Journée de la Plate-forme « Créativité et territoires » du 15 janvier 2016

La journée de la Plate-forme « Créativité et territoires » : programme, interventions et compte-rendu de la journée du 15 janvier 2016.

Co-construction du concept de créativité territoriale

15 janvier 2016, 9h30-17h00
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – Salle 6 (Rez de chaussée)
5 Rue Château de l’Horloge, 13090 Aix en Provence
Contact : yvette.lazzeri@univ-amu.fr/0661255684

Dans le prolongement de la rencontre de décembre 2014, et dans la volonté d’avancer sur le concept de créativité territoriale, la plateforme aixoise « T. Créatif » propose une journée d’échanges autour des marqueurs de la créativité territoriale (discussion, test à partir de quelques expériences, enrichissement).

Participants

Voir la liste des participants et des photographies de la journée (PDF 230 Ko).

Programme et PDF des interventions

9h15 – Accueil

9h30 – 10h00 : Synthèse des journées d’automne 2015 à Poitiers, J. Denieul (Plateforme nationale Créativité et territoires, Espace Mendès France)

10h00-10h15 : Etat d’avancement de la plateforme aixoise « T.Créatif », M. Chiappero (LIEU-AMU, Aix en Provence). Voir la présentation de l’intervention [PDF, 3 Mo]

10h15 – 10h45 : Des marqueurs de la créativité territoriale à son évaluation : proposition d’une grille de lecture, A. Latz (AMU) et Y. Lazzeri (CERIC-CNRS-AMU) > Voir la présentation de l’intervention [PDF, 4 Mo]

10h45 – 11h45 : Aménagement de territoires flexibles et réversibles : enjeux, opportunités et applications. L’expérience de l’équipe Hamosphère 2011-15, R. Château (Lauréat du 12ème appel à idées innovantes d’Angers Technopole) > Voir la présentation de l’intervention [PDF 2 Mo]

12h00 : Pause déjeuner (sur place)

13h30 – 16h30 : Application de la grille sur deux expériences :

16h30-17h00 : Perspectives

Compte-rendu de la journée

Introduction

Jacky Denieul – Synthèse des Journées d’automne 19-21 octobre 2015

Rencontres d’expériences et d’expérimentations dans les régions françaises et européennes (Suisse, Italie…), pour brasser et favoriser les échanges.

Dans les territoires infra régionaux, actions pragmatiques à l’échelle communale et intercommunale pour mobiliser différents réseaux (ex. Slow Food), pour mailler les initiatives. 

Réseaux et contacts régionaux, entrée matricielle pour nouer les contacts.

En terme de marqueurs, il est important :

  • De développer la sérendipité : saisir l’énergie territoriale que les pouvoirs publics ne voient pas très bien et introduire dans ces rencontres des éléments de perturbation.
  • De mettre en lumière des paradoxes par des regards croisés sous forme de table-ronde (ex. climat) pour que la pensée critique puisse s’exercer. Existe t-il des lieux de débats, c’est une dimension des marqueurs.
  • De pratiquer la transdisciplinarité qui n’est pas simple dans l’université et qui renvoie aux « trans-institutionnel » pour créer de « l’inter service ». Cela pose la question de l’efficience des réseaux, certains fonctionnent très bien, ex. Cnarela (Association pour le latin et le grec à Aix et en Provence).
  • Susciter des étonnements.
  • Trouver des formes dynamiques par la présence de gens très différents et rompre avec le rythme des rencontres (ex. le Land-art).
  • Autre dimension, l’étude de cas concrets, pratiques, en couplant les compétences des acteurs.
  • Ne pas oublier le tissu entrepreneurial, sachant que la gestion du temps est différente de celui de la fonction publique, administration… Il faut favoriser les passerelles.
  • Prendre en compte les émergences, l’art de voir les territoires autrement pour repérer les pépites de créativité dans les territoires.
  • Interroger les pensées à l’origine de ces mouvements (thèse de Landry, des situationnistes, Florida). Dispositifs « entreprendre pour apprendre ».
  • Avoir le tryptique élus, entreprises, associations et société civile. Dans les régions il existe des centres de ressources, des centres de culture scientifique et technique et le monde des chercheurs. Relier toutes ces composantes pour faire vivre la transdisciplinarité et faire passer dans les journées, une attitude synergique (1+1=3).
  • Favoriser l’exigence littéraire et élitaire. Le monde de l’entreprise permet peut-être d’aller plus loin dans ce sens, avec des rencontres créatives, insolites et des gens très différents.
  • Prendre en compte le patrimoine, paysage culturel du territoire, marketing territorial.

