exploitent la notion d’économie collaborative pour créer de nouvelles formes de profit : BlaBlaCar concurrence le train ou la voiture sur les grandes distances, AirBnB modifient la conception du logement particulier en aggravant parfois la pénurie de logements dans certaines grandes villes… . Ces nouveaux entrants (“Barbares”) interrogent ainsi les modèles d’affaire des professionnels de l’hôtellerie, des transporteurs, des plans d’aménagement des villes. De nouveaux acteurs s’emparent du territoire : devient légitime celui qui fait !

Au-delà des constats, les visions divergent : pour certains, l’innovation sociale et la coproduction de la ville par les habitants ne sont pas crédibles, soit parce qu’elles sont synonymes de désengagement des institutions, soit parce que les contributeurs sont toujours les mêmes et toujours trop peu nombreux. Pour d’autres, la ville 2.0 encourt les mêmes reproches que le web 2.0 : incertitudes sur la qualité, exploitation gratuite du plus grand nombre par les grandes plates-formes privées. Les partisans d’un plus grand “pouvoir d’agir” des citoyens sont eux-mêmes pru­dents sur ses conditions actuelles de déploiement, tout en s’y employant activement.

Mais c’est pourtant dans cette direction que nous invitons le SRADDT à s’inscrire quand il s’agit de s’attaquer aux inégalités, en invitant l’acteur public à faire plus confiance aux initiatives citoyennes et à se penser “plate-forme” :

  • en soutenant l’émergence de projets tout autant que leur cheminement vers le marché
  • en favorisant la mise en réseau, y compris en organisant le lien entre de nouveaux dispositifs de soutien (de type Ateliers de fabrication numérique, espaces de co-working,…) et les modes plus “traditionnels” (Pôles, clusters, pépinières, incubateurs…)
  • en s’intéressant non plus uniquement aux projets, mais aux initiatives collectives de mutualisation, de circulation de l’information, de la documentation des projets eux-mêmes…

5-Changer la donne plutôt que donner le change

Ces nouvelles façons de « faire de l’économie » ne sont pas absentes de la charte du SRADDT. Mais elles ne sont pas présentées dans leur dimension de lutte contre les inégalités socio- territoriales dans la région. L’économie verte est positionnée dans sa capacité à « accélérer le rythme de la rénovation thermique et environnementales des bâtiments (p.3510). Le changement de modèle est évoqué pour « contribuer à l’adaptation des territoires aux changements climatiques…en refondant les rapports homme/nature, en développant l’écologie urbaine, en assurant les solidarités entre territoires pour la production, la gestion et la consommation des ressources et en intégrant la réduction de la vulnérabilité en amont des projets d’aménagement » (p.38). Ce changement n’est pas au cœur du projet de charte. Le soutien aux initiatives collectives pour la production de nouvelles formes d’habitat et de cadre de vie (coopératives d’habitants, auto réhabilitation, partage d’équipements, espaces naturels ou agricoles partagés…), le renforcement des réseaux numériques et le soutien aux projets collectifs d’écologie industrielle pour créer de nouvelles activités » (p.40) sont reliés au « pari de la transition écologique et énergétique » alors que leur rôle dans la réduction des inégalités socio-territoriale est déterminant. L’économie de la fonctionnalité n’est citée qu’une fois. «  Pour stimuler les initiatives et encourager les comportements favorables à de nouveaux modes de consommation et de production axés sur l’économie de la fonctionnalité » (p.47) sans dire vraiment comment. Le coworking est simplement défini en bas de page (57) pour « structurer les filières et les activités qui valorisent nos ressources, nos compétences et nos spécificités’ » C’est comme écosystèmes d’innovation qu’il est proposé de « monter des living labs, territoires volontaires pour accueillir des expérimentations en vraie grandeur pour tester des innovations, des produits ou des services » (p.58), sans leur rôle social soit évoqué. L’économie sociale et solidaire enfin n’est entrevue que pour « encourager l’innovation sociale dans l’économie productive » (p.68). C’est un peu court.

Dès lors, ces nouvelles façons de faire de l’économie ne sont pas au centre de la charte. Elles ne sont pas absentes du débat mais cantonnées à une fonction expérimentale et ponctuelle, plutôt dans une optique économique que sociale. Elles ne sont pas au cœur du SRADT.

Le SRADDT permanent doit intégrer les évolutions actuelles non seulement des territoires de la région mais aussi celles de la pensée économique et sociale qui, généralement, sont plus rapides que les politiques publiques.

A ce titre, le Conseil scientifique du SRADDT préconise quelques outils ((Travaux préparatoires au forum de l’économie collaborative de Cenon – 33)) à mettre en œuvre immédiatement dans la perspective du SRADDT permanent. Il rejoint des initiatives déjà prises par d’autres territoires (celles des conseils généraux du Nord et de la Gironde par exemple) qui ont organisé récemment des forums sur l’économie collaborative. Il invite la Région à recentrer ses interventions dans le cadre de cette nouvelle économie pour des raisons économiques (accompagner le développement), sociales (lutter contre les inégalités) et sociétales (économiser les ressources).

