Tous les articles par Lazzeri Yvette

Yvette Lazzeri est enseignant-chercheur, HDR, qualifiée Professeur des Universités. Elle est responsable du Pôle développement durable et territoires méditerranéens (PDDTM) au CERIC-CNRS-AMU. Elle enseigne dans des Masters des Universités d’Aix Marseille, de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, AgroParistech. Les recherches portent sur le développement durable des territoires (démarches Agenda 21, évaluation, indicateurs, participation citoyenne et paysage). Elle est expert auprès du MEDDE (Agenda 21 et indicateurs de la SNTE-DD). Elle dirige la collection Espace et développement durable coéditée par les PUP et PUAM (Université d'Aix-Marseille), ainsi qu’un carnet de recherche Les Notes du Pôle dans Hypothèses.org (http://pddtm.hypotheses.org)

Économie circulaire, entreprises, territoires : freins et leviers

Auteur : Yvette Lazzeri, CNRS-AMU, Pôle développement durable et territoires méditerranéens-CERIC-DICE-UMR7318

Partout sur la planète, nos prélèvements sur les ressources naturelles dépassent déjà largement « la capacité de la terre à la fois à régénérer les ressources renouvelables, à fournir des ressources non renouvelables et à absorber les déchets »[1], au moins dans des temps relativement courts[2]. Face à ce constat, l’économie circulaire (EC), basée sur des pratiques économiques régénératives à l’instar des processus observés dans le milieu naturel, apparait comme une réponse adaptée pour réduire les flux d’énergie et de matières. L’EC couvre trois grands champs d’action (ADEME, 2012) :

– l’offre des acteurs économiques (l’approvisionnement durable ; l’éco-conception ou la prise en compte des critères environnementaux dans toutes les phases du cycle de vie du produit ; l’écologie industrielle et territoriale par des pratiques de mutualisation et de valorisation interentreprises ; l’économie de fonctionnalité où l’usage prend le pas sur la propriété) ;

– le comportement des consommateurs (consommation responsable, allongement de la durée d’usage par réutilisation, réemploi, réparation) ;

– le recyclage des déchets.

Elle est à ce titre une démarche technique mais elle peut être aussi un cadre englobant propice à concevoir un projet de société soutenable.

  1. Des lois, des stratégies régionales, des guides témoignent d’une conscientisation et d’une volonté de mobilisation en faveur d’une économie circulaire

– En France, la notion d’EC s’inscrit dans les Codes de l’environnement, de l’énergie, de la consommation (Nazet-Allouche, 2015). Ainsi, la transition vers une économie circulaire est désormais actée comme un instrument au service de l’objectif de développement durable (article L. 110-1 5° Code de l’environnement). L’économie circulaire devient l’un des objectifs de la politique énergétique (article L. 100-4 du Code de l’énergie). La « commande publique durable » est consacrée en tant qu’outil « au service de la transition vers une économie circulaire »[3]. Un délit est instauré : l’obsolescence programmée.

– Par ailleurs, l’économie circulaire est un des 9 axes de la Stratégie nationale de la transition écologique vers un développement durable (SNTE-DD, 2015-2020).

Dans ce contexte, plusieurs Régions initient une stratégie d’économie circulaire.

– En parallèle, des guides sont développés permettant la mise en œuvre du concept

. Guide méthodologique Comptabilité des flux de matières dans les régions et les départements publié par le Commissariat Général au Développement Durable ;

. Guide méthodologique du développement des stratégies régionales d’économie circulaire en France.

Concernant plus spécifiquement les entreprises, on voit fleurir différents outils qui peuvent aider les entreprises à avancer :

. Guides et normes sur les achats responsables (norme ISO 20400), sur l’analyse du cycle de vie (ISO 14040 et 14044), sur l’écoconception (NF X30-264 de 2013), sur la gestion de l’obsolescence (NF EN 62402 Janvier 2008), etc. ;

. Ouverture d’un site de la fédération de recyclage, avec des liens avec le code de l’environnement (http://www.cercle-recyclage.asso.fr/bibliotheque/les-textes-legislatifs-et-reglementaires.html);

. Plateforme de l’association OREE sur l’aide à l’écoconception.

2. Les entreprises et l’économie circulaire 

Au niveau des entreprises, diverses enquêtes (Institut Economie circulaire[4], Comité de bassin d’emploi de Pertuis…) témoignent d’un écho favorable à la notion d’EC (en réponse aux préoccupations environnementales, économiques et sociales), mais aussi de réserves quant à la réalité de sa mise en œuvre et quant aux bénéfices tangibles que peut leur apporter l’engagement dans une telle démarche. De nouvelles pratiques émergent (écoconception de produits, valorisation de résidus d’activités, mutualisation de services et d’équipements, développement de circuits courts et de proximité…) mais restent fragmentées sur une partie du processus de production.