La plateforme Créativité et territoires, Aix en Provence, Yvette Lazzeri (présentation de la Plate-forme « T.Créatif »)

  • Recueil d’expériences dans les territoires nouvelles et originelles en s’interrogeant sur la notion de créativité territoriale. L’objectif est de définir un nouveau mode de développement territorial durable. Les expériences permettent de nourrir le concept de créativité, en identifiant des marqueurs de la créativité.
  • La créativité se définit comme la « capacité à réaliser une production à la fois nouvelle et adaptée au contexte dans lequel elle se manifeste ». Elle relève de facteurs cognitifs, conatifs, émotionnels, environnementaux (Lubart, 2014). La créativité territoriale suppose trois déterminants : un espace/milieu, un processus créatif (process + production créative), un déploiement. L’identification de marqueurs vise à apprécier le caractère créatif des initiatives et leur impact sur la créativité des territoires.
  • Équipe pilote, équipe projet et souffleur d’idées pour réagir sur les travaux et insuffler des propositions. Construction de partenariats, avec la plateforme nationale de Poitiers et quelques plateformes régionales, Institut Inspire en Paca, Réseau rural/Conseil régional, Résolis (systèmes alimentaires territorialisés). Prédilection pour la recherche-action (systèmes alimentaires territorialisés, métropole créative et circulaire…).
  • Émergence de la notion de créativité territoriale. 2009-10, mise en place du Pôle développement durable et territoires méditerranéens (indicateurs, projets de développement durable/Agenda 21, élaboration de quartiers durables). 2011-14, recherche pour le MEDDE sur « Paysage, développement durable et participation citoyenne, qui insiste sur le concept de créativité citoyenne à travers les processus participatifs.
  • Animation 2010-15, par une série de séminaires et rencontres sur les indicateurs territoriaux de DD, économie circulaire et territoires durables, lieux créatifs, en considérant le pouvoir transformateur de la créativité. Se mettre en décalage de ce qui est dit et écrit. Inventer de nouveaux outils et modèles pour contribuer à un développement territorial durable.
  • Élaboration de marqueurs de la créativité territoriale. Une première étape (1ère Journée créativité et territoires du 12 décembre 2°14) a permis d’élaborer in situ une carte cognitive avec une trentaine de participants (méthode méta-plan). Elaboration progressive du concept de créativité des territoires, en s’appuyant sur les travaux de psychologie sociale sur la créativité individuelle.

A noter, 2ème Rencontre annuelle de l’économie circulaire et territoires, 15-16 septembre 2016, sur le thème de l’Alimentation durable.

Michel Chiappero (cf schéma créativité territoriale et schéma marqueurs)

Schéma élaboré par tâtonnements, hésitations, en groupes de taille différentes et à divers moments. Nous avons essayé de travailler à une élaboration visuelle, pour nous construire une représentation mentale de cette organisation territoriale.

Le processus créatif repose sur trois piliers, qui structurent le fait d’aller au-delà de l’idée (imprégnation, jaillissement, rupture avec le réel, big-bang…), soit une pathologie, soit une intention ou idée-force, posture et comportement créatif. Mais l’important est la suite, le déploiement : est-ce transférable, appropriable, avec quelle stratégie de diffusion ? Processus d’entrainement, d’effet-spirale qui propose des marqueurs et va donner lieu à un travail réflexif au cours de cette journée.

Application d’une grille de marqueurs de la créativité territoriale à l’appui de trois expériences

Arinna Latz : attendu du groupe de travail

Nous souhaitons nourrir la réflexion théorique par des exemples. Nous demandons, à partir des trois expériences qui vont être présentées, d’introduire dans la grille distribuée vos propositions, des éléments saillants. L’exercice vise à enrichir les marqueurs et la notion de créativité territoriale.

