Journée de la Plate-forme « Créativité et territoires » du 12 décembre 2014

La journée de la Plate-forme « Créativité et territoires »

12 décembre 2014, 9h30-17h
SciencesPo, salle D002 (Rez de chaussée)
Espace Philippe Seguin, Avenue Jean Delmas, Aix en Provence
Contact : yvette.lazzeri@univ-amu.fr/0661255684

Compte-rendu et liste des participants

1. Les Plates-formes : retour d’expériences

Plateforme créativité et territoires (http://creativite-et-territoire.org) est aujourd’hui portée par l’Espace Mendès France de Poitiers. Elle a pris naissance en 2002 dans le cadre des clubs Partenaires Pour Agir et plus particulièrement dans le cadre du club inter-régional Poitou-Charentes/ Limousin/ Centre dont l’IAAT a assuré la mission de structure d’appui (partenariat avec l’INDL, l’A3P, le collectif ville-campagne).

La plateforme nomade, nationale et expérimentale, est dédiée aux expériences et aux réflexions créatives dans les territoires. Les rencontres organisées par la Plateforme conjuguent des lieux et des structures porteuses d’expériences différentes.

Deux besoins : vision de l’intérieur des territoires et partenariat avec le monde de la recherche.

Montée en puissance de la question de la créativité dans les territoires : 

  • Depuis Landry (1995), on assiste ((Landry C. et Bianchini F. (1995), The Creative City Ed. Demos)) à une montée en puissance des recherches sur les processus créatifs en France.
  • Todd Lubart (Université Paris Descartes) crée en 2010 le premier institut de la créativité en France (LATI).
  • 2007, Ivan Toulouse (professeur Arts plastiques) organise le colloque Eurêka, « le moment de l’invention, un dialogue entre art et science ». Le propos était de spécifier la position du créateur, au sens le plus large, en confrontant les expériences différentes de la découverte scientifique, de l’invention technique et de la création artistique, pour tenter de dégager ce qui engagerait une heuristique de la création.
  • 2009 est l’Année européenne de l’innovation et de la créativité, des Ambassadeurs de la créativité sont nommés.
  • Une ANR (2009-2012) pose des financements sur la création (≠ de la créativité). Responsable : Ivan Toulouse, Programme CREAPRO-Eurêka.
  • 2011, création de la Coopérative des tiers lieux (espace de coworking) en Aquitaine (www. coop.tierslieux.net). Séminaire en marchant, territoires en marche, appropriation de l’espace, dérive… pour décloisonner les pratiques, en lien avec les réseaux et niches d’expérimentations locales (soutien à l’entreprenariat, secteur de l’ESS).
  • Depuis 2012, la plateforme de Poitiers organise chaque année « Les journées d’automne européennes et francophones de la créativité dans les territoires ». L’idée est de fédérer les réseaux de créativité de tous horizons (designer, architectes, arts de la rue…).
  • Mise en place de réseaux régionaux : Créa-france, créatifs culturels, alliance pour le développement local, réseau slow-food en provence…
  • Travaux de l’historien Pierre Rosanvallon sur l’innovation sociale, de P. Ray & S. Anderson sur les créatifs culturels (≈1/3 des populations d’Amérique du Nord, d’Europe de l’ouest et du Japon).
  • 2014, séminaire « Territoires en marche » (commune des Deux Sèvres) : temps de sensibilisation et d’échanges d’expériences sur l’appropriation et l’implication dans « l’espace public ».
  • J.P. Aubert (préfet rattaché au premier ministre sur les mutations économiques) a manifesté son intérêt pour le sujet.
  • Autre expérience, La Fabrique citoyenne, une Société coopérative d’intérêt collectif (Bernard Brunet),  pour initier et incuber des projets innovants de coopératives « de services pratiques », d’habitat collectif, de solidarité culturelle… portées et gérées par des citoyens qui veulent en garder la maîtrise politique (co-production et gouvernance partagée) et économique ».

Le constat d’un grand nombre de réseaux, de niches d’expérimentations locales, mais aussi de cloisonnement des pratiques et d’une absence de transdisciplinarité (notamment SHS et artistes) interroge sur le mode de gouvernance et la collaboration de la société civile, pour favoriser la créativité dans les territoires.

Quels dispositifs d’échanges pour les citoyens ? Qui parle pour qui ? Le statut de l’élu souffre d’une crise de légitimité, la représentativité de l’élu est mise à mal face à des groupes de pressions, qui estiment qu’il ne représente plus les habitants.