 Des motivations différentes. Une enquête réalisée auprès d’entreprises du bassin d’emploi de Pertuis[5] a conduit à une typologie des motivations, à partir de deux critères : la pression imposée à l’entreprise (produit, marché, réglementation,…) et son positionnement au regard du développement durable/économie circulaire (s’adapter aux contraintes, anticiper, se saisir des opportunités, etc).

– Les « stratèges ». Soumises à une forte pression (concurrence, tendance haussière du marché des matières premières et de l’énergie, réglementation…), ces entreprises voient dans le développement durable une opportunité (image, innovation, démarche de progression…) intégrée dans la stratégie globale de l’entreprise (R&D, process de fabrication, parties prenantes…). Cela se traduit par le développement d’offres commerciales innovantes et implique une certaine prise de risques, assumée.

– Les « engagées ». La protection de l’environnement et plus largement le développement durable sont des valeurs portées par les entreprises. Leur activité est en adéquation avec ces valeurs.

– Les « concernées ». En réaction aux pressions de l’environnement (image de l’enseigne, demande des particuliers…), le développement durable permet d’expérimenter de nouvelles solutions.

– Les « proactives », anticipent les attentes des clients et orientent une partie de l’activité autour d’un positionnement développement durable. Elles rentrent dans l’action, prennent la mesure des enjeux et engagent une stratégie.

– Les « contraintes ». De fortes pressions (réglementation, réduction des coûts, exigence de la clientèle, saisonnalité de l’activité…) invitent les entreprises à agir pour ne pas se retrouver au pied du mur (évitement des risques de mise en cause, diversification de l’activité, évolution de l’offre de services…).

– Les « adaptables ». Ces entreprises ont peu de marge de manœuvre. Elles sont enfermées pour certaines dans une politique de groupe, pour d’autres dans une logique de compétitivité-prix. Leur activité peut néanmoins évoluer selon la demande ou les orientations du groupe.

 Des freins à dépasser. Sortir de la logique linéaire qui imprègne le fonctionnement quotidien des entreprises, revient à une modification profonde du fonctionnement de la chaîne de création de valeur et demande à surmonter bon nombre d’obstacles :

– Résistance au changement. Sauf pour les entreprises qui en ont fait leur activité, le recyclage, la valorisation des flux, la mutualisation, … ne sont pas au cœur du métier de l’entreprise. Certaines peuvent être dissuadées face aux moyens à mobiliser : temps, coût, prise de risque avec un résultat incertain.

 – Freins réglementaires. La réglementation évolue de manière rapide et fréquente, notamment au niveau du recyclage. Les normes se multiplient, et le cadre européen n’est pas forcément moteur. Si l’écoconception est une démarche applicable à tous types de produits, la réglementation européenne ne l’exige que pour les produits liés à l’énergie (Directive 2009/125/CE du Parlement européen et du Conseil du 21 octobre 2009, transposée en droit français le 28 juin 2011). Parfois, les règles d’urbanisme ne favorisent pas l’écoconception du bâti (bois pour la construction, isolation par l’extérieur…).

La sortie du statut de déchets fait l’objet d’une réglementation complexe : tous les déchets ne sont pas concernés, les conditions sont strictement encadrées par la loi, les déchets doivent remplir quatre conditions générales cumulatives ainsi que des critères spécifiques à chaque déchet, un déchet qui devient un produit se voit appliquer la réglementation de ce même produit….

Concernant le déchet recyclé, certaines entreprises relèvent qu’il devrait être soumis à des exigences de qualité, de suivi et de traçabilité (par ex. via une certification).

 – Freins organisationnels. L’EC exige la mise en place de réseaux efficaces et économiques de collecte des matières et des flux (organisation et infrastructures). L’entreprise est dépendante de ses fournisseurs de matières premières ou composants et, toute innovation pour tendre vers une EC nécessite de nouer avec eux des collaborations étroites pour trouver des solutions technologiques ou logistiques adaptées. Par ex., pour l’automobile, c’est toute une filière qu’il faut sécuriser. L’écoconception, pensée pour réduire les nuisances environnementales sur l’ensemble du cycle de vie des biens et services, exige de revisiter l’organisation et de mettre en place de nouveaux process de fabrication. Pour bon nombre de produits, elle nécessite de la R&D, l’implication des fournisseurs et sous-traitants, la mobilisation des recycleurs. L’émergence de stratégies circulaires requiert transversalité, coopération, vision systémique, approche en coût global… qui vont à l’encontre d’un fonctionnement en silo, caractéristique de nombreuses entreprises.