Expérience 1 – Hamosphère Coopération/Rudy Chateau

1. Présentation. Situé en région Pays de la Loire, Hamosphère est un aménageur de programme immobilier réversible, basé sur un besoin local, dont les aménagements sont rétractables, réversibles et déplaçables. Depuis 5 ans, l’initiative est développée par trois personnes, un architecte-urbaniste, une juriste formée en droit de l’environnement, en gestion des espaces naturelles et agricultrice, avec un accompagnateur coopératif (avec des expériences dans Terre de liens, des ressourceries et recycleries, qui est ancré dans les réseaux de l’ESS…).

Outil d’aménagement circulaire :

  • Identification d’un besoin de terrain porté par des demandes spontanées (porteurs de projets)
  • Mise en lien de l’ensemble des acteurs du territoire, y compris les investisseurs.
  • Intégration de la réversibilité d’un lieu dès la phase de conception (par le juridique, technique…).

Son caractère est évolutif, flexible, souple. Dans le processus de projet, recours aux filières techniques de la construction sèche pour mettre en place des aménagements réversibles et anticiper l ‘évolution des lieux (ex. obsolescence d’un site). Les aménagements peuvent être déplacés, réutilisés, le site peut être remis à l’état naturel.

Objectifs :

  • Favoriser l’attractivité du territoire (plus flexible, plus évolutif) : apporter une réponse complémentaire aux règles actuelles qui fige le territoire, en regard de notre société qui va vite et qui a des besoins changeants.
  • Apporter de la flexibilité à un territoire en créant un maillage de terrains réversibles qui permet l’évolution, l’adaptabilité (de la conception à la fin de vie d’un lieu) et évite les friches impact environnemental positif.
  • Rentabiliser et réutiliser un bien immobilier, déplacer une activité, revendre un bien dans une logique d’aménagement du territoire évolutif, écologique et économiquement viable à court, moyen et long terme.

Modalités :

  • Dissociation du bien d’usage et du droit de propriété, en utilisant les systèmes constructifs existants et en pensant les assemblages afin de favoriser le déplacement. 
  • Solutions techniques : le modulaire, bâtiment démontable, ex. bâtiments du concours Solar Décathlon, 1 mois pour monter, 2 mois de vie, 3 semaines pour démonter (projet événementiel). S’appuie sur des technologies innovantes par l’autonomie.
  • Présence d’une organisation territoriale en Pays de la Loire, la SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif)- est composée de différents collèges qui permettent la présence et la représentativité de chacun des acteurs.
  • Nous faisons l’expertise préalable (viabilité des projets, réponse à un besoin des territoires, engagement des acteurs). Le document-cadre certifié inclut l’ensemble des documents pour sécuriser les projets, jusqu’à l’intégration de financements issus de l’épargne solidaire (sous forme de parts sociales). Accompagnement du projet de la conception à la fin de vie.

Plusieurs études et aménagements ont été réalisés :

  • Projet étude de bourg, La Boissière-sur-èvre (250 habitants). Besoin identifié : logements pour les personnes âgés (l’EPHAD est à 20 kms), sachant qu’il existe des jardins cultivés et des espaces libres dans le village. Zone urbaine constructible réversible sur jardins. Innovation réglementaire dédiée : zone URJ.
  • Zone d’activité, siège social d’une entreprise dans l’agglomération d’Angers, aménagement de bureaux et de hangars. Prix identique à une opération classique, avec possibilité d’évoluer et de se déployer car il reste de l’espace vacant.
  • Territoire rural, un ancien prieuré concerné par l’installation de plusieurs porteurs de projets. L’activité va se développer dans le bâti et les logements en dehors, sous forme d’habitats réversibles. Développement local, réponse à un besoin et des opportunités.
  • IUT de Nantes a besoin de salles de classe, idée de banques de salles qui pourront demain être utilisées par d’autres.
  • Agrandissement familial temporaire (installation de deux chambres supplémentaires pour accueillir deux enfants).
  • Installation d’habitats intergénérationnels pour les anciens. Adapter l’offre et le programme aux besoins locaux à un moment donné (5, 10 15 ans…).
  • Aménagement réversible d’un logement pour un agriculteur, qui disparaîtra si l’activité n’est plus viable ou disparaît.
  • Créer une organisation territoriale. Organisation à l’échelle des Pays de la Loire avec deux structures (schéma reproductible) :
    – une association qui a pour rôle de communiquer avec les porteurs et les acteurs locaux (pédagogiques), qui vient valider et communiquer sur la réversibilité.
    – La SCIC gère la partie opérationnelle. Différents collèges sont représentés : collectivités et élus, sociétaires-coopérateurs, investisseurs-coopérateurs, usagers-salariés et association.

