Archives de catégorie : Articles, Rapports, Mémoires

FabLab, LivingLab, espace de coworking…: des nouveaux lieux créatifs ?

Par Christine Cuenca, septembre 2015.

Pôle Développement durable Et Territoires méditerranéens.

Des lieux créatifs (Cantines numériques, espaces de coworking, Fab Labs, Hacklabs, Living Labs…) émergent dans le cadre des nouvelles logiques urbaines (smart city, open data, dynamiques du « Do It Yourself »…) mais aussi en milieu rural (La Mutinerie Village en région parisienne, La Cordée à Morez, La Fruitière Numérique à Lourmarin, le FuvLab à Fuveau…). Ces « Tiers lieux », entre espaces privés (« premiers lieux ») et espaces de travail (« seconds lieux »), « représentent […] des points d’ancrage de la vie communautaire qui favorisent des échanges plus larges et plus créatifs au niveau local et permettent ainsi d’entretenir la sociabilité urbaine » (Genoud & Moekli, 2010 d’après le sociologue Ray Oldenburg).

Lieux de brassage des individus, des compétences, des informations, ces espaces constituent autant de « laboratoires » où se créent des idées nouvelles, des identités, des pratiques et des projets innovants de toutes sortes. Lieux hybrides et fluides à l’opposé des processus classiqus de développement reposant sur la spécialisation, ils sont des lieux de partage (de certaines valeurs, des connaissances, de la culture…) et d’interconnexion où peut être « s’opère concrètement l’alchimie de la ville créative » (Chapignac, 2012).

Ces lieux sont-ils le nouveau moteur de l’innovation sociale et technologique, le creuset de nouvelles compétences, d’une forme d’intelligence collective ? En quoi peuvent-ils contribuer à la dynamique créatrice des territoires (urbains ou ruraux) et répondre aux enjeux de développement durable ?

Tiers-Lieux : de quoi parle-t-on ?

La terminologie « Tiers Lieux » apparaît dans les travaux du sociologue Ray Oldenburg (The Great Good Place, 1989), ce sont des lieux de sociabilisation qui ne sont ni la maison, ni le travail.

Partant du constat que les nouvelles formes urbaines qui sont apparues après la seconde Guerre Mondiale (habitat individuel pavillonnaire, généralisation de la voiture…) ne permettent plus de combler notre besoin essentiel de vie sociale, des lieux remplissent cette fonction et empêchent le « délitement » de la vie publique, du tissu culturel et social. « Autrefois, le syndicat, le centre d’action sociale, la paroisse, le parti politique, l’association culturelle, artistique ou sportive, le bal populaire, le café, ou encore le conseil communal offraient autant de lieux que d’occasions pour élaborer collectivement du vivre-ensemble… » (Lusson, 2015).  Continuer la lecture de FabLab, LivingLab, espace de coworking…: des nouveaux lieux créatifs ?

De la créativité individuelle aux territoires créatifs : un état de l’art

Les Notes du Pôle n° 22, mars 2015.

Pôle Développement durable Et Territoires méditerranéens.

Jusqu’à la moitié du XIXe siècle, le concept de créativité ne faisait pas partie de la pensée scientifique, qui percevait le monde comme un ensemble de phénomènes opérant selon un ordre logique bien défini. Ce n’est qu’à partir des années 1930 que l’on commence à se pencher sur le concept de pensée créatrice. Mais il faudra attendre 1954 pour voir naître une théorie de la créativité, élaborée par le psychologue Carl Rogers. S’ensuivra toute une série de travaux, initiés par des sociologues (Jane Jacobs dès les années 60), des économistes (avec le concept d’économie créative de John Howkins, 2001 et 2013). Le sociologue Georges Gurvitch définit les « conduites collectives effervescentes, novatrices et créatrices », comme celles qui innovent en invalidant la hiérarchie établie des modèles, des rôles sociaux et des symboles, en apportant de nouvelles significations inattendues et en inventant des combinaisons inédites qui transfigurent en retour les attitudes collectives : « Ces conduites s’orientent dans des conditions toutes nouvelles et s’adaptent à des situations sans précédent (…). Alors apparaît, subitement, à découvert le palier de l’innovation, de l’invention, de la décision et de la création collectives » (Gurvitch, 1963). Dans les années 90, le concept de créativité est repris dans une approche géographique ouvrant un champ de recherche sur « la ville créative » (Landry et Bianchini, 1995).

La créativité : une capacité à…

On dénombre plus d’une centaine de définitions de la créativité, qui témoignent de la difficulté à cerner le concept de créativité. Trois grands sens se dégagent :

Acte de créer quelque chose de nouveau.

L’acte créatif peut être considéré comme le fruit d’une volonté de puiser quelques informations provenant de la mémoire (logique ou irrationnelle) et de les réorganiser d’une manière nouvelle, poussée par l’imagination, l’instinct, l’inspiration, les émotions fortes…qui poussent le créateur en dehors des “sentiers battus”. De nombreuses qualités, telles que l’imagination, la spontanéité, la sensibilité, sont fréquemment associées aux conditions qui favorisent la créativité.

On peut parler de créativité dès lors qu’il y a une mise en application pratique, la réalisation d’une œuvre. C’est seulement alors qu’on peut parler d’acte créatif et non de simple imagination.