Le territoire du pays d’Aix bénéficie de nombreuses créations d’entreprises (artistiques, économiques, sociales, environnementales). Mais en terme de gouvernance, les réunions publiques se font sans public. La créativité est exogène (ex. de la micro-électronique). Que reste-t-il quand les activités partent ? Le contexte de crises économique, institutionnelle, morale, environnementale, sanitaire, financière force à réinventer des choses. Mais les acteurs sont pris dans divers carcans juridiques : temporalités des mandats, surinflation législative (parfois sans décret d’accompagnement), mais aussi normative et réglementaire.

Face à cette tension, la tentation est de donner la parole, la légitimité et donc le pouvoir à des techniciens. En définitive, la parole citoyenne est confisquée par des techniciens qui parlent à la place du peuple, au nom de leur connaissance dite « scientifique , au nom des élus car nous évoluons dans une société de gestion, rationnelle et donc positionnée comme a-politique. Cette situation produit des résultats désastreux, où l’échec attendu est alors incriminé aux habitants ou aux élus par les technocrates qui préconisent alors un dispositif qui va reproduire les mêmes résultats. Ce système rodé, et efficace est désastreux , il est onéreux, et porteur, de multiples disparités. 

Pour autant, le corps social est porteur d’une belle résistance, vu le foisonnement d’initiatives citoyennes qui témoigne que les gens parlent, se mobilisent, inventent, mais ailleurs, hors des cadres traditionnels (élection, processus de concertation imposé).

Pour faire émerger la créativité, l’hypothèse d’un « cadre contenant » pour sécuriser l’échange, dispositif ouvert et animé, semble pouvoir être posé. Chacun doit pouvoir parler et se nourrir des liens et des échanges pour lutter contre l’anomie. Les tiers-lieux déploient la créativité des territoires avec celles des citoyens, en ajoutant l’ingénierie et la personnalité phorique1. L’exemple des tiers lieux, espaces intermédiaires, est intéressant : ni l’entreprise, ni la maison, ni l’institution.

Le sociologue Américain Ray Oldenburg a introduit en 1989 la notion de tiers-lieux. Ni privés, ni publics, ils permettent les rencontres informelles et favorisent la créativité issue des interactions sociales, notamment à travers l’ouverture, la flexibilité, la viabilité, la convivialité et l’accessibilité. Il s’agit d’un endroit que les usagers utilisent quotidiennement, et dans lequel ils font partie de l’environnement, d’autant plus qu’ils le fréquentent. Le « café du coin », le bar connecté, le squat d’artiste ou le centre culturel en tant qu’espaces publics servant de point informel de rencontre peuvent devenir des tiers-lieux selon l’usage qu’en font les individus qui les animent, occupent et visitent. Chaque «tiers-lieu» a sa spécificité, son fonctionnement, son mode de financement, mais tous favorisent la créativité, l’initiative et le partage. On assiste actuellement à l’émergence d’un nombre croissant de ces tiers-lieux. Leur fonction se formalise, se professionnalise et parfois se spécialise (Christine Balaï).
Le tiers-lieu peut être envisagé sous plusieurs prismes interdépendants :
  • sociologique : par nature, le tiers lieu est fait de relations et d’interactions sociales. Il renvoie à des pratiques culturelles, aux notions de vivre et co-créer ensemble et transcende les projets individuels des uns et des autres pour leur donner une dimension collective.
  • politique, quelques mots-clés : démocratie citoyenne, empowerment, pouvoir citoyens. Il y a une nouvelle donne dans l’organisation de l’espace entre les gens (cf Podemos) qui mobilise la théorie des petits groupes.
  • socio-professionnel. Lieu de référence où des professionnels de domaines variés peuvent se rencontrer, échanger et travailler.
  • économique. Lieu de travail, d’échange et de croisement, le tiers-lieu est à considérer comme une fabrique d’innovation par les relations nouvelles qu’il permet. Si l’on considère le cadre analytique de l’ESS et l’organisation de l’action collective, on voit une réémergence de la valeur d’usage opposée à la valeur d’échange, avec réciprocité, ressources communes.
  • culturel : on parle peu de culture et d’esprit humain, de l’âme, du plaisir, de la joie. Nous sommes les tiers-lieux dans l’espace et dans le temps. Les modèles culturels sont divers et variés, l’être humain trouve des solutions à tout ce qui arrive. Qu’est-ce que l’on crée, comment on engendre où l’on invente soi-même ? Partage de pratiques : langue, art, littérature, civilisation humaine, autant d’éléments que nous cultivons.
  • territorial. Parce qu’il met ses publics en rôle actif de co-création, le tiers-lieu a tout intérêt à être mis en parallèle avec une dynamique de territoire.