Ce qui a fait émerger le projet, c’est le contexte de l’espace-milieu : des besoins sans réponse, de l’habitat léger illégal, des non-réponses aux porteurs de projets, le coût du foncier. Mise en place d’un outil de développement local pour permettre de libérer la créativité des porteurs de projets sur le territoire.

2. Questions-réponses

– Au Collectif ETC (groupement d’architectes), on a le même vocabulaire et intention mais avec une lecture politique du territoire. Attractivité, flexibilité, rentabilité, sont très axés sur le caractère économique, parfois au détriment des libres usages romantiques des friches. Interrogation sur les outils proposés : un pool de classe qui se déplace est-il forcément viable (ex. déplacement d’algécos à Marseille). De même, pourquoi déplacer et ne pas réutiliser les bâtiments mis en place ? 

– Quid de la vision à long terme, de l’ancrage territorial si l’on est sur des déménagements réversibles et éphémères ?

– Quels ont été les freins, et comment crée-t-on de nouveaux zonages réglementaires ?

– Réversibilité sur les bâtiments mais quid de la réversibilité de l’usage ?

– Signification d’Hamosphère ?

Réponses de Rudy Château :

Hamosphère : la fois Habitat en mouvement et haute assistance à maitrise d’ouvrage.

Il s’agit d’une société coopérative ESS et d’une entreprise pour intégrer le système économique traditionnel, selon une gouvernance coopérative. Triple composante de nos projets (social, économique et environnemental). Depuis 5 ans, nous sommes accompagnés par Angers-Technopole et incubateur, nous avons bouillonné ; deux visions de l’économie se sont retrouvées : autour et pour le développement local.

La réversibilité, est-ce précaire ? Non, cela peut-être perçu comme tel, mais dans la réalité, les porteurs de projets peuvent venir et repartir. Systèmes constructifs DD, respect de la RT 2012, normes sismiques. Changement d’échelle conçu à l’inverse pour éviter la précarité en pouvant rester mobile et déplaçable. Adapter le code de l’urbanisme avec les services de l’État pour intégrer cette réversibilité, travail juridique sur la forme, les acteurs locaux, l’Université d’Angers. Créer un réseau territorial.

Les freins : on dissocie le droit d’usage de la propriété du sol. Les besoins des territoires sont changeants et une entreprise peut tester son projet en s’installant. Travail sur le long terme à faire pour intégrer les changements dans la réglementation. Travail avec la communauté de communes, le zonage URJ a été proposé par le directeur de la CC. Quand le principe est adopté, il est appropriable et transférable.

Comme l’outil est innovant, parfois les collectivités sont frileuses. De même il bouscule les outils DD mis en place et les normes établies. Passage à l’acte compliqué, car les élus et institutionnels veulent la preuve de la faisabilité de l’outil. Ce sont des porteurs de projets locaux qui nous ont permis d’expérimenter, et qui a facilité l’engagement des collectivités.

Projet de co-habitat de 8 personnes à Angers dans un projet d’éco-quartier, montage juridique coopératif, habitants propriétaires des terrains et des habitats, les espaces collectifs sont la propriété de la coopérative locale qui sera financée par l’épargne solidaire. De même, travail avec l’ADMR pour l’habitat des anciens, ils sont intéressés.C’est plus facile en territoire rural et péri-urbain.

3. Restitution par les groupes de travail

Point 1. Contextualisation et illumination

Réponses pragmatiques aux enjeux. Rupture avec le réel très fort… adoption de réponses pratiques à des besoins. Des besoins ont été identifiés, des réponses sont apportées, transférabilité et reproductibilité dans le sens de la spirale, d’une tornade, d’un mouvement circulaire. Montée en compétence. Comment faire évoluer les réglementations.

L’illumination : propose modifications des rubriques pour expliquer le jaillissement intellectuel et les dynamiques des rencontres et échanges. Intention (ou désir) motivation, on rajoute la conviction et l’envie de faire (écologique, DD…). Idées et intuitions du postulat de la réversibilité, attention à l’avenir. Référence à une technologie disponible ou quasi-disponible (habitat léger et réversible existait déjà).