Le travail de “création” semble faire appel à des circuits neuronaux originaux (schémas heuristiques, croisement de plusieurs cultures, etc.) donnant naissance à quelque chose de totalement nouveau.

Capacité à trouver des solutions originales.

Dépassant la seule expression artistique, la créativité peut être considérée comme la capacité d’apporter ou de faire trouver des solutions originales aux problèmes d’adaptation auxquels chaque être humain est confronté. À partir de la reconnaissance d’un problème, un processus de divergence s’engage, et finalement se termine, par convergence, dans une nouvelle solution du problème.  Continuer la lecture de De la créativité individuelle aux territoires créatifs : un état de l’art

Combattre les inégalités socio-spatiales en Provence-Alpes-Côte d’Azur en changeant de modèle, par Philippe Langevin*

Schéma Régional d’Aménagement et de Développement Durable du Territoire de Provence-Alpes-Côte d’Azur

Séminaire / Conseil scientifique / Comité de pilotage / 8 juin 2015

« L’action publique face à l’accentuation des inégalités socio-spatiales en Provence-Alpes-Côte d’Azur »

Séquence exposé-discussion n°1 sur la question du rapport entre les modèles de développement régional, les inégalités socio- spatiales et les politiques publiques

Conseil scientifique SRADDT : Roseline Arnaud Kantor, Delphine Artaud, Rémi Belle, Jacques Boulesteix, André Chanzy, Laure Casanova Enault, Stéphanie Dechezelles, Renaud Francou, Frédérique Hernandez, Jacques Garnier, Manon Lambert, Cesare Mattina, Philippe Langevin, Hélène Reigner, Thierry Tatoni, Christine Voiron

***

Combattre les inégalités socio-spatiales en Provence-Alpes-Côte d’Azur en changeant de modèle

Par Philippe Langevin*, économiste, jusqu’ici Maître de conférences, Faculté de sciences économiques et de Gestion, Aix-Marseille Université, Membre du CESER Paca.

La situation économique et sociale de la région Provence-Alpes Côte d’Azur se dégrade. Son attractivité décline et ses points forts en recherche, nouvelles technologies, pôles de compétitivité, industries de pointe, services aux entreprises, tourisme n’entraînent pas l’ensemble de ses actifs vers l’emploi ni la totalité de ses habitants vers une vie digne. Ces éclatements s’observent partout. Mais ici, plus qu’ailleurs, les relations entre acteurs publics et avec la société civile sont difficiles, les dialogues tendus et les accords rares. Parmi ces spécificités, les inégalités de condition de vie construisent une société éclatée entre les dominants et les dominés qui handicape le développement régional dans un processus de mondialisation incontrôlé. Préparer dans ces conditions un SRADDT à même de tracer les grandes lignes d’un territoire aménagé à l’horizon 2030 est d’une ambition considérable. Ce défi a été relevé et le Conseil scientifique se retrouve dans les orientations arrêtées aux termes d’un travail de plusieurs années.

Mais plus que jamais l’avenir est incertain. Trop d’incertitudes interdisent de considérer ce projet comme définitif. C’est pourquoi l’idée d’un SRADDT permanent a été retenue par la Région pour pouvoir s’adapter aux changements du monde. Parmi les voies à explorer pour lutter notamment contre les inégalités, de nouvelles approches de l’économie permettraient, dans les prochaines années de renouveler les interventions classiques des pouvoirs publics trop largement conçues à ce jour sur l’attente incertaine d’un retour de la croissance, la crise passée. Le Conseil scientifique estime pour sa part que les anciens paradigmes du modèle Keynésien et du modèle libéral ne fonctionnent plus comme la théorie pourrait le laisser croire. La crise n’en est pas une. Il n’y aura pas de reprise. Nous faisons face à une mutation de grande ampleur qui remet en cause nos certitudes et nos convictions. Le Conseil scientifique propose à la Région d’explorer les voies d’une autre économie susceptible de relever les défis de notre temps, et notamment celui des inégalités.

1-Les inégalités socio-territoriales en Provence-Alpes Côte d’Azur

Depuis sa création, le conseil scientifique du SRADDT s’est efforcé, avec des bonheurs divers, d’apporter sa contribution à la difficile construction du SRADDT de la région Provence-Alpes Côte d’Azur. Cet exercice sur le point de s’achever avec la fin de la consultation publique, le conseil scientifique a été invité à réfléchir sur un SRADDT permanent pour adapter les politiques territoriales de la région à un contexte économique et politique mouvant en les insérant dans une réflexion prospective. L’entrée retenue ici est celle des inégalités socio- spatiales. Parmi les constats maintes fois relevés en effet, et notamment dans le diagnostic prospectif du projet de SRADDT, les inégalités de toutes natures1 caractérisent ce territoire. Il n’est pas nécessaire ici d’en rappeler le niveau, si ce n’est pour constater que notre région est une des plus inégalitaires de l’hexagone et que les écarts entre les niveaux de vie de ses habitants ne cessent de croître. Au-delà même de la question sociale et morale que pose ce constat en termes de capacité à pouvoir vivre ensemble, cette situation n’est pas sans conséquences sur le développement économique de notre territoire lourdement handicapé par une société au risque de délitement.  Continuer la lecture de Combattre les inégalités socio-spatiales en Provence-Alpes-Côte d’Azur en changeant de modèle, par Philippe Langevin*

  1. Nous n’aborderons pas dans cette contribution la question de la solidarité écologique []