 – Freins techniques. Pour valoriser, il faut séparer des matières et des flux puis trier, ce qui nécessite des technologies efficaces. Une transformation d’un flux homogène est souvent nécessaire, ce qui implique de chercher une optimisation efficace du recyclage. Il convient alors d’identifier les changements de conception pour augmenter le potentiel de recyclabilité des matériaux utilisés, mais aussi d’intégrer les limites des procédés et technologies utilisés par les différents acteurs du secteur du recyclage.

Augmenter l’espérance de vie d’un produit, exige une accessibilité et démontabilité des composants d’usure, ce qui change la conception des produits.

L’allongement de la durée de vie peut paradoxalement aller à l’encontre de logiques d’éco-conception comme l’allègement des produits (une pièce conçue pour durer contiendra souvent plus de matières qu’une pièce classique).

Le défaut d’expertise et de formation est souligné. Des expertises doivent être développées pour démanteler le produit en fin de vie et séparer le flux de matière recherché du flux général de déchets. Des formations doivent être mises à disposition des entreprises et de leurs employés sur les différents domaines d’expertise de l’économie circulaire.

Une production sans déchets finaux n’est pas pensable –au moins dans les technologies d’aujourd’hui- : usage dispersif de certains métaux (ex usure des plaquettes de frein) ; recours à des alliages qui rend difficile le réemploi des métaux originaux ; moindre performance de la matière après recyclage (ex. l’acier recyclé une première fois est moins bon que l’acier neuf issu d’un premier cycle de production) ; les matières recyclées (MP secondaires) n’autorisent pas toujours des usages identiques à ceux d’une matière première.

 – Freins économiques. La performance technologique est pour nombre de produits, notamment le High Tech, l’argument commercial majeur. Les pratiques de consommation responsable concernent encore un petit nombre de personnes, même si la tendance est à la hausse (surcoût des produits, doute sur la qualité et propriétés des produits recyclés…). A la faiblesse de la demande des consommateurs finaux, s’ajoute la taille relativement réduite de certains marchés.

Dans la décision d’achat des entreprises, la disponibilité (quantité, délai), la qualité technique et/ou le prix priment. L’impact environnemental d’un produit tout au long du cycle de vie, n’est pas un argument commercial pour un fournisseur. Le coût du recyclage peut parfois être plus important que le coût d’extraction et de transformation, lorsque les matières premières ont peu de valeur. Les biomatériaux (bioplastiques, fibres naturelles, matériaux de construction…) ne sont pas encore compétitifs par rapport à d’autres types de matériaux. Par ailleurs, les stratégies circulaires requièrent des investissements (audit, R&D, achat de nouvelles machines, intégration de nouveaux métiers, formation…), dont la mise en place n’est pas immédiate et la garantie de rentabilité pas toujours assurée, notamment lorsque les sous-produits valorisables ont peu de valeur. Seule une massification des flux permet de réaliser des économies d’échelle et d’optimiser la rentabilité d’une infrastructure. A cela s’ajoute, la frilosité des banques à soutenir les TPE/PME innovantes, ce qui n’incite pas aux innovations de rupture.

Enfin, la commande publique inclut rarement des critères de développement durable ou d’écoconception dans les appels d’offres alors même que, dans certains secteurs, elle représente une part très significative des marchés.

 3. Quelques leviers à actionner à toutes les échelles territoriales

Si quelques organisations jouent les pionniers, elles ne feront pas la totalité du chemin sans modification des comportements du consommateur et intervention publique d’envergure.

 De façon générale,

– Un signal politique fort est nécessaire au niveau de l’Etat : afficher l’EC comme un vrai projet de société, dans une approche globale, systémique, orientée développement durable. Soutenir la recherche scientifique pour inventer des produits de plus en plus « digestibles ». Introduire de nouvelles approches dans les formations/métiers (vision systémique, transversalité des pratiques, écoconception, recyclabilité des produits, logistique des retours….). Revoir les systèmes de prix, les marchés, les taxations (en particulier le coût d’utilisation des ressources renouvelables et circulaires doit être inférieur au coût d’exploitation des ressources naturelles). Stabiliser la réglementation et veiller à son application. Définir un cadre législatif bien établi, tourné vers l’établissement d’économies circulaires à l’échelle régionale.