Retour d’expériences : pour une plateforme régionale (Paca/Méditerranée) exemplaire.

La plateforme doit d’abord être porteuse de sens (progrès humain, développement durable, éthique de la recherche…),

Une plate forme ancrée dans la démarche de Recherche-action, c’est à dire qui allie théorie/pratique, recherche/pratique : il s’agit de ne pas rester dans la théorie, l’entre soi, les cadres disciplinaires. Avec un regard décentré, elle doit se constituer en lieu de mutualisation/coproduction des savoirs.

Une plate forme dont la composition est l’expression de cette pluridisciplinarité qui légitime fortement le dispositif : économistes, anthropologues, sociologues, consultants, urbanistes, architectes, communicants, retraités, étudiants, tel est aujourd’hui le groupe qui porte ce projet : groupe pluriel mais qui a appris à travailler ensemble et qui porté par une volonté de réussir s’engage pour développer ce projet dont le pari est de répondre aux attentes des décideurs économiques et politiques ;

Une plate forme ouverte : L’équipe devra être vigilante à ne pas se faire plaisir, en évitant de parler au nom de., en laissant beaucoup de place aux initiatives, en faisant parler les gens sur leurs initiatives. La plateforme doit constituer un moment de rencontre, de respiration et pour cela il s’agira de favoriser la confrontation, la controverse fructueuse.

La plate forme : « objet permanent en cours d’évolution». Objet multiforme, la plateforme doit être un espace de création permanente, porté par un groupe, vivant, hybride, partie prenante du monde.

  • Lutte contre la méfiance, la peur, le doute mais aussi les théories, les entre soi, les pratiques cloisonnées, les cadres disciplinaires…

  • Contrat avec soi-même et avec les autres pour appréhender de manière globale et humaine les besoins (subsistance, sens, reconnaissance, sécurité). Importance de la dimension contractuelle, pour se mettre d’accord sur les objectifs.

  • Relier les besoins aux sensibilités (gestion paradoxale de l’agriculture péri-urbaine).

  • Face à l’éparpillement et à l’hétérogénéité, pratiques d’improvisation pour créer le changement. Accepter de parler par le flou, ce qui porte atteinte à la sécurité (Big data pour analyser quels liens font sens).

  • Dispositif de création permanente, comment les peurs, égos et échos composent-ils avec l’ingénierie ?

  • Construction d’un espace d’échange non-concurrentiel, composant l’espace vital de l’autre. Cartographie du positionnement commun.

  • Groupe vivant, généré, hybridé, ouvert.

  • Contexte d’innovation de rupture qui relie deux domaines de recherche, fondamentale et appliquée.

La plateforme doit proposer, révéler et mettre en réseau des expériences (« les pépites »), pour essaimer vers d’autres territoires. Elle peut par son bouillonnement et son utilité sociale, engager les citoyens, praticiens, scientifiques, entreprises, pouvoirs publics.

La plus-value de la plateforme est de proposer aux acteurs du territoire l’opportunité de faire évoluer leur point de vue, au regard des problématiques dont ils ont la charge. Le regard décalé, la question argumentée, l’intention exprimée, autant d’attitudes constructives pour enrichir la co-production des savoirs, la mutualisation des agir et la fédération des pouvoirs ; comprendre les logiques à l’œuvre, s’appuyer sur l’expérience des autres. En définitive, ne vaudrait il pas mieux parler de vortex, plutôt que de plateforme ?

En définitive, ne vaudrait il pas mieux parler de vortex, plutôt que de plateforme, ou encore placer l’énergie dans les projets ? Il s’agit d’un système ouvert (ici/ailleurs, dedans/dehors, formel/informel), rhizomique et dynamique, considéré à partir des termes en interaction (éthique, humain, territoire, mutation, innovation…). L’adhocratie, construite en réaction à la bureaucratie (Toffler 1970, Waterman 1990), est une configuration organisationnelle mobilisée dans un contexte d’environnements instables et complexes, qui réunit des compétences pluridisciplinaires et transversales pour mener à bien des missions de résolution, efficience, développement, capitalisation…

2. Co-construction du concept de créativité territoriale : animation par E. Moustier et E. Soldo

Objectif : Faire émerger les représentations des participants relatives au concept de créativité territoriale

Méta plan
Afin de favoriser les échanges et de permettre à tous les participants de s’exprimer, ce travail collectif s’est organisé autour de la démarche : « Méta – plan ». Cette démarche permet d’exprimer sur le mode « stimulus-réponse » des contenus personnels de représentation et d’image.

