FabLab, LivingLab, espace de coworking…: des nouveaux lieux créatifs ?

Par Christine Cuenca, septembre 2015.

Pôle Développement durable Et Territoires méditerranéens.

Des lieux créatifs (Cantines numériques, espaces de coworking, Fab Labs, Hacklabs, Living Labs…) émergent dans le cadre des nouvelles logiques urbaines (smart city, open data, dynamiques du « Do It Yourself »…) mais aussi en milieu rural (La Mutinerie Village en région parisienne, La Cordée à Morez, La Fruitière Numérique à Lourmarin, le FuvLab à Fuveau…). Ces « Tiers lieux », entre espaces privés (« premiers lieux ») et espaces de travail (« seconds lieux »), « représentent […] des points d’ancrage de la vie communautaire qui favorisent des échanges plus larges et plus créatifs au niveau local et permettent ainsi d’entretenir la sociabilité urbaine » (Genoud & Moekli, 2010 d’après le sociologue Ray Oldenburg).

Lieux de brassage des individus, des compétences, des informations, ces espaces constituent autant de « laboratoires » où se créent des idées nouvelles, des identités, des pratiques et des projets innovants de toutes sortes. Lieux hybrides et fluides à l’opposé des processus classiqus de développement reposant sur la spécialisation, ils sont des lieux de partage (de certaines valeurs, des connaissances, de la culture…) et d’interconnexion où peut être « s’opère concrètement l’alchimie de la ville créative » (Chapignac, 2012).

Ces lieux sont-ils le nouveau moteur de l’innovation sociale et technologique, le creuset de nouvelles compétences, d’une forme d’intelligence collective ? En quoi peuvent-ils contribuer à la dynamique créatrice des territoires (urbains ou ruraux) et répondre aux enjeux de développement durable ?

Tiers-Lieux : de quoi parle-t-on ?

La terminologie « Tiers Lieux » apparaît dans les travaux du sociologue Ray Oldenburg (The Great Good Place, 1989), ce sont des lieux de sociabilisation qui ne sont ni la maison, ni le travail.

Partant du constat que les nouvelles formes urbaines qui sont apparues après la seconde Guerre Mondiale (habitat individuel pavillonnaire, généralisation de la voiture…) ne permettent plus de combler notre besoin essentiel de vie sociale, des lieux remplissent cette fonction et empêchent le « délitement » de la vie publique, du tissu culturel et social. « Autrefois, le syndicat, le centre d’action sociale, la paroisse, le parti politique, l’association culturelle, artistique ou sportive, le bal populaire, le café, ou encore le conseil communal offraient autant de lieux que d’occasions pour élaborer collectivement du vivre-ensemble… » (Lusson, 2015). 

Selon Ray Oldenburg, les caractéristiques des Tiers Lieux sont : la neutralité (vis-à-vis de l’environnement professionnel, personnel…) ; l’accessibilité (au sens physique mais aussi pécuniaire) ; la présence d’habitués (« Regulars ») qui animent le lieu, lui donne une « âme » ; et l’ouverture (chaque habitué a été un jour un nouveau venu) qui est essentielle à la vitalité du lieu.

Les Tiers Lieux remplissent certaines fonctions essentielles à la dynamique sociale : être un « niveleur » (« Leveler ») c’est-à-dire abolir les différences de rang, de position ou d’origine sociale ; rencontrer des amis, rire, se détendre, échanger des idées ; trouver des solutions à des problèmes collectifs, débattre ; et enfin, générer un « capital social » grâce à un climat de confiance, à l’entraide, grâce aussi à la mixité (des cultures, des compétences, des connaissances…). Les Tiers Lieux sont des lieux de partage, de socialisation, mais aussi des lieux dʹinnovation (notamment sociale) et dʹentrepreneuriat dont le modèle émergent est différent des formes habituelles.

Les Tiers Lieux revêtent des formes extrêmement diverses qui vont des commerces (cafés et cybercafés, librairies, salons de coiffure…) aux lieux d’apprentissages (bibliothèques, Espaces Publics Numériques…), ou tout autre lieu ouvert où peuvent se rencontrer les citoyens.

Trois formes principales sont apparues ces dix dernières années, qui constituent une typologie rapide (mais non exhaustive) de ces nouveaux lieux porteurs de créativité : les espaces de travail partagé (coworking), les laboratoires vivants (Living Labs) et les laboratoires de fabrication numérique (Fab Labs). Toutefois, ces catégories sont poreuses, les Fab Labs comprenant souvent des espaces de co-working par exemple.

Les espaces de coworking

L’idée à l’origine était de permettre aux travailleurs indépendants de ne pas rester isolés chez eux et de pouvoir trouver un espace de socialisation comparable à celui d’une entreprise. Quelques expériences avaient été tentées dans les grandes villes européennes (C-Base à Berlin en 1995, Schraubenfabrik à Vienne en 2002), mais le premier espace de coworking ouvre officiellement ses portes en 2005 à San Francisco. Depuis, le mouvement a gagné l’ensemble du Monde. Il a surpris par son étendue autant que le rythme auquel il s’est développé : en 2013 on a fêté la 3000ème ouverture et ce nombre double chaque année.