– La valorisation des initiatives et le retour d’expériences peuvent contribuer à la prise de conscience par l’ensemble des organisations, que l’EC offre des opportunités de différenciation, de limitation des impacts environnementaux, d’innovation, d’adaptation aux enjeux sociétaux du 21e siècle.

– Un accompagnement des TPE/PME dans une démarche de responsabilité sociétale. Différents outils peuvent être mobilisés pour aider les entreprises à avancer :

– L’accès à une information claire est un enjeu pour faire bouger les lignes, notamment au niveau du client final. Les notions d’économie circulaire, et sa déclinaison en écoconception, achat responsable…sont totalement étrangères à la majorité des consommateurs. Aujourd’hui l’information attendue porte davantage sur l’origine de la production (française, locale) que sur l’impact environnemental des produits.

Eduquer les jeunes au principe d’économie circulaire semble important.

A l’échelle territoriale,

Les collectivités territoriales, ont un rôle de plus en plus important sous l’effet conjugué de la décentralisation et de l’urbanisation croissante. Leurs actions peuvent se situer à différents niveaux :

– La mise en œuvre d’une politique régionale cohérente et efficace de réduction et de gestion des déchets (lutte contre le gaspillage alimentaire, compostage, tri, modernisation des équipements, révision du maillage territorial du traitement des déchets…).

– L’utilisation du levier de l’achat public. Le code des marchés publics permet d’intégrer des clauses environnementales qui peuvent porter sur l’empreinte environnementale d’un produit ou d’un service, sur le devenir de déchets de chantiers ou l’utilisation de matériaux issus du recyclage. Les enquêtes mettent en avant l’importance de ce levier mais également l’insuffisance avec laquelle il est utilisé. Les causes sont diverses selon les entreprises témoins : absence ou manque de volonté politique, manque de savoir-faire sur l’insertion de clauses environnementales dans les marchés publics…

– Les dynamiques d’économie circulaire à l’échelle d’un territoire nécessitent que de multiples acteurs collaborent : entreprises d’une filière à créer, entreprises et acteurs de l’économie sociale et solidaire, entreprises et agriculteurs, entreprises de secteurs d’activités et/ou de taille différentes, entreprises et collectivités… Or, la plupart du temps peu de liens existent entre ces entités, qui ont des problématiques différentes, propres à leurs activités ou à leurs compétences.

Les collectivités ont un rôle majeur à jouer dans leur mise en relation, voire dans la fourniture d’une animation, souvent indispensable pour que cette collaboration se créée, comme le démontre diverses expériences d’écologie industrielle.

Le territoire peut jouer un rôle de facilitateur, en fournissant par exemple les moyens d’expérimenter localement une solution ou une activité relevant de l’économie circulaire. Cette expérimentation permettra à l’entreprise de valider ou de parfaire son modèle.

– Promotion de démarche d’aménagement et de gestion durable des zones d’activités :

  • Evolution des zones industrielles avec un objectif de favoriser les synergies industrielles des entreprises implantées (ou en recherche de lieux d’implantation).
  • Amélioration de la gestion des déchets.

– Lancement d’études/expertises mutualisées à destination des entreprises locales :

  • Identification des résidus (déchets classiques, flux, composants) issus de la production des entreprises locales et qualification en sous-produits afin d’éviter leur classement mécanique en déchets.
  • Appréciation des flux d’une chaîne logistique locale, repérage de l’acteur susceptible d’être pivot (place importante dans la chaîne logistique au regard de la réglementation, de sa position vis-à-vis du consommateur et des fournisseurs, de son intérêt financier…) à même de fédérer l’action de la chaîne logistique pour une finalité commune.
  • L’organisation de filières de compostage et de valorisation selon chaque type de déchet est aussi à mettre à l’étude.

 Conclusion

Pour beaucoup, l’EC est une approche centrée sur la seule production, ses sites et ses techniques, voire sur les seuls gains de ressources à l’unité produite. Or, une entreprise ou un secteur peut faire des progrès en termes de circularité (ex : produits recyclables) sans que l’économie dans son ensemble devienne plus circulaire. Pire, des « effets rebonds » peuvent détourner une bonne intention. Par exemple, sous couvert de recyclage/valorisation de déchets les entreprises peuvent continuer –avec bonne conscience- à produire toujours plus de déchets. Et les consommateurs à consommer toujours plus. De même, les promesses de la consommation collaborative dépendent en grande partie de l’usage qu’en font les consommateurs (par ex., le covoiturage réduit-il l’usage de la voiture ? Ou pousse t-il à délaisser les transports en commun ?). Dans un contexte de progression démographique (même ralentie), trier, recycler, valoriser ne suffit pas si la consommation continue de croitre. Tout au plus, cela permet de reporter dans le temps la menace d’épuisement des ressources[6]. In fine, avec l’économie circulaire, c’est donc toute la société, dans ses modes de production mais aussi de consommation, qui doit se réinterroger.