Concernant la rupture avec le réel, plutôt deux dimensions : un regard critique sur le réel et la recherche d’alternatives, qui pourraient être complétés par une posture de rupture et de complémentarité.

Dynamiques humaines en jeu dans ce jaillissement, hybridation initiale des porteurs de projet, les modalités et liens affectifs entre les participants.

Les encouragements politiques et institutionnels ont été parfois les bienvenus. L’explicitation et les questions confortent les porteurs de projets.

Rythmes et temps déclencheurs qui alternent avec des flottements, de l’immobilisme.

Le terme de « Banque de locaux-relais », est-il un nouveau concept lancé par un acteur local. Force du verbe, mot évocateur qui déclenche.

Point 2. Processus créatif

Des choses se renvoient, problématique de contextualisation/illumination/processus créatif. Le contexte intervient avant et pendant le projet.

  • Espace/Milieu. Au départ mutualisation de trois compétences, après est venue l’idée (Architecture-urbanisme, droit de l’environnement, ESS) permettant l’émergence du projet. Le collectif Plume, un réseau informel sur l’habitat léger, a préparé le terrain et inspiré le projet, à partir des besoins identifiés et exprimés.
  • Autre dimension qui permet de devenir créatif : les contraintes économiques (moyens restreints) et un cadre juridique normatif et fixiste. Soit le projet s’adapte au cadre existant, soit il le fait évoluer.
  • On est passé d’acteurs institutionnels (Angers-Technopole) à des opérateurs opérationnels qui apportent un crédit moral, une dimension d’incubation et l’engagement total des porteurs du projet. Le projet a bénéficié aussi d’un contexte plus général : les démarches collaboratives et coopératives ont le vent en poupe.
  • Il manque une rubrique sur les temps du projet et leur articulation. Celui présenté n’aurait pas émergé il y a 20 ans, le projet doit être imaginé au bon moment. Le temps institutionnel diffère beaucoup des temps de l’opérationnalité.
  • Sur la gouvernance, le projet doit s’intégrer dans la gouvernance territoriale.
  • Importance du modèle économique qui doit s’adapter au modèle économique traditionnel (ici gouvernance associative et gestion entrepreneuriale).

Point 3. Déploiement

Difficulté d’ordre sémantique

  • Transférabilité du projet (RD ou capacité à adapter et optimiser à un autre contexte ?) ; Grande qualité de souplesse plutôt que flexibilité (par la réversibilité), donc projet transférable. A-t-il pour autant été transféré. Il est en cours d’expérimentation, qui suppose la prise de risque et de faire ses preuves.
  • Appropriation, essaimage : est-ce acquis ou en cours d’acquisition donc, potentiel et/ou est-ce un résultat. Offre une réponse sociale, économique, environnementale.
  • Stratégies de diffusion : Sensibilisation et promotion diffèrent, rajouter une étape de sensibilisation dans le déroulé de l’action, pour transférer et convaincre. Promotion en fin de parcours dans le déploiement par le partenariat public-privé.

Point 4. Les effets de dynamique créative sur les territoires

Comprendre comment on peut sortir des cadres et des éléments qui formatent.

  • Divergences de point de vue sur le règlement d’urbanisme, des outils permettent la réalisation d’usage éphémère (convention d’occupation temporaire et précaire), mais sont elles accordées, à qui et comment ? Des ouvertures par rapport à cela.
  • Les éléments déclencheurs (association et SCIC), favorisent-ils le développement, en tout cas autorisent t-il une forme de démocratie sur le portage ? La coopérative semble importante pour le partage du projet et l’après-projet, intéressant dans la vie démocratique.
  • Quid de la culture partagée inscrite dans le territoire, la culture locale, éléments de mutualisation des intentions dans la construction collective du projet, quid de la création d’un tiers-lieu.
  • Effet d’entraînement. Cette expérience crée une culture dans la société, libère du cloisonnement et du carcan institutionnel qui permet la culture créative et la coopération dans la société. Économie de proximité, dans le développement local au sens noble, pour faire société et la transformer.
  • Qui peut participer au projet, ceux qui ont un besoin direct ou à l’ensemble de la population ? Répondre à des problèmes complexes par la co-construction qui reconstruit le territoire. Bénéfice de la rencontre de différentes cultures qui contribuent au vivre ensemble.