En France, le premier espace de coworking (La Cantine) est créé à Paris en 2008 et il en existe plus de 200 aujourd’hui. On peut légitimement se demander les raisons d’un tel succès. Si le nombre croissant de travailleurs indépendants a encouragé leur développement, les avantages sont également nombreux pour les entreprises comme les territoires.

Pour les travailleurs indépendants, le coworking facilite les contacts, les échanges, encourage la coopération et la créativité. Ils y trouvent donc bien plus qu’un espace de travail. Les contacts tissés dans ce lieu créent un réseau de connaissances et de compétences qui peut s’avérer plus performant et plus flexible que dans les structures hiérarchisées du travail en entreprise. En particulier, les nouvelles formes de travail (par projet) et le développement des technologies numériques (télétravail) se prêtent bien à ce type d’organisation.

Les avantages pour les entreprises sont nombreux, en particulier pour celles qui emploient des « créatifs » (architectes, designers.. etc.). A tel point, que certaines grandes firmes les intègrent désormais dans leur stratégie de développement. Cela peut revêtir différentes configurations, soit un espace propre à l’entreprise (Google, Expédia…), soit un espace semi-ouvert pour accueillir des entreprises en partenariat, ou encore la participation à un espace extérieur à l’entreprise. Par exemple, Beeotop (6 500 m² à Clichy) créé par Generali pour accueillir « l’entreprenariat d’avenir », c’est-à-dire des entreprises liées à l’engagement sociétal (Action contre la Faim, Alter’Services, l’ObsAR, PikPikEnvironnement, Repar’Tout, Youphil…etc.).

Pour d’autres entreprises, cela permet une économie d’espace quand le foncier est cher (télétravail…), voire l’optimisation d’espace de bureaux sous-employés (ex. : Bureaux A Partager, 4000 adhérents dont 1/3 d’indépendants, 1/3 de TPE et 1/3 de PME). Le coworking peut être aussi un moyen de tester une activité à l’étranger sans engager les coûts d’une implantation (ex. : Copass).

De tels espaces sont susceptibles de recréer du lien social en ville (La Ruche, La Mutinerie…). Sur les territoires, ils peuvent redynamiser les échanges locaux ou favoriser l’implantation d’activités qui n’auraient pas été en mesure de s’y installer autrement. D’où leur essor important en territoire rural (Issoire, Coutras, St-Maximin-la-Ste-Baume…).

Ce qui distingue les espaces de coworking des centres de télétravail ou des pépinières d’entreprises, c’est l’animation. Elle y joue un rôle central sinon l’écueil est de les transformer en simple espaces de télétravail où les personnes se croisent sans interagir (Lusson, 2015).

Les Living Labs

Un Living Lab regroupe différents acteurs (publics, privés, entreprises, associations, individus…), dans l’objectif d’expérimenter des services, des outils ou des usages nouveaux. Il s’agit de sortir la recherche des laboratoires publics ou privés en impliquant les utilisateurs dès le début de la conception d’un produit ou d’un service afin de l’adapter aux attentes des consommateurs/usagers. L’idée qui sous-tend les Living Labs est que l’innovation doit prendre en compte les dimensions sociales. D’où la nécessité que les lieux d’innovation et d’expérimentation soient sur le terrain et impliquent les utilisateurs, ces derniers devenant des acteurs-clés de l’innovation. On parle dès lors d’innovation ouverte, de co-design ou encore de «crowdsourcing».

En 2006, le réseau européen des Living Labs (ENoLL) a été créé, il compte à ce jour plus de 400 membres dans une quarantaine de pays et ce nombre est en constante évolution. Tout comme les espaces de coworking, leur développement suit la même évolution partout dans le Monde avec une prépondérance pour l’Europe et les Etats-Unis.

« […] la croissance exceptionnelle de ce mouvement à travers le monde a allumé l’espoir que, dans ces écosystèmes « vivants », les utilisateurs, et encore mieux les communautés et les citoyens, puissent contribuer de manière significative à la cocréation de solutions répondant à nos enjeux sociétaux actuels, englobant la croissance économique, le bien-être dans une humanité vieillissante et la protection de la planète ».

Pour l’usager, les avantages sont nombreux : se divertir, apprendre, comprendre les enjeux liés aux nouvelles technologies, réfléchir, devenir acteur d’une innovation et influer sur le résultat final. Pour la recherche, un Living Lab permet le recueil ciblé de données, d’explorer de nouvelles pistes de recherche et de valoriser des résultats.

Le monde de l’entreprise s’y intéresse aussi car la méthode de co-construction permet d’améliorer les idées nouvelles, d’accélérer le processus d’innovation, de diminuer les risques et de créer de nouveaux usages/produits/services. Elle est particulièrement intéressante pour les PME ou les « jeunes pousses » (Start Up) qui n’ont pas les mêmes moyens à consacrer à la Recherche & Développement que les grandes firmes.

Les « créatifs » ont ainsi accès aux technologies et au prototypage, entretiennent un dialogue avec les scientifiques et entrent en interaction avec le public. Enfin, les collectivités parviennent à mieux cibler les services à la population, à enrichir le débat public et à adapter leurs politiques publiques au plus près des attentes de leurs administrés.