 Références

– ADEME, 2012, Économie circulaire : bénéfices socioéconomiques de l’éco-conception et de l’écologie industrielle, Stratégie et études, n°33, 10 octobre

– ADOUE C., BEULQUE R., CARRE L., COUTEAU J., 2014, Quelles stratégies d’entreprises pour une économie circulaire moteur de croissance ? Etude IEC. https://hal-mines-paristech.archives-ouvertes.fr/hal-01172044

– BOURG D. et ARNSPERGER C., 2016, « Vers une économie authentiquement circulaire : réflexions sur les fondements d’un indicateur de circularité, Revue de l’OFCE, 145

– GELDRON, A., 2012, «Peut-on recycler à l’infini?» Pour la Science, Novembre.

– LEVY, J.C., 2009, L’économie circulaire: l’urgence écologique ?, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées

– NAZET-ALLOUCHE D., 2015, Economie circulaire et droit, Note du Pôle n°25, décembre

– PASSET, R., 2006, « Les thermodynamiques du développement », dans Berr E. HARRIBEY, J-M (sous la dir. de), Le Développement en question(s), Bordeaux, éd. Presses Universitaires de Bordeaux.

[1] www.institut-economie-circulaire.fr

[2] « Dans des millions d’années, les bactéries auront reformé des gisements métalliques et métabolisé nos déchets », Bourg D. et Arnsperger C., « Vers une économie authentiquement circulaire : réflexions sur les fondements d’un indicateur de circularité, Revue de l’OFCE, 145, 2016

[3] Art. L. 541-1 Code de l’environnement

[4] Adoue C., Beulque R., Carré L., Couteau J., 2014, Quelles stratégies d’entreprises pour une économie circulaire moteur de croissance ? Etude IEC. https://hal-mines-paristech.archives-ouvertes.fr/hal-01172044. Site consulté le 3 juin 2016

[5] Comité de bassin d’emploi de Pertuis (région PACA), enquête par interview auprès de 33 entreprises, représentatives du tissu productif local. L’enquête a été réalisée au cours du premier trimestre 2016.

[6] Par exemple, le recyclage de l’acier n’aurait permis de gagner 12 ans avant l’épuisement des ressources mondiales de fer, alors même que 70% de l’acier est recyclé aujourd’hui dans le monde. On sait par ailleurs que l’acier recyclé représente déjà 40% de la ressource en fer utilisée dans l’ensemble des process sidérurgiques. Site Constructalia, « Acier : le matériau le plus recyclé au monde ».

De l’initiative au système alimentaire territorialisé : enjeux, pratiques, gouvernance

Par Flore TISSONE

Tuteur universitaire : Emmanuelle MOUSTIER
Organisme d’Accueil : Association RESOLIS
Soutenance le 15 septembre 2016

Face aux nombreuses crises : qu’elles soient écologiques, économiques, agricoles, sociales, sanitaires ; et face au manque de crédibilité croissant des politiques : les liens entre agricultures et territoires, entre alimentation et santé, entre agriculture et développement, doivent être renforcés. Pour ce faire, la piste des Systèmes Alimentaires Territorialisés s’impose comme une alternative de choix au « Système Alimentaire Mondial » qui a engendré de trop nombreuses externalités négatives. C’est ce qu’ont compris un certain nombre d’acteurs en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur…

tissone_flore_mémoireM2professionnel_septembre_2016

Quels modes de gestion de projets de territoire pour favoriser les dynamiques de créativité et d’attractivité territoriale ?

Compte-rendu de l’atelier du 27 juin 2016. 

L’Atelier de la Plateforme Créativité et Territoires a été co-organisé avec la Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial au sein de l’IMPGT, le lundi 27 juin 2016 à Aix-en-Provence).

– Table ronde n°1 : Quels projets créatifs à l’échelle locale et quels impacts en termes d’attractivité et/ou d’hospitalité des territoires ?

– Table ronde n°2 : Quels projets de territoire et quels modes de gestion à l’echelle méditerranéenne ? Coopération et coproductions culturelles.

Lire le compte-rendu

> Voir les vidéos sur la chaîne Youtube Tcreatif