Un concept « stimulus » a été proposé aux participants → « créativité territoriale »

Chaque participant devait proposer deux « mots-réponse » immédiats, qui, selon lui, se rapportait aux termes précités. Ce travail, fondé sur l’association d’idées et l’expression de représentations mentales, a permis d’établir une carte cognitive des principales représentations que se font les participants du concept de créativité territoriale.

Propositions des « mots réponse » et base de la discussion :

  • Ruptures
  • Emergence
  • Idée
  • Oiseau
  • Libération
  • Vie
  • Imagination
  • Liberté
  • Echanges
  • Abscons
  • Frictionnement
  • Ego-système
  • Réseaux
  • Fluidité
  • Ambiance
  • Liens
  • Interconnexion
  • Commun
  • Confiance
  • Partager
  • Valeur
  • Humain
  • Culture(s)
  • Indicateurs
  • Richesse
  • Recherche
  • Développement
  • Ouverture
  • Altérité
  • Valeurs (système de)
  • Société
  • Divergence
  • Cartographie
  • Différence
  • Diversité
  • Actions
  • Effervescence
  • Agir
  • Projet
  • Pouvoir
  • Acteurs
  • Acteurs
  • Poïein Qui Signifie Produire Créer
  • Développement
  • Processus
  • Changements
  • Avancer
  • Innovation
  • Innovation
  • Politique
  • Lieu
  • Glocal
  • Imaginaire
  • Bouillonnement
  • Bouillonnement
  • Attractivité

Sur la base de ces mots-réponse, l’ensemble du groupe a travaillé à réorganiser leur présentation visuelle, de façon à les regrouper par communauté de sens (ensembles cognitifs). Des « mots clés » ont ensuite été identifiés, ces mots clés permettant de caractériser les ensembles de mots formés ou d’en préciser le sens. Certains mots « liens » entre les ensembles cognitifs ont pu être établis. Une carte cognitive des représentations du concept de créativité territoriale pour l’ensemble des membres du groupe a donc pu être établie.

Remarques préliminaires :
Il a parfois été difficile de s’accorder sur des éléments sémantiques. Les échanges ont été longs et riches pour aboutir à des mots clés validés par tous. Parfois, les participants ne sont pas tombés d’accord sur « un » mot clé et il a été décidé d’en indiquer plusieurs.
Par ailleurs, au sein d’ensemble cognitifs identifiés, certains mots ont également été rajoutés au fil des discussions.
Ces difficultés sémantiques traduisent clairement des divergences de représentations du concept propre à chaque membre du groupe.
Ce phénomène tient premièrement à la variété des participants au focus group (variété des statuts : chercheurs et/ou praticiens, variété des disciplines scientifiques (économistes, sociologues, linguistes, gestionnaires, juristes, urbanistes, architectes…).
Il tient également à la difficulté de caractériser un concept émergent, dont les représentations sont subjectives et non stabilisées.

Six ensembles de mots ont émergé :

  • 1 ensemble concerne les ingrédients ou inputs qui viennent nourrir la créativité territoriale. Ce sont en quelque sorte les pré-requis ou bien encore, les caractéristiques intrinsèques d’un groupe/territoire/société :
    → Mot clé : ressources / richesses
  • 1 ensemble concerne le type d’espaces où peut s’ancrer une telle dynamique. On remarque divers niveaux d’ancrage, et des dynamiques verticales/horizontales :
    → Mot clé : espaces
  • 1 ensemble concerne la caractérisation de la créativité territoriale en tant que processus dynamique :
    → Mot clé : dynamique

Entre ces deux derniers ensembles, le mot-lien « mutations » peut être inséré => à discuter ****

  • 2 ensembles concernent les moyens pouvant être mis en œuvre pour favoriser l’émergence et le renforcement d’une dynamique de créativité territoriale :
    → Mot clé : Inter-activité (ce groupe de mots décrit le climat, la méthode de travail dans lequel une telle dynamique peut s’installer) : montre que différentes parties prenantes interagissent : éco-système, communauté de pratiques
    → Mot clé : Opérationnel (ce groupe de mots décrit les types d’action et de moyens opérationnels pouvant soutenir ou renforcer une telle dynamique). Renvoie à une volonté d’agir des acteurs ou parties prenantes
  • Le dernier ensemble de mots désigne le rôle que la plateforme peut remplir afin de soutenir et renforcer une dynamique de créativité territoriale
    → 3 Mots clés : Fabrique – bouillonnement – création

3. Liste des participants

La liste des participants au format PDF (40 ko).

  1. « Le concept de fonction phorique spécifie les emplacements et les fonctions – nécessaires au processus d’appareillage psychique intersubjectif -, que les sujets viennent occuper dans le lien intersubjectif » (KAËS R.,1999). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.