Expérience 2 – Accompagnement de l’entreprise – Icare – Communauté de communes du Thouarsais/ Jean-Luc Charrier

Jean-Luc Charrier est le Président d’Icare depuis 2 ans, association créée en 1989 et soutenu par les communes, car aucune structure n’existait sur le territoire de la communauté de commune du Thouarsais dans le Poitou-Charentes. Au fil des années, l’association s’est vu confier les aides aux entreprises (BRDE) pour accompagner les porteurs de projets. En 2015, retour aux fondamentaux : conseils aux PME et petites entreprises, accompagnement à la reprise et création, parrainage.

Déroulé des entretiens : on analyse la partie comptable, professionnelle, humaine et sociale. Nous apportons notre savoir faire en temps que chefs d’entreprises. Les porteurs restent maîtres de leur projet. Accompagnement de 6 à 9 mois pour le démarrage du projet. Monde de l’entreprise est assez fermé.

Externalisation de beaucoup de tâches (comptabilité…) pour que la secrétaire se concentre sur l’accueil des porteurs de projets, échange avec les techniciens des services économiques du territoire et des chambres consulaires.

Communication, mairies, chefs d’entreprises, site internet.

Icare en chiffres : 6000 entretiens, 2300 dossiers étudiés. Depuis sa création, 800 entreprises ont vu le jour, avec 1200 emplois. 26% des porteurs de projet ont créé leurs entreprises et 32% d’entre-elles ont disparu dans les 5 ans (contre 47% au niveau national).

Jean-Luc Charrier a créé son entreprise il y a 7 ans, en bénéficiant de l’appui d’Icare et de chefs d’entreprises. La société, composée de deux salariés, a pour objet la distribution de produits frais, au niveau local et de la communauté de communes. Il s’agit d’une reprise d’entreprise en faillite, en sortant de la seule logique comptable. Pour ce chef d’entreprise, on peut y arriver si on est aidé car c’est l’échange qui apporte de la créativité.

Bénévole depuis sa création en 1996, il participe activement au Festival Bouillez Arts de rue de Bouille St Paul soutenu par le conseil municipal, dont il en est le président depuis 6 ans. Chaque année une vingtaine de Compagnies des arts de la rue y est accueillie, dans un village de 420 habitants. L’idée est venue suite à l’acquisition du château par la mairie (comment faire vivre le patrimoine en milieu rural ?). Budget de 70000 à 80 000 euros, et tous les participants sont bénévoles dans la structure. Des artistes accompagnent les bénévoles pour la réalisation d’œuvres artistiques éphémères. Importance du bénévolat et de la polyvalence dans les taches, « le président met la main à la pâte ».

Expérience 3 – Culture et patrimoine, Communauté de communes du Carlardez Nord Aveyron-Cantal / Nadine Vignolo, animatrice socio-culturelle

La Communauté de communes de Carladez est un petit territoire, formé sur des coulées de lave. Il est marqué par la présence d’EDF (qui apporte beaucoup d’argent), une culture auvergnate prégnante, marquée par le départ des Aveyronnais à Paris. C’est un territoire dans lequel les parisiens revenaient, avec un tourisme de nature (vache Aubrac).

Comment mettre en place des choses pour tous les habitants du territoire (3100 habitants). Idée de créer les « sentiers de l’imaginaire » dans chaque commune, pour raconter le territoire à travers la culture, les arts, la peinture, la sculpture, en donnant aux habitants une autre vision de leur territoire.

La démarche est participative car on va créer des choses, 6 sentiers racontent le territoire (géologie,….). Ateliers de (re)création de l’histoire. Tout le monde est capable de créer, l’important est de les mettre en condition. Restauration d’une forge, d’un moulin… travail collectif, accession au rêve par la création (dragon, bateau, sculpture en verre…). Prise de confiance dans la capacité des gens, au départ des petites réalisations puis de plus en plus grandes.

à partir de la création des sentiers, une association s’est créée dans chaque commune (en prenant le nom du sentier), puis il y a eu la mise en place d’une charte graphique, qui est réutilisée aujourd’hui par les commerçants. Création d’un chantier d’insertion pour que les gens travaillent sur les sentiers de l’imaginaire. Également toujours associées : toute la population, les écoles, les maisons de retraite.