1-Créer une base de connaissance pour partager les « codes sources » de projets collaboratifs. Il s’agit de repérer les bonnes pratiques, les modes d’organisation collaboratifs, les astuces juridiques, leurs systèmes de gouvernance, les nouveaux « business models ». Car ces initiatives sont autant nombreuses en Provence-Alpes Côte d’Azur que méconnues. Mises en ligne, ces actions pourraient être regroupées au sein d’une plateforme collective et ouverte, un bien commun à la disposition de tous, constamment remis à jour.

2-Créer des incubateurs d’un nouveau genre pour des entrepreneurs collaboratifs. Il existe déjà des incubateurs dans la Région qui facilitent la mise en œuvre d’innovations technologiques portées par des scientifiques. L’idée est de définir des incubateurs d’un nouveau genre spécialement dédiés aux projets collaboratifs pour inventer un nouveau modèle de développement hétérodoxe mais porteur d’alternative (du type Belle de Mai à Marseille).

3-Soutenir et animer de nouveaux lieux propices à la collaboration et au partage.  Les plates formes en ligne ne suffisent pas pour engager le changement. Les associations, les entrepreneurs et les citoyens ont besoin de lieux pour se retrouver, travailler ensemble, se parler au-delà des lieux classiques de travail : espaces de coworking, FabLabs, hackerspaces, Repair Cafés… peuvent être réinvestis par des communautés collaboratives, comme c’est souvent déjà le cas.

4-Développer l’utilisation de plateformes de financement participatif qui fédèrent une communauté de confiance. Plutôt que d’attendre d’incertaines aides publiques, les acteurs du territoire, et notamment les collectivités territoriales, pourraient se mobiliser dans des campagnes de financement participatif en faisant directement appel à l’épargne sans passer par le système bancaire classique.

Ces actions, qui font largement place aux initiatives privées ne prendront sens que si les pouvoirs locaux s’ouvrent complètement à la démocratie participative. La complexité du monde et l’absence d’un modèle alternatif construit et à portée de main montrent clairement les limites de la démocratie représentative. Aucun grand parti, aucun élu n’a aujourd’hui capacité à inventer autre chose que le prolongement plus ou moins infléchi de l’économie d’aujourd’hui. Or c’est bien de ruptures dont il s’agit. Dés lors, la mobilisation de toutes les compétences et de toutes les connaissances est la condition première de l’efficacité ; pas seulement celles des experts mais totalement celles des citoyens, des habitants, des entrepreneurs, des associations invités à s’impliquer dans la vie publique autrement que par un vote tous les 5 ou 6 ans sur des personnes ou des partis davantage que sur des projets.

Pour engager ces ruptures par rapport au modèle économique dominant les institutions, et notamment la Région, devront revoir fondamentalement leurs modes d’intervention autour de plusieurs enjeux :

  • déterminer le périmètre des externalités à intégrer pour une économie dont la création de valeur reposera sur des solutions plutôt que sur des produits, ce qui remet en cause les instruments de mesure et invite à de nouvelles approches du développement
  • repenser l’économie de la connaissance par une réelle articulation des sciences humaines et sociales aux sciences de l’ingénieur. Tout le potentiel de connaissance en science sociale de la Région n’est pas exploité.
  • mettre en place de nouveaux dispositifs d’évaluation pour valoriser ce qui n’est pas mesurable comme les ressources immatérielles, l’économie du don, l’auto- production, les effets des externalités
  • ancrer territorialement les activités en tissant de nouveaux liens entre acteurs et territoires à travers le dialogue social territorialisé et le patrimoine immatériel et collectif
  • explorer l’entrée par les temps sociaux et l’usage des temps. Le Conseil scientifique a eu l’occasion de travailler sur la place du temps dans le développement.

Conclusion

Nous raisonnons généralement à modèle constant en appliquant aux contours d’un monde futur les outils et les méthodes du monde actuel. Cette contribution se place dans le temps long de la prospective. Elle explore de nouvelles voies, elle ouvre d’autres chemins sans sous estimer les difficultés ni les contradictions de ces nouvelles façons de faire de l’économie. Ces ouvertures ne modifieront pas en quelques années la situation des habitants les plus précaires ni celle des territoires les plus en difficulté. Mais, en raisonnant sur le temps long de la réflexion, qui n’est pas celui du temps court de l’action publique, elles pourraient changer fondamentalement la façon de conduire des politiques publiques. Pour relever efficacement les défis du changement climatique, de la révolution énergétique, de la préservation de l’environnement et de la réduction des inégalités socio- spatiales, les pouvoirs publics doivent savoir changer de modèle et même de logiciel. Il leur faudra de l’audace.

  1. Nous n’aborderons pas dans cette contribution la question de la solidarité écologique []
  2. Synthèse N° 59 Juillet 2013 []
  3. Etude sur les disparités socio- spatiales du territoire- COMPAS-AGATE- Mai 2012 []
  4. INSEE Première N° 1519- Octobre 2014- Une approche de la qualité de vie dans les territoires []
  5. Séminaire du 11 juin 2012 []
  6. Voir notamment Christophe Guily « La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires » 2014 []
  7. Accès, littéracie, médiations, pouvoir d’agir : pour une nouvelle politique d’inclusion , octobre 2013 []
  8. L’économie du XX° siècle- 1991 []
  9. Une plate forme « créativité et territoire » a été mise en place récemment par Aix-Marseille-Université []
  10. Renvoi au document « Projet de chartre du SRADT » []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.