Les Fab Labs

C’est un lieu ouvert, mettant à la disposition du public des outils traditionnels (tournevis, perceuse, ponceuse…), mais aussi des machines-outils pilotées par ordinateur (imprimante 3D, découpeuse laser, fraiseuse numérique…), des puces et des processeurs, pour la conception, la réalisation ou la réparation d’objets. C’est de fait un espace de rencontre et de création collaborative.

Selon le MIT, l’appellation Fab Lab répond à une charte précise (type d’équipements/ vocations/ critères d’ouverture/ partage de l’information…).

A Fab Lab is a technical prototyping platform for innovation and invention, providing stimulus for local entrepreneurship. A Fab Lab is also a platform for learning and innovation: a place to play, to create, to learn, to mentor, to invent.” (MIT)

En général, les Fab Labs offrent des fonctions différentes selon le public visé : de la simple découverte (qui s’adresse plutôt aux enfants et aux curieux) à l’innovation en passant par l’éducation et la formation à destination des écoles et des universités, la production en petite série (qui répond notamment aux besoins de Pays en développement, mais aussi à ceux d’artistes, de designers ou de bricoleurs) ou encore le prototypage rapide pour les entrepreneurs, les créateurs.

Ils peuvent avoir des tailles variables (de quelques m² à des espaces de 2000 m² comme le Shadok à Strasbourg) et même être itinérants (La Fabulerie à Marseille, Le Manche Lab ou encore Charlotte la Roulotte en Languedoc).

« … nous considérons toujours les technologies comme des méga-projets. Le numérique, les communications, l’énergie pour la planète ce sont des gros projets centralisés. […] Le message venant des laboratoires de fabrication, c’est que les cinq autres milliards d’individus sur cette planète ne sont pas juste là pour subir la technologie, mais peuvent la créer. La vraie opportunité, c’est de récolter la puissance innovatrice du monde pour concevoir et produire localement des solutions aux problèmes locaux. Je pensais que c’était une projection 20 ans dans le futur, mais c’est où nous en sommes aujourd’hui. Ça casse toutes les frontières organisationnelles auxquelles on peut penser. La chose la plus difficile aujourd’hui est l’ingénierie sociale et l’ingénierie organisationnelle » (Gershenfeld, 2006).

On trouve aussi d’autres types de lieux qui fonctionnent selon la même philosophie, Hack Lab, Média Lab ou encore Art Lab, focalisés d’avantage sur les centres d’intérêts des adhérents (informatique, médias alternatifs, Art…).

Enfin, beaucoup d’évènements temporaires sont organisés chaque année, en particulier durant l’été : Fab Lab Summer Camp, l’Open Bidouille Camp, POC 21 Innovation Camp… etc. Ces manifestations peuvent se révéler être de véritables « Tiers Lieux éphémères », à l’origine de projets collectifs.

La multiplication de ces espaces questionne sur leurs effets directs, les changements dont ils sont porteurs, leur gouvernance et leur modèle économique. Quel sera leur impact sur la qualité ou les modes de vie ? Assiste-t-on à un phénomène « de mode » ou à une véritable révolution ? Dans quelle mesure de tels lieux encouragent la créativité artistique ou culturelle ? Quel sera leur effet sur les innovations sociales et technologiques comme sur leur rythme d’apparition ? Sur le développement des territoires (ancrage, création d’emplois…) ?

L’une des difficultés réside dans le choix des modes de gouvernance, les acteurs présents (individus, associations, acteurs publics ou privés…) étant multiples et ayant des motivations et des attentes différentes, voire divergentes. Quels partenariats-clés mettre en place ? Comment vont s’effectuer les choix stratégiques ?

Enfin, on constate que le modèle économique des lieux créatifs est pour l’instant fragile et dépend en grande partie de financements publics. Quel devenir et quels projets soutenir à long terme dans un tel contexte ?

Christine Cuenca, Economiste, Aix-Marseille Université
cuenca.christine@neuf.fr

Références :

  • Chapignac Pierre, 2012.  Le Tiers-Lieu, moteur de la créativité !, sur son blog « zones mutantes », février.
  • Dubé Patrick et al., 2014. Le Livre Blanc des Living Labs, Editions Première, Montréal.
  • Genoud Patrick et Alexis Moekli, 2010. Les tiers-lieux, espaces d’émergence et de créativité, Revue Economique et Sociale, n°2, juin.
  • Gershenfeld Neil, 2006. Unleash your creativity in a Fab Lab, TED Conférence, février.
  • Lusson Yves, 2015. « Les Terrilabs’, ou pourquoi inventer des tiers-lieux populaires dans les territoires », sur son blog « fairensemble ».
  • OLDENBURG Ray, 1989. The Great Good Place, Marlowe & Cie, New York.
  • SANTORO, Roberto, 2014. Le Livre Blanc des Living Labs, p. 5
  • SEMPELS Christophe, 2014. Trajectoire d’évolution pour les ERIC en tiers-lieux, Guide pour, les porteurs de projet, Région Paca – Skema Business School, juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.