Création d’habitats insolites. Réalisation de spectacles. Dans la création du Pays des sentiers imaginaires, l’essentiel est de faire avec les habitants et les entreprises. On a le droit de se tromper, de rater le beau pour mieux recommencer. Dorénavant, les élus en font une marque territoriale, un label. Il faut trouver les moyens de raconter et de décliner les thèmes (ex. les graines / l’agriculture, les fourmis..).

Au départ, on donnait 6 mois à Nadine Vignolo, cela fait 15 ans qu’elle exerce dans le territoire. Maintenant les parisiens amènent leur famille sur les sentiers… Cela a changé l’image du territoire, « par et pour » la population. Il ne s’agit pas d’un projet descendant, car la population est partie prenante : 200-250 bénévoles, qui sont en fait des habitants-créateurs. Importance du regard sur eux-mêmes, des gens qui y viennent…. Tourisme essentiellement familial, avec des personnes intéressées par la découverte du territoire (hiver et été, en raquettes, avec des ânes…), et des retombées induites dans l’hôtellerie, la restauration, les commerces.

Toutes les réalisations sur le sentier sont prises en charge par la collectivité, à laquelle appartient le sentier (dossier Leader). Selon N. Vignolo, à un moment donné, il faut lâcher prise (ce qui permet de faire autre chose) « le projet a grandi et me dépasse, les gens font eux-mêmes sans que j’ai besoin d’en être ». Nadine Vignolo est « créatrice de conditions de créativité ».

Restitution des deux expériences par les groupes de travail

Pour des raisons de temps, les deux expériences Icare et CC de Carladez ont été traitées ensemble par les groupes de travail, en faisant ressortir les points saillants/écarts :

Contextualisation et illumination. Dans le cas d’Icare le projet peut exister ailleurs, contrairement au second. Nouvel indicateur : niveau d’implication du territoire et des habitants.

Implication individuelle, élément central du projet qui provoque un jaillissement, une envie de faire et permet l’appropriation (effet-spirale).

Regrouper sous le terme d’intuition : la rupture avec le réel (se décaler par rapport au réel), la confiance dans la capacité créative, individuelle et collective, le détachement et prise de distance avec le « formaté » et la « reconstruction identitaire » par l’imaginaire individuel et collectif.

On passe, au-delà des résistances (formatage) à la confiance. Les résultats produisent un effet dans le réel, en le « possibilisant » et le crédibilisant aux yeux des autres (ex. dans les sentiers, le comptage instauré en dépit de la gratuité de sa fréquentation, a révélé 7 à 8 000 passages).

Cela pose la question du leadership, et de l’importance de personnes ressources (engagement de deux maires dans le projet des sentiers).

Question d’un indicateur sur la confiance, en regard de l’habitant, citoyen et élu / à l’émulation.

Processus créatif. On analyse le processus de créativité du territoire, mais est-ce que les expériences peuvent s’appliquer à tous les processus créatifs. Quels sont les rapports aux territoires ?

– Point commun aux deux expériences : on a redécoupé les grilles, espace-milieu (facteurs et contextes de production). Gouvernance, rajout de la capacité à détecter le besoin, à s’adjoindre d’autres compétences. Dans le 3, rajout de la capacité à accepter le risque.

Icare Ressources matérielles, éloignement et déprise du territoire, importance du mouvement associatif. Pour le deuxième territoire riche, diasporas (qui souhaite que rien de bouge) et la manne EDF. Des vides se transforment en forces et atouts.

Ressources immatérielles : démarche qui favorise la créativité en créant des entreprises. Expériences des entrepreneurs bénévoles pour former les demandeurs. Développement également de nouvelles compétences, développement de la culture.

L’ambiance, la fierté du territoire, « ré-habiter » son territoire autrement. Soutien de la collectivité et de la confiance.

Revenir aux fondamentaux (Icare), renoncer aux pouvoirs et aux subventions. Démarche participative et mise en réseaux entre les associations par les ateliers.

Leadership individuel qui questionne sur la pérennité des structures.

Est-ce que les approches sont nouvelles ? Pas forcément, réponse nuancée.

– Boite à outils

Les outils et l’évaluation ne sont pas explicitement nommées dans les expériences. Révélateur de plusieurs choses, certains outils et apports induits restent non formalisés (sociétal, qualitatif et pas forcément quantitatif).

Procédures participatives et collaboratives : dans le 1er Icare, conseil par l’expérience et la pratique, quelle formation particulière ?

Jean-Luc Charrier – Transmission de ce que l’on m’a transmis, les autres chefs d’entreprises non plus, n’ont pas de formation particulière. Les porteurs de projets aussi nous apportent des idées nouvelles.

Le plus important, le facteur temps : temps passé au conseil, ou temps annuel pour solliciter et mobiliser les habitants (réunions, groupes de travail, ateliers).

Les outils sont qualitatifs (écoute, transferts d’expériences, échanges informels, apprentissage commun et collectif partagé). Comment capitaliser cela ?

Capacité à créer la confiance, qui favorise l’empathie.

Question de l’évaluation, des critères énoncés sur la durée de l’entreprise (mais des projets délirants qui ont échoué seraient intéressants aussi à analyser). Difficile de revenir sur l ‘échec. Mme Vignolo a eu un précédent échec sur les sentiers dans le Cantal, qui l’ont poussée à se reformer en histoire de l’art à l’université de Rennes, pour apprendre et incorporer de nouvelles compétences.

Les porteurs de projet doivent participer à l’élaboration des critères et indicateurs.

Déploiement. La transférabilité tient aux personnes, portées par une « foi ». Quid de la durabilité créative quand la personne qui l’a animée s’en va ? Leadership et inspiration, pour inspirer les autres (empowerment). Accompagnateur et révélateur de talents.

Appropriation et essaimage. Demande d’un territoire en difficulté (commande d’élus ou initiative associative) et passage vers les habitants qui deviennent des vecteurs de la créativité. Difficulté à transposer des choses (échec dans le Cantal) ? En fait c’est une rencontre et une greffe, entre une personne (ou des) et un territoire. Marqueur à prendre en considération.

Stratégie d’essaimage concertée et décidée par tous ou de pairs à pairs ? Approche collégiale et intergénérationnelle, transferts de savoir-faire, de pratiques. 6 à 9 mois, de l’art de faire accoucher les esprits ?

Mots : chance, bienheureux, éphémère, inspiration…

Dynamique créative

Icare démarche associative bénévole, accompagnement variable et court terme. Ce n’est pas tant le projet Icare qui est créatif mais la démarche pour faire entrer dans un processus créatif par le biais de l’aide accompagnement. Hiérarchie est toute relative, il est président mais polyvalent. Facteur humain au centre de l’action.

Sentiers de l’imaginaire là aussi, l’humain au centre, démarche bottom up, portée par et pour les habitants qui prennent le relais et l’initiative. Importance des résultats qui renforcent l’implication. Les thèmes sont définis aussi par les communes. Plus longue temporalité car les élus leur laissent entièrement le temps. Il s’agit d’un accompagnement réciproque qui permet le renouvellement. Quid d’un indicateur de cette implication humaine.

Impacts économiques pour Icare, mais pas d’intervention sur le fonds des projets (aide logistique et technique). Quid de la synergie des entreprises accompagnées et de l’émulation entre entreprises. Rôle de la concurrence, qui réclame un devoir de confidentialité et de neutralité.

Revalorisation de l’image du territoire par les sentiers, renforcement de l’identité individuelle et collective, impacts économiques (restauration hôtellerie…) et déploiement sur d’autres territoires hors CC.

Quid ? Pour qui, où et quelle émergence de vocations artistiques chez les habitants ? Quels sont les impacts réels économiques pour les financeurs (ex. comptage mis en place) : un hôtel ouvre sa page sur les sentiers de l’imaginaire, de même les agriculteurs utilisent les flyers pour attirer les gens, ainsi que les offices de tourisme qui « vendent » à présent les sentiers.

Comment on entreprend au XXIe siècle (DD, RSE), par delà les valeurs humaines (environnement, écologie…).

Des effets-rebonds sont possibles. Au départ, 4 communes sont parties prenantes, alors les populations ont sollicité leur maire dans les autres communes. Il faut rassembler tout le monde et savoir repérer les personnes-ressources.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.